Les faces cachées des 8 000

22 mai 2017 - 28 commentaires

Il y a deux façons de gravir une montagne : comme une brute et comme un poète. Là où la brute cherchera a atteindre le sommet par n’importe quel moyen, le poète, lui, tentera d’y parvenir de la plus belle des manières, en choisissant par exemple, un itinéraire qui a de la gueule. Sortons donc un peu des sentiers trop battus des voies normales pour nous attarder un instant sur les faces cachées des 8 000, là où ont été écrites d’autres belles pages de l’histoire de l’himalayisme.

Avant d’aller plus loin, il convient de replacer le terme « comme une brute » dans son contexte. Si aujourd’hui l’ascension de l’Everest par la voie normale et embouteillée du col sud à grands renforts de sherpas, de cordes fixes et de bouteilles d’oxygène peut sembler, pour certains, un peu dénuée de romantisme – voire de sens -, le souvenir des premiers conquérants qui ouvrirent les voies vers l’inconnu de ces sommets vierges, lui, n’en manque pas. Herzog, Lachenal, Hillary, Tenzing, Terray, Couzy, Buhl et leurs amis pionniers sont tous entrés dans la légende de l’alpinisme par la grande porte. Puis, la période des glorieuses conquêtes (1) a fait place à une nouvelle ère, celle de la recherche des itinéraires de haute difficulté. Exit les conquérants, place aux esthètes !

Arête ouest de l’Everest et couloir Hornbein

Les premiers en Himalaya à avoir cherché autre chose que le sommet à tout prix sont les américains qui, emmenés par Norman Dyhrenfurth, s’attaquèrent en 1963 à un projet d’envergure sur l’Everest : l’arête ouest. Alors que le Shishapangma n’a toujours pas été conquis, Tom Hornbein et Willi Unsoeld se dressent le 22 mai 1963 sur le Toit du monde qu’ils ont atteint via l’arête ouest en empruntant un raide couloir de neige et de glace en face nord, qui deviendra le fameux couloir Hornbein. 23 ans plus tard, les Suisses Jean Troillet et Erhard Loretan y écriront une sacrée pièce d’hymalaysime en réussissant un aller-retour mythique en 40 heures et en style alpin.

Le début des années 1970 sera une période charnière pour les tentatives sur des itinéraires de grandes envergures sur les 8 000 puisque plusieurs expéditions nationales s’organisèrent pratiquement simultanément sur différents objectifs. Pendant que les Anglais briguaient la face sud de l’Annapurna, les Allemands le versant Rupal du Nanga Parbat et les Japonais la face sud-ouest de l’Everest, les Français, eux, envisageaient le pilier ouest du Makalu.

1970 : Face sud de l’Annapurna et versant Rupal du Nanga Parbat

Au mois de mai 1970, la première grande face himalayenne est gravie par les Anglais. Une expédition lourde dirigée par Chris Bonington parvient en effet à placer Dougal Haston et Don Whillans au sommet de l’Annapurna via la terrible face sud. L’exploit colossal sera néanmoins endeuillé par la mort de Ian Clough tué lors de la descente par une chute de sérac. Alex MacIntyre en 1982, Pierre Béghin en 1992 ou encore Anatoli Boukreev en 1997 trouveront également la mort dans cette face qui ne sera que très peu répétée par la suite en raison de son immense difficulté.

La même année, une autre tragédie se joue au Nanga Parbat sur le versant Rupal qui, avec ses 4 500 mètres, est la plus haute paroi rocheuse du monde. L’expédition allemande dirigée par l’irremplaçable Karl Hherrligkoffer voit les frères Messner atteindre le sommet après un effort démentiel qui sera fatal à Günther lors de la descente. Reinhold, qui n’était pas encore le grand Messner, s’en sortira après plusieurs jours d’errance sur le versant du Diamir, en réalisant malgré lui (2) la traversée inédite du Nanga Parbat. Plus près de nous, en 2012, toujours sur ce même Nanga Parbat, Sandy Allan et Rick Allen, deux solides écossais âgés de respectivement 57 et 59 ans, sont venus à bout de l’interminable arête Mazeno qui repoussait depuis plus de trente ans les tentatives des meilleurs alpinistes du monde.

