La mort suspendue // Joe Simpson

L'invraisemblable récit

Pour les livres de montagne, une chose est sûre: quand il arrive un truc incroyable à un type qui sait écrire, ça fait un best-seller. N’est-ce pas Mister Krakauer ? Incroyable, le mot est faible pour décrire le calvaire qu’a vécu Joe Simpson en 1985 dans le Siula Grande…

« Touching the Void » (en version originale) est incontestablement un des récits de survie en montagne les plus invraisemblables qui soient. Le début de l’histoire est pourtant des plus banales: deux amis Joe et Simon partent en expédition dans les Andes Péruviennes pour tenter l’ascension du Siula Grande (6356 mètres). Tout va très bien jusqu’à ce que Joe se casse une jambe en glissant comme un con lors de la descente… la maxi loose… Simon essaie bien de le descendre pendant un moment à l’aide d’une corde et d’un système de siège creusé dans la glace mais la méthode a ses limites et Joe finit fatalement par tomber dans une crevasse gigantesque et se retrouve suspendu dans le vide. Après un grand moment de réflexion, Simon, qui ne peut plus rien pour lui, décide de couper la corde…

Le reste de l’histoire c’est trois jours à ramper dans la glace avec une jambe en miettes, un petit peu fatigué quand même, sans rien boire ni manger, pendant que tout le monde te croit mort… un vrai bonheur ! Et Pendant ce temps là, Simon, qui a réussi à rejoindre le camp de base, commence à penser sérieusement à plier bagage et à rentrer à la maison avec, dans son sac à dos, une bonne dose de culpabilité et un moral en berne… on imagine la course contre la montre du pauvre Joe qui rampe, qui rampe et qui rampe encore…

Je vous laisse un peu de suspense pour la fin mais je vous livre un dernier détail qui croustille pas mal: à l’hôpital de Lima, la balance indiqua 46 kg quand la jolie infirmière posa la dépouille vivante de Joe dessus… Moins 20 kg ! Oh my god !

« La mort suspendue » est l’un des meilleurs livres de montagne de l’univers. L’histoire est incroyable, c’est bien écrit, il y a un suspense de fou… bref, bien installé au chaud sur un bon canapé, ça se dévore en deux heures. Et pour ceux qui n’aiment pas lire, sachez qu’un film, sorti en 2003, retrace l’aventure de nos deux alpinistes en galère.

Pas de Commentaire

Pas de commentaire.

Flux RSS pour les commentaires de cet article.

Laisser un commentaire