Hivernale au K2 : le très gros live !

9 janvier 2018 - 433 commentaires

Bon c’est pas tout ça mais on a une hivernale au K2 à suivre. Alors mangez vos enfants, posez des RTT, des vacances, démissionnez s’il le faut ou prenez votre retraite mais soyez présents parce que ça va barder ! Attention, gros dispositif ! K2 dla Polaków !

k2-live

  • Le live
  • L’équipe
  • L’historique
5 mars
Bon ben voilà… on voulait encore y coire mais c’était écrit… on regrettera simplement de ne pas avoir eu de vraie tentative sommitale pour s’enflammer encore un peu plus mais c’était sympa quand même, hein ? Il ne me reste plus qu’à remercier François Damilano et Yves Ballu d’avoir accepté de boucher les trous au début de ce live, les twittos polonais pour leur passion et leurs innombrables info, Google traduction sans qui ce live n’aurait pas existé, mes confrères d’Altitude News qui ont fait un sacré boulot, et bien sûr Adam, Denis, Krzysztof and co de nous avoir tant fait vibrer ! #K2dlaPolakow !
Mais c’est surtout à vous tous que j’ai envie de dire merci ! Tenir ce live a été une belle aventure mais je n’étais pas seul à bord ! 258 commentaires au moment où j’écris ces lignes… Toute cette passion, ces discussions, ces échanges… c’était si beau ! Dziękuję wszystkim !
Avant de conclure, je voudrais avoir une dernière pensée pour Tomek qui a sûrement suivi ça depuis là-haut… Je propose qu’on lui dédie tout ça. On ne t’oubliera pas Tomek !
5 mars
Suite à la reconnaissance d’Adam et Janusz ce matin, Krzysztof Wielicki a décidé de mettre un terme à l’expédition. Les cordes fixes sont sous la neige, le camp I est ravagé, les risques d’avalanche sont très élevés et la fenêtre météo est trop courte pour que tout le monde puisse s’acclimater correctement. « Priorité à la sécurité » a dit le boss. Voilà, c’est fini…
4 mars
L’action reprendra finalement dès demain ! Adam Bielecki et Janusz Gołąb vont aller vérifier l’état des cordes et de la paroi après les dernières grosses chutes de neige. La semaine s’annonce radieuse ! J’ai un nouveau plan. Un peu plus… enfin, un peu moins… Adam et Janusz montent au camp III, puis poussent un peu pour voir. Ils passent la nuit de mardi à mercredi proche 8 000. Le lendemain à l’aube, Adam appelle Krzysztof par radio : « Tu sais aussi bien que moi que la seule chance de réussite, c’est que j’y aille seul dès maintenant. » Sans lui laisser le temps de répondre, il coupe la radio, sert la main de Janusz et file vers le haut avec sa frontale. Après tout, rappelez-vous de la première hivernale du Lhotse en 1988… qui avait réussi le sommet en solo ? Krzysztof Wielicki…
2 mars
Les dernières prévisions météo ne sont pas bonnes… personne ne sortira ce week-end sur le K2 où l’on attend de grosses chutes de neige. On annonce aussi de gros risques d’avalanche dans la foulée… Il va falloir encore attendre au moins jusqu’à mardi. Bon, bon, bon…
2 mars
La fenêtre météo de la semaine prochaine est toujours là et semble partie pour durer. Si les gars peuvent sortir ce week-end, j’ai envie de croire en mon plan. Mais ces prévisions sont-elles vraiment fiables ? « Elles changent d’heure en heure » dit Marek Chmielarski. Il semble que Wielicki ne tentera rien tant qu’il n’aura pas deux cordées parfaitement acclimatée. Sécurité avant tout.
28 févr
Le temps est toujours sale. Ceux qui restent ont l’air encore chauds pour tenter un truc. Janusz Gołąb veut bien faire équipe avec Adam mais il doit d’abord s’acclimater. A partir de samedi le vent semble faiblir et une très belle fenêtre se dessine dans la foulée. J’ai un plan : Janusz monte samedi passer la nuit au camp III, il redescend dimanche, se repose lundi puis remonte tranquillement mardi avec Adam. Sommet jeudi. C’est un peu court jeune homme mais qui ne tente rien…
27 févr
Quelques photos et quelques mots de Denis sur le site mountain.ru (en russe) à propos de sa tentative. Il a atteint 7 600 mètres le bougre ! Il fait monter le petit curseur !