Bonington à l’Everest, Paragot au Makalu

En 1971, c’est  au tour des français de s’illustrer en tentant le pilier ouest du Makalu. Le 23 mai, après une longue expédition dirigée par Robert Paragot, Yannick Seigneur et Bernard Mellet viennent à bout du pilier ouest et filent jusqu’au sommet, seize ans après la première réussie par Lionel Terray et Jean Couzy. La voie est nouvelle mais nous sommes encore loin du style alpin puisque des bouteilles d’oxygène, des centaines de mètres de cordes fixes et l’installation de plusieurs camps d’altitude auront été nécessaires pour venir à bout du pilier.

Cinq ans près leur réussite sur la face sud de l’Annapurna, les Britanniques réalisent un nouvel exploit en Himalaya en parvenant au sommet de l’Everest via la très convoitée face sud-ouest. Chris Bonington qui est nouvelle fois à la baguette connait le terrain puisqu’en 1972, il avait dirigé une première expédition qui avait atteint l’altitude de 8 325 mètres. Quatre autres expéditions s’étaient déjà cassées les dents sur cette voie qui rejoint la voie normale népalaise au niveau du sommet sud. Au mois de septembre 1975, Doug Scott et Dougal Haston atteignent le sommet mais endurent un terrible bivouac juste en-dessous de la cime. S’ils survivront, leur ami Mick Burke disparaitra lors d’une seconde tentative quelques jours plus tard…

Style alpin au Dhaulagiri

Au Dhaulagiri, il faut attendre 1978 pour qu’une expédition japonaise libère le pilier sud-ouest. Mais c’est encore une fois une expédition lourde qui ne lésine pas sur les cordes fixes et les camps d’altitude. Six ans plus tard, pourtant, les français Pierre Béghin et Jean-Noël Roche vont répéter cette voie en seulement six jours et sans soutien logistique. C’est l’une des premières grandes réussites en style alpin sur un itinéraire difficile sur un 8 000, avant qu’en 1988, le Tchécoslovaque Zoltan Demjan et les Soviétiques Youri Moiseev et Kazbek Valiev réussissent eux aussi, l’ascension du pilier sud-ouest en totale autonomie en déplaçant chaque jour leur petite tente de 200 mètres vers le haut (3).

En 1980, une formidable cordée internationale composée de Voytek Kurtyka, Ludwik Wilczy, Alex MacIntyre et René Ghilini avait déjà réussi l’ascension en style alpin de ce même Dhaulagiri mais par la face est qui ressemble, dit-on, à un empilement de deux faces nord des Courtes avant de rejoindre la voie normale vers 7 650 mètres. Et puisque l’on parle de Voytek Kurtyka, comment de pas mentionner ici sa fantastique ascension en 1985 du Gasherbrum IV par la face Ouest – autrement appelée le « Shining Wall » – en compagnie de Robert Schauer. Il manque certes quelques mètres au Gasherbrum IV (7 925 mètres) pour entre dans le club des 8 000 mais il serait dommage de laisser sur le carreau ce qui est aujourd’hui considéré comme l’une des plus belles réalisations en Himalaya.

Le K2 et la « Magic Line » de Reinhold Messner

Au K2, il est coutume de dire qu’il n’y a pas de voie normale. La voie historique de 1954 qui suit l’éperon des Abruzzes est certes la plus empruntée car la plus facile mais sa difficulté n’a rien de comparable avec celle de la voie classique de l’Everest par exemple. Pourtant certains grands noms de l’alpinisme n’ont pas hésité à tenter leur chance sur des itinéraires encore plus compliqués. En 1979, Reinhold Messner s’engagea avec Michael Dacher sur le pilier sud dans une voie à laquelle il donnera un nom équivoque : la « Magic line ». Messner et Dacher atteignirent bien le sommet du K2 cette année-là mais pas par cette voie qui ne fut finalement achevée qu’en 1986 par une expédition comprenant les polonais Wojcich Wróż et Przemek Piasecki ainsi que le Tchèque Peter Bozik (Wróż se tua lors de la descente). Preuve de sa difficulté, la « Magic Line » ne fut répétée qu’en 2004 par l’espagnol Jordi Corominas qui réussit à l’occasion un remarque final en solo. Autres ascensions notable au K2, la face sud réussie en 1986 par les polonais Jerzy Kukuczka et Tadeuz Piotrowski (qui se tua également à la descente après avoir perdu un crampon) puis en 1991, l’ascension mythique de Pierre Béghin et Christophe Profit sur l’arête nord-ouest.

