A propos

Thomas

14 février 2015. Je marche sur une pente neigeuse quelque part dans la combe ouest sur le versant sud de l’Everest. A mes côtés, Tom Bourdillon avance en faisant la trace devant Charles Evans et John Hunt. Edmund Hillary est resté se prélasser un peu plus bas au camp III avec Tenzing Norgay. Dans quelques instants, ma vie va basculer…

Pendant que Bourdillon dépose son chargement dans la neige au futur emplacement du camp IV, je me lève de mon canapé, j’attrape un stylo et un bout de papier dans le tiroir de mon secrétaire et je commence à tracer la carte de ce qui me semble alors être le parcours emprunté par ces hommes qui sont en train de pénétrer mon cerveau à mesure qu’ils se rapprochent du sommet. Je dessine une sorte de grand triangle qui représente l’Everest, puis j’ajoute des petites croix pour signifier les emplacements des différents camps. J’inscris également des noms qui commencent à me devenir familiers : Ice fall, combe ouest, éperon des Genevois, col sud… Pendant que je compulse les pages Wikipédia de l’Everest, d’Hillary et de Tenzing, mon cortex cherche de la place. Je devais avoir une grosse poche de vide car les informations s’intègrent sans problème. Lorsque je referme « Victoire sur l’Everest », il m’en faut d’autre, très vite. Je cours acheter « Tragédie à l’Everest » qui m’avait fait de l’œil avant que je n’opte pour le récit de John Hunt. Ça y est, j’ai la fièvre des sommets…

Comment diable, l’amateur de récits en milieu hostile que je suis, a-t-il pu si longtemps ignorer la littérature alpine ? Des années à chercher le Graal dans les tranchées de la Somme ou dans les profondeurs de la mer du nord alors qu’il était dans les montagnes… Depuis ce jour décisif de février 2015, les livres de montagne s’empilent sur ma table de nuit à peu près au même rythme que les articles sur ce blog qui est désormais résolument tourné vers l’histoire de l’alpinisme dont l’improbable richesse ne finira jamais de hanter mes nuits : Bonatti, Messner, Desmaison, l’Annapurna, le K2, le mont Blanc, les faces nord, les bivouacs, les hivernales, les tempêtes, les drames, les controverses, les grandes premières, les récits, les livres… Quelle autre activité peut se targuer d’une telle légende ?

Il convient tout de même de préciser que même si j’ai mis un bonnet sur la photo, je n’ai jamais tenu un piolet de ma vie… mon seul fait de gloire en montagne c’est l’ascension du Tourmalet en vélo (solo en style alpin-léger) il y a quelques années… je n’ai jamais mis les pieds dans les Grandes Jorasses, encore moins dans les Dolomites et je ne vous parle même pas de l’Himalaya… il faut dire que j’ai le vertige et qu’en dessous de 20°C, j’ai très froid… Cela fait-il de moi un escroc au même titre que Lino Lacedelli ou Tomo Cesen ? A vous de juger…

A vos piolets !

Thomas

P-S : Les illustrations qui ornent ce site sont signées Richard Johnson, talentueux illustrateur du Washington Post. Avant de les voler sur cette formidable page qui vous propose d’escalader l’Everest depuis votre bureau, j’ai envoyé un mail à Richard pour lui demander son autorisation mais il ne m’a jamais répondu… j’ai pris ça pour un non mais elles sont vraiment trop parfaites… du coup j’ai un peu honte mais je les ai gardées…

Chullanka, vos sports grandeur nature

7 Commentaires

  • pascaline - 10 décembre 2015 à 16 h 29 min

    Je ne sais pas si ça compte mais quand j’avais une douzaine d’années, un hiver j’ai participé à une randonnée en montagne, jusqu’à un refuge. J’étais accompagnée de tout un groupe. Quand je suis arrivée là haut, le soleil se couchait sur la montagne ennneigée, c’était magnifique. Mes pieds étaient en sang et pleins de cloques, en effet, je n’avais pas d’après-skis (mes parents trouvaient que c’était un achat inutile)et j’avais fait la rando en chaussures de ski.
    Je n’ai jamais recommencé mais j’en ai un souvenir formidable. Inutile de dire que le lendemain après une nuit blanche couchée sur une paillasse avec une couverture humide, je n’ai pas remis ces infâmes chaussures de ski en cuir, (oui, il y a très longtemps les chaussures de ski étaient en cuir). Je suis redescendue en chaussettes dans la neige, les chaussures dans mon sac à dos. C’est pas des conditions extrêmes ça ? Non, d’accord ! mais je les envie quand même un peu ceux qui ont l’audace d’escalader !

  • thomas - 10 décembre 2015 à 17 h 04 min

    Bien sûr que ça compte ! Je vais venir t’interviewer !

  • pascaline - 15 décembre 2015 à 11 h 30 min

    C’est pas la peine, j’ai tout dit ! mais moi aussi j’ai un beau bonnet de laine pour les jours de grand froid

  • Fabien Grimpe-a-vue - 23 décembre 2015 à 3 h 32 min

    Je dirais plutôt « qui ne dit mot consent », non ? 😉

  • L'épicière - 25 avril 2016 à 12 h 45 min

    Vraiment super chouette site, autant pour les récits légendaires que pour les nombreuses chroniques de film et d’ouvrages qui vont agrandir ma liste de choses à lire ou voir. Et puis ça tombe bien aujourd’hui il neige!

  • pashmina - 9 février 2017 à 8 h 09 min

    Je ne te dis pas merci ! (Je me permets de te tutoyer car j’ai passé toute la nuit avec toi ! On a tous les deux, et malgré toi, une certaine intimité désormais ! Non non, que Madame Summit ne sois pas jalouse, tu m’as comprise j’ai passé toute la nuit à lire tes articles, à fureter de lien en lien, à frissonner, à sourire , à pleurer, à me dire « oh putain, le truc de dingue « ! etc …).J ai même pris des notes dans un carnet. Mon côté prof sans doute.
    Bref je ne te dis pas merci car ce matin je suis super fatiguée (c’est comme « fatiguée » mais avec une cape). Et là j’attends mes élèves.
    Et cette journée, va être je le sens, comme une ascension hivernale en solo par la face nord. Et bien que je n’entrevois aucune fenêtre météo favorable, faut que j’y vais ! Sans avoir dormi, je peux te dire que l’Annap à côté c’est de la roupie de sansonnet. Oui je parle comme une vieille parce que je suis vieille !
    Plus sérieusement, je te remercie pour la qualité de ton travail et je suis épatée (encore un mot non utilisé depuis 1938) par la richesse de tes articles, ton humour aussi, ta connaissance précise et ta façon de relater tout cela ! Bravo !

  • thomas - 9 février 2017 à 9 h 49 min

    C’est donc toi le maniaque qui a consulté plus de 100 pages cette nuit ?! C’est pas très raisonnable… ça va se finir à grands coups de piolet dans du collégien… n’hésite pas à faire demi-tour si tu le sens pas…

Flux RSS pour les commentaires de cet article.

Laisser un commentaire