27 févr
Météo pourrie, tout le monde descend au camp de base. Adam Bielecki sur Twitter ce matin : « Nous avons besoin de deux fenêtres météo, une pour l’acclimatation et une pour le sommet. Je me demande si nous allons le faire… » J’ai comme l’impression qu’on prépare les valises…
26 févr
Comme on s’en doutait un peu, Denis a décidé de quitter l’expédition. Salut l’artiste et merci pour ce moment ! Marcin et Maciej n’ont finalement pas pu atteindre le camp III, ça soufflait trop fort là-haut. Ceci dit, ça a dû souffler aussi dans la tente de Wielicki…
26 févr
Le traceur GPS d’Adam Bielecki fonctionne désormais en France ! Génial ! J’y vois un signe ! C’est lui qui va aller au sommet ! C’est évident !
26 févr
Denis est finalement redescendu au camp II ce matin… Pourquoi ? On ne sait pas encore (probablement à cause de la météo) mais ça sent le retour au pays pour l’insoumis du K2. Les autres continuent de préparer la tentative collective toujours prévue pour début mars. Marcin Kaczkan et Maciej Bedrejczuk se dirigent actuellement vers le camp III.
25 févr
Dans une interview pour la télé polonaise, Wielicki dit qu’il pense qu’Urubko va tenter le sommet demain ! Il lui donne de bonnes chances de réussite mais est très inquiet pour la descente. J’espère qu’on va pouvoir le suivre à la jumelle !
25 févr
Pas facile de gérer les égos des uns et des autres sur ces grosses expéditions… Avant Wielicki, d’autres avaient eu du mal à contenir les fauves. Retour sur les précédents : Herrligkoffer, Dyhrenfurth et Wielicki, les chefs contestés de l’himalayisme.
25 févr
Il fait beau. Comme prévu, Kaczkan et Bedrejczuk vont au camp II pendant que Chmielarski et Małek montent au I. Denis a probablement passé la nuit quelque part au-dessus du camp I (dans sa propre tente ?). Dans ce genre d’expédition, le rôle du routeur météo est primordial. C’est souvent lui qui dit s’il faut monter ou descendre (Ceux que ça intéresse peuvent lire le livre de Yan Giezendanner, le spécialiste français : Le routeur des cimes). Puisqu’il n’a pas de radio, Denis n’aura pas accès à ces infos…
24 févr
Le reste de l’équipe continue les rotations d’acclimatation pour une tentative début mars comme prévu. Rappelons que Denis a toujours considéré qu’une véritable hivernale devait être réussie avant fin février. La météo n’annonce rien de folichon pour les jours à venir… Les autres vont-ils le soutenir (Janusz Mayer semble dire que oui) ? J’imagine qu’il n’a pas de balise GPS… A-t-il seulement emporté une radio ? Quelles sont ses chances ? Je ne sais pas, je ne sais plus… Quelle folie les amis ! Quelle folie !
24 févr
Alerte nucléaire de niveau 12 !!! Denis Urubko est parti en solo ce matin sans l’accord du chef d’expédition !! Il veut absolument aller au sommet avant la fin du mois de février ! C’est du lourd ! C’est Wielicki qui l’a annoncé officiellement !
23 févr
Après deux jours de décompression au camp de base, les affaires reprennent au K2 ! Demain, Marcin Kaczkan et Maciej Bedrejczuk monteront au camp I pour parfaire leur acclimatation. Ça sera effectivement intéressant, le jour du sommet, d’avoir une cordée de soutien pour Bielecki et Urubko. Dimanche, ils tenteront de déplacer le camp II à 6 700 mètres.
21 févr
Nos deux cadors sont sur le chemin du retour au camp de base ! Maintenant c’est massage, thalasso et repos en scrutant les bulletins météo. A partir de mercredi prochain, ça a l’air pas mal… Pendant ce temps-là, à l’Everest, Alex Txikon s’est mis en route pour sa tentative sans oxygène. Sommet vendredi ? On va suivre ça grâce à son traceur GPS.
20 févr
Adam et Denis sont montés en reconnaissance jusqu’à 7 400 mètres ce matin. Le plan semble être le suivant : nouveau dodo à 7 200 ce soir, puis tout le monde redescend pour mieux remonter au prochain créneau météo. La voie est équipée et les hommes sont acclimatés. Allez petit K2, soit sympa, donne nous quatre jours de beau temps la semaine prochaine !