Mais s’il y a bien une voie en Himalaya qui empêcha de dormir le gotha de l’alpinisme pendant des années, c’est certainement la face sud de Lhotse et ses 3 500 mètres de paroi verticale. Le français Nicolas Jaeger et le polonais Jerzy Kukuczka font partis de ceux qui n’en sont jamais revenus… Tous se cassèrent les dents sur ce qu’il fut longtemps convenu d’appeler « le dernier grand problème de l’Himalaya », jusqu’à ce qu’en 1990, l’escroc slovène Tomo Cesen déclare l’avoir gravie en solitaire. Après l’une des plus belles controverses de l’histoire, la première de la face sud fut finalement attribuée à la lourde expédition russes qui vit Sergey Bershov et Gennadiy Karataev atteindre le sommet le 16 octobre 1990.

Une tendance aux traversées

S’il reste aujourd’hui certainement beaucoup de voies à ouvrir sur les plus grands sommets himalayens, la tendance semble être aux traversées, un peu à la manière de ce qui se fait en Patagonie avec la traversée du groupe du Cerro Torre par Rolando Garibotti et Colin Haley en 2008 puis celle des aiguilles du Fitz Roy réussie par Alex Honnold et Tommy Caldwell en 2014. Ce printemps, Simone Moro et sa compagne Tamara Lunger ont en effet pour projet de traverser le massif du Kangchenjunga, soit un périple de 5,5 kilomètres au-dessus de 8 000 mètres qu’ils espèrent réaliser en trois jours. Ueli Steck, qui a trouvé la mort le 30 avril dernier en s’acclimatant sur les pentes du Nuptse, envisageait pour sa part, une inédite traversée Everest-Lhotse. Profitons de ces quelques lignes pour rendre hommage à celui qui n’était pas le dernier à s’aventurer hors des sentiers battus…

Littérature (non exhaustive) sur le sujet :

(1) Que l’on peut situer entre la conquête de l’Annapurna (premier 8 000) en 1950 et celle du Shishapangma (dernier 8 000) en 1964.
(2) Reinhold choisit de descendre par le versant du Diamir (plus facile) en raison de l’état de fatigue extrême de son frère.
(3) Lire l’article de François Carrel sur le blog sommet.info

K2 - Voie Magic Line
Le K2 et l’itinéraire de la Magic Line de 1986 (photo tirée du livre Libres comme l’air de Bernadette McDonald).

Chullanka, vos sports grandeur nature

28 Commentaires

  • Zian - 22 mai 2017 à 8 h 55 min

    Tes articles fort bien documentés sont toujours attendus avec impatience. Bravo pour le style et l’originalité du point de vue : la grande histoire des Montagnes, les petites histoires des hommes qui inventent l’alpinisme…
    Un régal de gourmet, Merci .

  • thomas - 22 mai 2017 à 10 h 41 min

    Merci Zian. Tes commentaires aussi sont attendus avec impatience. Tu reviens quand tu veux !

  • Pierre-Marie Girardot - 31 mai 2017 à 21 h 10 min

    Merci pour cet artîle passionnant (…corriger : « L’exploit colossal(e) sera néanmoins… »
    Sinon je ne sais pas s’il y a beaucoup de « poètes » en montagne au sens figuré… Mais on comprend le sens. Dommage cependant que l’article soit « trop riche » . Il aurait mérité d’être rédigé en 2 voire trois épisodes.
    On pourrait ajouter les dernières news (mais je n’ai pas vérifié l’authenticité ayant reçu l’information par un ami qui vit à New Dehli) : l’ascension de l’Everest du « catalan » en 24h et d’une indienne deux fois en une semaine. … Décidément on n’a pas fini d’inventer. A quand l’ascension en baskets en maillot de bain !!

