A l’assaut du Khili-Khili // William Ernest Bowman

L'himalayisme déjanté

Sommet de 13 000 mètres d’altitude perdu aux confins du Yogistan, le Khili-Khili attend ses premiers assaillants : une équipe de sept alpinistes parfaitement incompétents menée par un chef d’expédition aussi loufoque que dépassé. Si Maurice Herzog et John Hunt ne se sont pas reconnus dans cette parodie déjantée des expéditions himalayennes des années 50, c’est qu’ils ont l’ophtalmie des neiges persistante…

Lucien Devies et les poncifs héroïques taillés en pièces

Publié pour la première fois en 1956, A l’assaut du Khili-Khili ne fait pas dans la demi-mesure quant il s’agit de tailler en pièces les poncifs du récit d’expédition. La double introduction, hommage à peine déguisé à Lucien Devies, maitre incontesté de l’avant-propos bourré de clichés héroïques, annonce formidablement la couleur. La suite c’est un enchainement de caricatures désopilantes : il y a Jungle et son infaillible sens de l’itinéraire qui le fait sens cesse tourner en rond, il y a Pong, le cuisinier dont les petits plats inspirent surtout la terreur, il y a le traducteur qui ne comprend rien, le scientifique, le médecin… sans oublier bien sûr les porteurs qui ont eux-même leurs propres porteurs, qui eux-même…, etc.

« Pour lutter contre mes maux d’estomac, j’avais pris un petit déjeuner léger et j’étais un peu affaibli par l’inanition. Je me nourrissais de comprimés anti-dyspeptiques, qui ne donnèrent la migraine. Je découvris par hasard que le fait de lécher la crème protectrice dont je m’étais enduit le visage soulageait quelque peu mes douleurs d’estomac. Par malheur, cette pratique eut le double résultat de me faire attraper des coups de soleil sur la figure et des gelures sur la langue. » L’humour typiquement anglais de William Ernest Bowman fait merveille et même si au final, l’ensemble peut paraitre un tantinet longuet, ce coup de piolet dans la fourmilière du récit d’expédition fait du bien aux zygomatiques trop souvent pris dans les glaces aseptisées de la littérature himalayenne.

A l'assaut du Khili-khili - William Ernest Bowman

Chullanka, vos sports grandeur nature

Pas de Commentaire

Pas de commentaire.

Flux RSS pour les commentaires de cet article.

Laisser un commentaire