19 févr
Adam et Denis sont dans leur tente à 7 200. Demain à 8 000 ? Peut-être… Janusz Gołąb et Maciek Bedrejczuk sont au camp de base tandis que Marcin Kaczkan et Darek Załuski passeront la nuit au camp I.
19 févr
La cordée de pointe vient de dépasser les 7 000 mètres et continue de monter ! Demain beau, mercredi vilain mais jeudi pas si mal. Alors qu’est-ce qu’on fait ? On redescend se reposer et attendre une nouvelle fenêtre ou on tente un truc ? Krzysztof Wielicki hier : « Tout sera réglé début mars. Si la météo ne donne pas d’opportunité, ça n’a pas de sens de rester assis ici ».
18 févr
Adam et Denis sont à 6 800 mètres, juste en-dessous de la Pyramide Noire. Demain, objectif 7 300 !
18 févr
Comme prévu, notre affaire prend de la hauteur ! Après avoir passé la nuit à 6 300, Adam et Denis vont établir le camp II puis vont foncer vers le camp III. Pendant ce temps-là, leurs collègues sécurisent la voie un peu plus bas. Bonne nouvelle, les cordes fixes de l’année dernière sont en bon état. Sur Twitter, Alan Arnette a lancé un sondage : « les Polonais vont-ils gravir le K2 cet hiver ? ». Pour l’instant, après 729 votes, c’est oui à 66% (j’ai voté 700 fois).
17 févr
Les six annoncés hier sont en route. Il y a 38 ans jour pour jour, Krzysztof Wielicki et Leszek Cichy réussissaient la première hivernale de l’Everest. Si les Polonais veulent boucler la boucle, ils doivent profiter des quatre jours de grand beau qui s’offrent à eux. Quel est leur plan ? Vont-ils se contenter d’installer les camps pour parfaire leur acclimatation ou vont-ils tenter un coup de poker ? Elle est belle cette fenêtre météo… Qu’est-ce que t’en penses Denis ?
16 févr
Mauvaise langue que je suis ! Malgré le vent, Marek Chmielarski et Artur Małek viennent d’arriver au camp I ! Demain c’est le grand retour de la légendaire cordée Bielecki-Urubko ! Janusz Gołąb et Maciej Bedrejczuk seront également à l’œuvre. On envoie du lourd dans la paroi, les jours qui arrivent pourraient être décisifs !
16 févr
La météo est tellement pourrie aujourd’hui qu’on a même pas de nouvelles… ça pionce au fond des duvets !
15 févr
Krzysztof Wielicki est parti en solo cette nuit pendant que tout le monde dormait ! Il serait déjà à 8 000 ! Non, je déconne, calmez-vous… trop de vent aujourd’hui, tout le monde est au camp de base…
14 févr
La lecture de son journal de bord ne laisse plus de place au doute : Denis Urubko est un lion en cage sur cette montagne. Le camp I n’est pas encore installé (c’est l’objectif du jour) qu’il a déjà repéré une fenêtre météo pour une tentative sommitale le 20 février. Il y a du Hermann Buhl chez ce garçon !
13 févr
Denis Urubko, qui est décidément l’homme fort de cette hivernale, est monté en reconnaissance jusqu’à 6 500 mètres hier. Il a trouvé pas mal de vieilles cordes qui devront être remplacées. Marcin Kaczkan et Piotr Tomala vont essayer d’équiper la voie jusqu’au camp I aujourd’hui.
12 févr
Puisque dans l’ensemble vous êtes plutôt mignons, je vous ai préparé un article complet sur la voie des Abruzzes. Il s’agirait tout de même de savoir où l’on s’aventure…
12 févr
Sur la voie historique des Abruzzes les camps sont habituellement établis à 6 000 (C1), 6 700 (C2), 7 400 (C3) et 8 000 mètres (C4). Entre le camp I et le camp II, les grimpeurs devront franchir la « cheminée House » (un compliqué système de fissures), puis, entre les camps II et III, la célèbre « Pyramide Noire », quatre cents mètres d’escalade très technique. Ensuite c’est un peu plus simple jusqu’au très raide couloir du « Bottleneck » à 8 300 mètres.