  • thomas - 1 juin 2017 à 7 h 56 min

    Merci pour la correction. Madame Summit-Day, qui a assez peu de considération pour la chose alpine, a renoncé à son devoir de relecture ces derniers temps. Il semblerait qu’elle soit d’accord avec toi concernant la longueur des articles…

  • Mez - 13 mars 2018 à 14 h 36 min

    La FACE ouest du Gasherbrum 4, pour moi la plus belle montagne du monde et peut être le plus grand exploit en montagne de tous les temps, la description de l ascension par ces grimpeurs d exceptions ( même si Shauer a disparu des radars après , ce qui se comprend après une telle ascension)est juste une hallucination dans tous les sens du terme!!
    A savoir qu’ il n ont pas atteint le sommet ,sinon il mourrait!! mais on s en fout tellement l engagement ,la pureté du style et l aventure dans une face de dingue était tout simplement extraordinaire
    Encore aujourd’hui qui je reviens toujours a cette ascension
    Un chef d oeuvre!!!!

  • Mez - 13 mars 2018 à 17 h 45 min

  • Mez - 13 mars 2018 à 17 h 49 min

    le Shining Wallhttp://www.filigranowa.com/images/g4/cassin_g4.jpg

  • Mez - 13 mars 2018 à 17 h 54 min

    En rouge Bonnati/Mauri 1958
    En jaune les coréens en 1997 en grosse expé pas de photos, sommet contesté!!!