12 févr
Hier, Janusz Gołąb et Maciek Bedrejczuk sont montés jusqu’à 5 650 mètres sur l’éperon des Abruzzes. Ils ont établi un camp de base avancé à 5 300 mètres au pied de la voie. Urubko est parti ce matin en reconnaissance pour voir ce que ça donne au-dessus. Kaczkan et Tomala doivent suivre dans l’après-midi. La météo n’est pas terrible pour les jours à venir…
11 févr
Tous aux Abruzzes ! C’est officiel, c’est là-bas que ça va se passer désormais. J’espère que vous avez noté au passage mon sens aigu de l’itinétaire. J’ai modifié la carte en conséquence. Le curseur (désormais bleu) est donc reparti en bas.
10 févr
Changement de plan : ça parpine trop sur la voie des Basques, tout le monde redescend, on va essayer autre chose. C’est Bielecki qui l’a annoncé ce matin. Pas plus d’info pour l’instant mais j’ai comme dans l’idée que l’option de secours s’appelle la voie des Abruzzes, plus longue mais moins raide. On est déjà le 10 février et le sommet n’a jamais semblé aussi loin…
9 févr
Après Adam Bielecki, c’est Rafał Fronia qui vient d’être touché par une pierre vers 5 900 mètres alors qu’il approchait du Camp I. Avant-bras probablement fracturé… il devrait être évacué rapidement vers Skardu. Le K2 prend des allures de Verdun…
9 févr
Tomala et Fronia sont en route vers le camp I tandis que Małek et Chmielarski se dirigent vers le camp II. Il fait beau. Je sens que le curseur va monter dans les jours qui viennent ! Aucune information n’a fuité sur l’état d’esprit de Denis Urubko suite à sa sortie d’hier. Baisse de moral passagère ou vrai burn out ? Les colosses aussi ont parfois le cœur mou, et c’est bien normal.
8 févr
Des premières tensions semblent apparaitre dans l’équipe. Denis Urubko a publié ce matin un article sur son blog dans lequel il dit avoir récupéré tous ses effets personnels au camp II car il n’y a, selon lui, plus rien à espérer sur la voie des Basques. Il dit aussi que tout cela lui rappelle l’expédition de 2003… Cette année-là, le camp III avait été installé le 4 février à 7 300 mètres puis le camp IV le 12 (lire ici). On est en retard sur les temps de passage…
7 févr
Sale journée au K2 : Adam Bielecki s’est mangé une pierre sur la tronche. Rien de dramatique heureusement mais nez cassé quand même… La photo en atteste, il peut dire merci à son casque ! Il est redescendu au camp de base mais veut remonter demain. Quel homme celui-là aussi ! Janusz Gołąb dort au camp I ce soir mais la météo n’a pas permis d’aller plus haut aujourd’hui.
6 févr
« La magie de l’âge d’or n’opère plus. Elle a disparu avec tant d’alpinistes magnifiques. Mais leur héritage est toujours présent dans l’air raréfié et glacial des plus hauts sommets du monde, inaccessibles à ceux qui ne veulent pas aller aussi haut, ne veulent pas prendre de tels risques, ne veulent pas atteindre une telle grandeur. Pourtant, elle attend ceux qui oseront. » C’est par ces quelques lignes (écrites en 2011) que Bernadette McDonald conclut son livre Libres comme l’air, ode à l’alpinisme polonais. Il me semble qu’elles sont d’actualité.
6 févr
Denis et Marcin ont dormi au camp II hier puis ont essayé de poursuivre vers le haut aujourd’hui mais le vent soufflait trop fort, ils sont finalement redescendus au camp de base. Il faudra encore attendre pour établir le camp III.
4 févr
Denis Urubko a profité du retour du soleil pour reprendre du service au K2 ce matin. Il est monté jusqu’au camp I avec Marcin Kaczkan pour y passer la nuit. Quel homme ! Vous en doutiez encore ? Lisez donc ce bel article signé Jocelyn Chavy sur Alpine Mag.
3 févr
Rude nuit au camp de base avec beaucoup de vent. Les rotations sur les camps I et II reprendront peut-être demain. On ne va pas plus haut pour l’instant.
2 févr
Je suis de retour aux affaires. Pour vous, pour les Polonais, pour Tomek… mais promettez-moi un truc les gars, si vous le sentez pas, n’y allez pas. Je ne pourrai pas vivre ça une deuxième fois. Pendant que je me reposais, on a perdu Jarosław Botor, l’un des quatre héros du Nanga. Il est rentré au pays pour raisons personnelles. C’était le médecin de l’expédition. Son départ n’est pas anodin. Adam, Denis et Piotr sont revenus hier.
29 janv
Aux dernières nouvelles, les Polonais ont prévu de reprendre leur ascension du K2. Adam et Denis ont fini de boire leur bière à Skardu et sont attendus au camp de base. Le moral est là. J’avoue que le mien en a pris un coup… Le K2, là, maintenant ? Ces mecs-là sont trop solides pour moi. J’ai besoin d’un break… Pour ceux qui ont encore des forces, mon récit des dernières heures est là. A+
28 janv
Elisabeth est dans l’hélico qui va l’emmener à l’hôpital d’Islamabad où elle va se refaire un santé. Les gars ont été fantastiques. On les espérait au sommet du K2, ils ont fait mieux que ça. Voilà, c’est fini. Pensées pour Tomek…
28 janv
Denis, Adam, Piotr, Jaroslaw et Eli viennent d’arriver au camp I. L’hélico doit venir les chercher sous peu pour emmener Eli soigner ses gelures à l’hôpital. On peut considérer que c’est gagné ! Bien joué les gars ! Mais comme on pouvait le craindre, remonter pour aller chercher Tomek est trop compliqué et trop risqué compte tenu des conditions météo qui vont se dégrader rapidement…
27 janv
Après une ascension hallucinante de quelques heures à peine, Denis Urubko et Adam Bielecki viennent d’effectuer la jonction avec Elisabeth qui semble plutôt en bonne forme ! La partie n’est pas encore gagnée car il faut maintenant redescendre jusqu’à Piotr Tomala et Jarosław Botor qui vont la prendre en charge avec du matériel médical mais c’est beau ! Putain c’est beau ! On reprend espoir pour Tomek ! Si seulement ils pouvaient nous le ramener…
27 janv
L’histoire retiendra que ce jour, en plein coeur de l’hiver, deux hommes ont attaqué le Nanga Parbat à la frontale pour aller chercher une jeune femme en perdition sur la montagne. Quoi qu’il advienne et quoi qu’on en pense, c’est inouï.
27 janv
Eli a communiqué ce matin : elle a des gelures aux orteils mais elle est toujours lucide. Elle est à 6700 mètres. Elle ne bouge pas et attend les secours. Tomek est plus haut sur la montagne mais il a une tente. A 13h40 (heure locale), quatre alpinistes ont embarqué au K2 et volent vers le Nanga Parbat. Le sauvetage est en cours ! Courage, les Ice Warriors arrivent !
26 janv
La situation est un peu confuse et nous nous en tiendrons aux informations officielles qui arrivent du camp de base du K2 : l’hélicoptère ne décollera finalement que demain. Eli et Tomek vont donc passer une deuxième nuit compliquée sur la montagne. La situation est critique mais on garde espoir !
26 janv
Il se passe des choses dantesques au Nanga Parbat où Eli et Tomek sont en grande difficulté après un sale bivouac non loin du sommet cette nuit. Les secours s’organisent depuis le K2 où quatre alpinistes attendent l’hélico qui devrait les conduire là-bas si la météo le permet. « Nous vous tiendrons au courant de la suite des évènements » indique Janusz Majer sur Facebook. On croise les doigts en attendant des nouvelles.
25 janv
La grosse actu du jour, elle est au Nanga Parbat où Eli Revol et Tomek Mackiewicz sont proches du but. Ils auraient été aperçus à 8 000 mètres. On espère avoir des nouvelles très rapidement !
25 janv
On continue à s’acclimater tranquillement en passant des nuits au camp II avant que la fenêtre de beau temps ne se referme (dimanche ?). Tout le monde est au camp de base aujourd’hui mais les rotations reprendront demain. Quelques photos sur le Facebook de l’expédition.
23 janv
Après avoir fait une bonne partie du boulot en solo, Denis Urubko est redescendu se reposer au camp de base où (si mon traducteur ne me joue pas des tours) il aurait entamé une cure de Nutella. Ce soir Adam Bielecki et Marek Chmielarski dorment au camp II pendant que Marcin Kaczkan et Maciej Bedrejczuk sont au camp I. Demain c’est Rafał Fronia et Piotr Tomala qui montent !
22 janv
L’expédition a donc fait le choix d’emprunter la voie des Basques ouverte par Juanito Oiarzabal and co en 1994. Cette voie située sur l’éperon sud-ouest est aussi appelée voie Cesen ou voie des fantômes. Durant le terrible été 1986, l’alpiniste slovène Tomo Cesen a en effet prétendu avoir ouvert cette voie en solo et en 17 heures. Mais, comme souvent avec lui, personne ne l’a vu faire… d’où le surnom des fantômes.