  • Mez - 13 mars 2018 à 21 h 48 min

    Voila la FACE de l avenir( elle l était déjà dans les années 80!!!)
    Pour récapituler c est une montagne qui a été gravit pour la première fois en 1958 par la Légende Bonnati et le non moins talentueux Mauri .il n ont pas mis un doigt de pieds dans l face ouest mais sont passés par l arrête Nord Est qui est déjà une ascension extraordinaire à l époque , dans les années 2008 une très forte équipe basque avec Innarutégui,latorre vallejo…a réussi l arrête nord ouest avec un engagement selon leurs dires ( tous ces gars ont au moins 30/8000 à eux tous dont les 14 pour Innaturegui)
    En 1997 les coréens avec une grosse expé lourde sont entrés les premiers dans la face ouest coté gauche, le problème est que le sac contenant les photos est tombé,ZUT alors!!!, en résumé C une ascension très controversée.
    en 1985 des dingues se présente devant cette face jamais tenté, il y a Kurtyka déjà une légende qui a fait ses classes a l école polonaise dans les Tatras puis partout ou il fait froid, du vent des chutes de pierre….Pour endurcir le cuir déjà bien tanné et surtout il a fait équipe avec l immense Kukuczka l homme de fer, de peu de mots mais d une determination hors du commun( il faudrait faire un blog juste en son honneur!!!)Kurtyka est donc prêt pour cette aventure il fera équipe avec Robert Shauer grimpeur Autrichien de très haut niveau qui a fait ses classes sur les 8000 pakistanais avec Messner comme guide…avant d atteindre l Everest en 1978 un parfait compagnon pour une telle ascension.
    Motivés comme jamais ils ont réussi à escalader la face de 2500 m de haut en style alpin avec une partie en marbre très haut ( C pour cela que l on l appelle le Shining Wall!.) Après huit jours dans la face avec un temps parfois pourri, ils ont atteint le sommet Nord le 20 juillet. En raison de la faim, de la soif et de l’épuisement qui on été jusqu’à des hallucination vraiment flippante, ils ont renoncé à la traversée vers le sommet principal( quelle présence d esprit!! d ailleurs tout le monde s en fout qu’ il n est pas atteint le sommet) et ont immédiatement commencé la descente à travers l arrête nord-est, qui a duré encore trois jours a la limite de la mort. lire le récit de Kurtyka est vraiment impressionnant.
    Pour tout le monde C l exploit du siècle et pour moi toutes les grande voies qui ont été fait depuis n on pas atteint ce degrés d engagement, d ailleurs Shauer a disparu des radars de l alpi extreme.il avait tout donné pour cette montagne. Kurtyka a continué à faire des choses grandiose mais avec une marge de sécurité; il est devenu plus prudent , d ailleurs c est l un des seuls survivants avec le KING Messner de l âge d or de l alpinisme extreme des années 70/80
    Ma question a vous tous les amis qui est capable d aller dans cette face ouest pour ouvrir une nouvelle voie ou répéter celle de Kurtyka/Shauer
    Je pense qu en solo c est du suicide donc je vois plutôt une cordée de très très haut niveau avec beaucoup d expérience
    Des noms viennent comme une évidence
    Urubko que l on présente plus, le plus grand himalayiste en ce moment je pense!
    Bielicki immensément fort avec 2 ou 3 /8000 en hiver et qui nous à prouver qu’ il pouvait suivre Urubko
    Graziani ( après sa mascarade a L Everest qui est bien entendu oublié) est le premier homme à réussir la face sud de l Annapurna avec Stephane benoits en style alpin bien entendu ( qui est hors jeu maintenant avec toutes ses amputations)
    Steve House le premier a réussir le versant Rupal avec Anderson en style alpin(face la plus haute du monde 4500 m!!!! )au Nanga en 2005.Mais qui a aujourd’hui qui un jolie petit garçon et belle femme qui lui a surement dit d arrêter ses délires( tiens cela me rappelle Profit)Heureusement qu’ elle sont là les femmes!
    Mick Fowler and co mais le problème c est que le type travail au impôt Britannique et au niveau des CP il peut pas prendre plus d un mois!!!je rigole pas!!le type il a 2 ou 3 piolet d or et il grimpe pendant ses vacances pendant que toi tu vas a Benodet mangé des glaces au caramel beurre salé!!!
    Les frères Huber qui sont des guerriers et qui ont fait leurs preuves dans tous les style de grimpe du Yosemite au Shiviling et qui sont capable de tout
    Là tout de suite je vois pas d autres gars ou filles, aidez moi à trouver d autres grimpeurs(ses)
    Après ont fait un Gasherbrumthon pour trouver de l argent et du matos et on envoie sur place Thomas comme envoyé spécial avec des directs tous les soirs sur une chaine nationale et Jean Paul pour la Nego avec les boites du CAC 40 pour faire un retour béton de l expédition…Moi si cela ne vous dérange pas, je pars aussi pour voir que tout va bien ,vérifier que Pedro26 n est pas entrain d engueuler l Ambassadeur du Pakistan par rapport à d ‘éventuelle secours et aussi pour passer du bon temps dans l un des endroits les plus beau du monde.
    Voila j ai fini et maintenu au boulot nous avons 5 mois devant nous.
    Bien à vous
    Mez

  • Mez - 14 mars 2018 à 7 h 12 min

    Pour Bonati/Mauri arrête Nord Ouest,pareil pour les basques et a la descente de Kurtyka/Shauer arrête nord ouest aussi
    Pour la Paul Presboit/Henry Guibet c est en cour!!! Ahahahaha

  • Jean-Paul - 17 mars 2018 à 0 h 44 min

    Ben dis donc! Tu es super en forme! Ça donne envie!
    Je vais me renseigner sur ce G4…
    Pour moi la plus belle c’est l’Ama Dablam… mais bon, purement au plan graphique….
    Pour les grimpeurs, je ne sais pas. Si Urubko n’est pas disponible je sens que ça va encore me retomber dessus!!!

  • Mez - 17 mars 2018 à 8 h 51 min

    C vrai que le cervin de l himalaya est pas mal aussi!!!

  • Jean-Paul - 18 mars 2018 à 0 h 36 min

    Personne pour aider Mez? C’est quoi cette apathie généralisée ?
    Pas d’expe en préparation ?
    Non mais je vais vous mettre Kim Jong Un sur le dos, vous allez moins vous la couler douce!

  • Mez - 18 mars 2018 à 10 h 02 min

    Bon bein moi je retourne voir les cours de facs de ma grande!!!