22 janv
Ça y est, le camp est en place à 6 300 mètres. C’est finalement le camp II puisque la petite tente plantée à 5 900 servira de camp I. Demain le ballet des alpinistes continuera dans la face. La machine est en route !
21 janv
C’est plus long que prévu mais ça avance. Denis Urubko a réussi à installer un semblant de camp à 5 900 aujourd’hui. L’objectif des prochains jours est d’établir un vrai camp I à 6 200 mètres puis d’aller voir plus haut. Grand beau sur le K2 !
19 janv
Bielecki, Malek, Chmielarski et Kaczkan sont dans le mur ! Demain nous devrions avoir un camp I vers 6 200 mètres, où les alpinistes pourront dormir pour parfaire leur acclimatation. Pendant ce temps, je fais des progrès monumentaux en polonais. Tak ! Tak !
18 janv
L’ennui au camp de base, Yves Ballu connait puisqu’il était au Lhotse en 1989 avec un certain Jerzy Kukuczka. Je lui ai demandé de nous raconter : « Octobre 1989… La dernière expédition de Jerzy Kukuczka, l’homme aux 14 huit mille qui voulait s’offrir un bonus Afficher la suite… avec la première ascension de la mythique face sud du Lhotse. J’avais eu l’occasion de l’initier au parapente – lui et ses copains alpinistes lors d’un stage que j’avais organisé en Pologne – et il m’avait en retour proposé de participer à son expé. L’occasion pour moi de réaliser le premier vol depuis le sommet d’Island Peak (6183 mètres, sur l’autre rive du glacier du Lhotse). L’occasion également d’endurer les journées – interminables – au camp de base rythmées par les repas – il faut bien les appeler ainsi : le signal de ralliement étant « Corrito » (l’auge du cochon). Jerzy démarrait de bon matin par une boite de sardines touillées avec de l’ail et arrosées à la vodka. L’occasion aussi d’observer le ballet des cordées dans la face – fourmis minuscules progressant de façon quasi imperceptible au gré des conditions météo. L’occasion enfin d’habituer mon oreille aux sonorités de la langue polonaise dans laquelle se déroulaient conversations, discussions, blagues et engueulades qui constituaient l’essentiel des occupations au camp de base.Jusqu’à ce 24 octobre 1989 où Jerzy, proche du sommet, a chuté. La corde qui le reliait à son compagnon n’a pas résisté. » Réduire
18 janv
Je me souviendrai que pendant l’hivernale au K2, j’ai lu un petit bijou : Annapurna, une histoire humaine de Charlie Buffet (éditions Guérin). Par ces températures glaciales, je vous le recommande très, très chaudement.
18 janv
Personne sur la montagne aujourd’hui. On se réserve pour la belle fenêtre de beau temps qui arrive demain ! J’annonce des hommes à 8 000 à la fin de la semaine prochaine !
17 janv
Alors qu’on les pensait cloitrés dans leur tente, Janusz Gołąb et Denis Urubko ont finalement atteint 5 900 mètres aujourd’hui. Le camp I devrait être établi vers 6 200 mètres dans les prochains jours.
17 janv
Oui je sais, vous aussi vous aimeriez que Denis Urubko et Adam Bielecki soient déjà au camp IV à 8 000, prêt à bondir de leur tente aux premières lueurs pour filer comme deux aigles vers le sommet… Mais soyez patients, la route est encore bien longue. Pensez aussi à vous hydrater régulièrement, c’est important.
16 janv
Finalement tout le monde reste au camp de base aujourd’hui et certainement pour les jours à venir. Pour tromper l’ennui en attendant le retour du beau temps (samedi ?), vous pouvez lire (avec des moufles) le journal de Rafał Fronia.
15 janv
Rappelons qu’il s’agit simplement de la troisième tentative hivernale sur le K2 après celles de 1987/1988, 2002/2003 et 2011/2012. Altitude maximale atteinte : 7 650 mètres en 2002. C’est pas gagné cette affaire…
15 janv
Tout le monde est au camp de base à attendre que le vent se calme un peu. Si c’est le cas, le camp 1 pourra peut-être être établi demain à 5 900 mètres. Les prévisions météo annoncent un joli créneau pour ce week-end.