  • guillaume - 18 mars 2018 à 10 h 36 min

    C’est sûr que cette face gigantesque et élancée, lumineuse et ténébreuse, ensorcelante au dessus du Baltoro c’est un summum absolu de l’alpinisme. Elle a déjà été gravie, il reste sans nul doute à faire des directissimes, des aventures homériques.
    Un peu l’équivalent de la FN de l’Eiger après guerre.
    Mais il reste aussi sur les très haut 7000 du Karakoram des explorations totales.
    Le versant Nord-Est du Masherbrum, évident depuis le Baltoro. Jamais gravi.Une face hallucinante. Une tentative de David Lama surmédiatisée et quoi d’autre? Pour un sommet déjà extrêmement peu gravi.
    Et le Kunyang Chish.Déjà très très peu gravi par ses lignes de faiblesse, alors par les lignes les plus raides…des dangers inouïs aussi, sur ce massif considéré par les géographes comme le plus grand (en volume) de la planète. Montagne secrète et terrible.

    Et tout près de là,le versant nord du Disthegil Sar:
    http://www.himalaya-info.org/images/Images%20Aussichtspunkte/Luftbilder%20Karakorum/Disteghil%20Sar%20von%20NNW.jpg

    ou:
    http://www.himalaya-info.org/images/Images%20Aussichtspunkte/Luftbilder%20Karakorum/Hispar%20Muztagh%20+%20Nanga%20Parbat%20von%20NNO.jpg

    Sans compter le Batura Muztagh, ou de l’autre côté la partie disputée à l’Inde, inaccessible autour du Siachen qui recèle de très hautes et très escarpées montagnes (Saltoro Kangri,Saser Kangri…et des moins hautes et hyper élancées…)
    Enfin plus globalement en se baladant en avion au dessus du Karakoram par n’importe quelle ligne on voit que les explorations de pics acérés est sans fin:
    http://www.himalaya-info.org/Karakorum_flug.html

    Et on voit que le G4 est un must…

  • Mez - 18 mars 2018 à 13 h 04 min

    @ Guillaume
    Entièrement d accord avec toi, il y a encore des centaines de 6000/7000 fantastiques à gravir
    Mais C est vrai que le Gasherbrum4 par cette face ouest illumine le glacier du baltoro avec son grand frère le K2
    Au début du glacier il y a les tours de Trangos ,l Uli bahio….le rêve absolu de tout grimpeur de bloc
    J en connais pas mal qu’ en tu leurs parles de ces endroits ils ont les mains qui suent!!!!
    Il est reconnu que C le plus belle endroit du monde pour les fous de montagne!!

  • Mez - 18 mars 2018 à 13 h 26 min

    D ailleurs C endroits sont le terrain de chasse de l IMMENSE!!!!!!Mick FOWLER et ses potes anglais.
    Ces types font du style alpin tranquillou dans des faces de dingue ou il y a pas un chat et hop 3 piolets d or Pour Fowler je crois!
    l homme des impôts Britannique avec ces 20 CP !! Ahahahahaha
    C pour cela que la saison de l Everest je regarde même pas sauf si il y en a un qui le tente en marche arrière les yeux bandés!!ne rigoler pas ça va venir!!!

  • Jean-Paul - 18 mars 2018 à 20 h 56 min

    Il donne envie le Guillaume!
    Quelle verve et quelle conviction!
    Je ne connais pas le Karakorum… et je le regrette!
    Il faut donner suite à l’idée de Mez!
    Mez, combien ça coûte une expé au G4 avec Urubko et Graziani?
    Guillaume: tu as passé ta vie dans le coin ou tu es juste passionné?
    En tout cas tu en parles magnifiquement!
    Merci.

  • Mez - 18 mars 2018 à 22 h 15 min

    @ Jean Paul
    Je sais pas 40€ par personnes voir 50 mais pas plus
    @ Guillaume
    C claire que tu en parles magnifiquement a mon avis tu était au collège et au Lycée à Skardu!

  • Jean-Paul - 19 mars 2018 à 0 h 35 min

    Mez, un peu de sérieux!
    Sinon j’en refère à Mme Mez pour qu’elle te morigène!
    Et pourquoi serait-il interdit de rassembler un budget et des sponsors?
    Tu penses que c’est vraiment hors d’atteinte?
    J’ai fait du business au Pakistan au début des années 90, mais depuis plus rien, et c’est un de rares pays qui me fout vraiment les jetons…
    D’après ce que vous en dires toi et Guillaume, c’est vraiment dommage….

  • Jean-Paul - 19 mars 2018 à 0 h 36 min

    Dites… pas dires…

  • Pedro26 - 19 mars 2018 à 0 h 51 min

    Du pognon, toujours du pognon…

    Vive les montagnes sans pognon !

  • Mez - 19 mars 2018 à 7 h 41 min

    @Jean Paul
    Non ce n est pas hors d atteinte, une super Pub( style la tentative du siècle mais vraiment par une nouvelle voie)des sponsors béton mais en général les grimpeurs de haut niveau on déjà des marques avec eux ,Graziani avec Millet (j ai travaillé 10 ans chez eux)..
    A mon avis avec 150KE maxi tu fais l affaire car C en style alpin donc pas de camps intermédiaire , pas de porteurs….
    Le plus dur est de trouver les grimpeurs!!!!

  • Mez - 19 mars 2018 à 10 h 38 min

    @Pedro26
    Il faut un minimum d argent pour partir en expé,rien n est gratuit!!!Les montagnes sans pognons,sans doudounes,sans chaussures, sans bâtons….( tu te rappelles l autre à l UTMB!!!!)
    ça tiens pas la route tout simplement!!

  • Jean-Paul - 19 mars 2018 à 11 h 04 min

    @pedro26
    Entièrement d’accord avec toi!
    On part en velo comme Göran Kropp, on dort chez l’habitant en chemin, on te laisse négocier les permis, on recupère du vieux matériel laissé par Kukuzcka, et je vous attends au camp de base avec un bon thé emprunté à l’équipe coréenne d’à côté!
    Elle est pas belle la vie?

  • Jean-Paul - 19 mars 2018 à 11 h 13 min

    @Mez
    Désolé de revenir sur le sujet. Je ne suis pourtant pas obsédé par l’argent. Quand tu dis 150KE c’est en plus des budgets des « sponsors béton » ou c’est le budget?
    Parce que si c’est le budget, tu contactes Urubko pour savoir si ça le tente et on le fait.
    Il faut vivre ça au moins une fois dans sa vie!
    Y a t’il des pros de la prise d’image sur ce blog?
    En plus ta face G4, j’ai l’impression qu’on peut presque tout suivre en direct?

  • Mez - 19 mars 2018 à 14 h 04 min

    @ Jean Paul
    150KE c est tout compris, il faut des porteurs juste pour emmener le matos sur place,
    un cuisinier qui fait de la bonne bouffe, au camp de base les grimpeurs aiment la bonne bouffe, C bon pour le moral . C la haut qu’ ils prennent Ovomaltine et Toblerone.Le permis coute pas grand chose vu la défection des expés depuis l attentat au Nanga .Si un sponsor dans les médias ou le Web ce met dans le coup automatiquement d autres vont suivent.en fait il faut un minimum d Exposition!!! pas seulement dans le cercle fermé des déglinguos de la montagne comme nous!!!
    Il faut des gens sérieux et passionnés, pas le morbide qui attend que tous le monde meurent dans des souffrances atroces!!!
    Il faut payé les grimpeurs car C 2 mois sans rentrée d argent
    Et il faut du matos à la pointe pour filmer en altitude, les images de mon arrivé au sommet après 5 jours de délire, avec ma raie au milieu n on pas de prix!!!
    Le problème C qui? et là seul Thomas peux faire avancer la chose moi je n ai plus de contact de grimpeurs(ses) de très haut niveau!
    Au fait « Morigene » j en ai parler à ma femme!!!elle vient de partir avec les enfants en criant Morigène!morigène est ce que j ai une tête de morigène!!!!ahahahahah

  • Jean-Paul - 20 mars 2018 à 17 h 01 min

    Bon bon bon. Je me mets au travail… en tout cas d’accord sur un point: la cuisine. Pas de concession possible… 🙂

Flux RSS pour les commentaires de cet article.

Laisser un commentaire