13 janv
Un petit bout de paroi a été équipé hier et des hommes sont de nouveau à l’œuvre sur la montagne ce matin. C’est un peu dommage de ne pas avoir l’altitude sur le traceur GPS (mot de passe : Karakorum). Pour nous consoler, le camp de base vient d’envoyer les premières photos de l’expédition ainsi que le récit du début d’expédition.
13 janv
Qui se cache vraiment derrière la moustache de Krzysztof Wielicki ? La réponse avec Charlie Buffet et cet article qui date un peu : Wielicki, le rescapé de l’alpinisme polonais
12 janv

Pendant qu’on fignole l’installation du camp de base, certains sont déjà partis en reconnaissance sur la montagne. En attendant leurs premières impressions, je vous propose de réviser un peu :

10 janv
On en profitera également pour prendre des nouvelles de la merveilleuse Elisabeth Revol qui est actuellement au Nanga Parbat avec Tomek Mackiewicz et d’Alex Txikon qui est à l’Everest pour une tentative hivernale sans oxygène. Quel hiver de fou !
10 janv
François Damilano connait bien le K2. Il en a tenté l’ascension en 2016 et il est revenu avec un joli film : K2, une journée particulière. Je lui ai demandé ce qu’il pensait de cette tentative hivernale. Voici sa réponse : « Le K2 en hiver ? Faut causer motivation. En Himalaya, ce mot est synonyme d’abnégation. Afficher la suite…
– Celle du chef, d’abord. Le grand Tof.
Vu que c’est le dernier des 14 x 8 000 à gravir en hiver et que c’est « expé nationale » comme dans le bon vieux temps des Conquistadors himalayens, le Tof doit être motivé pour réussir.
Vu que le Tof a déjà passé un peu plus d’un an de sa vie sur cette montagne, il doit être focus pour éviter d’avoir à y retourner.
Vu que le Tof se tire sûrement la bourre avec Simone Moro, ça lui permettrait de se mettre à égalité sur le nombre d’hivernales à 8 000 (4 !).
Vu que le Simone a déclaré qu’il ne tenterait pas le K2 en hiver because sa meuf a fait un mauvais rêve prémonitoire… le Tof a champ libre. Ça ne va sans doute pas durer. Z’ont les crocs les performers.
– Puis faut imaginer les grimpeurs qui forment équipe. Hasard, ils sont 12. Apôtres de « l’art de la souffrance » ?
Vu que les Polonais ont décidé de montrer qu’ils étaient les moins frileux de la Terre (z’ont déjà réussi 10 des premières hivernales sur les 14) y seront pas à quelques doigts près pour monter tout là-haut.
Faut juste que les garçons soient au bon endroit quand le vent faiblira.
Faut juste que la montagne ne leur tombe pas sur la tête. Là-bas ça arrive. Mais z’ont pas peur, ce sont des Polonais, pas des Gaulois…
Franchement, leur motivation m’impressionne… » Réduire
9 janv
N’hésitez pas à faire vivre ce live vous aussi ! Vous pouvez laisser un commentaire tout en bas de cette page. D’ailleurs, dites-moi la vérité : vous pensez qu’ils vont y arriver ?
9 janv
La réponse (dans cette interview) de Krzysztof Wielicki sur la question de l’oxygène : « Le problème ce n’est pas l’oxygène, le problème c’est l’hiver ». Tout est dit.
9 janv
En haut de cette page vous trouverez une jolie montagne aux couleurs polonaises, sur laquelle j’ai tracé la voie que vont emprunter les Ice Warriors. C’est la voie des Basques autrement appelée « voie Cesen ». On fera monter le petit curseur en même temps que les alpinistes.
9 janv
En même temps je dis ça mais visiblement nos athlètes se sont acclimatés à la maison à grands coups de caisson hyperbare. Si la météo est sympa, ça peut aller assez vite. Mais ça peut aussi durer deux mois…
9 janv
On va pas se mentir, ça va être long avant que les choses sérieuses ne commencent. Je vous ai prévu quelques trucs pour patienter mais il va quand même falloir de la bière et des chips en quantité.
9 janv
On rappelle le nom de code de l’expédition : « K2 dla Polaków ». Je traduis pour ceux qui ne parlent pas couramment la langue de Jean-Paul II : « Le K2 pour les Polonais ». L’affaire est donc à suivre sur les réseaux sociaux avec le hashtag #K2dlaPolaków.
9 janv
Sachez que pour être parfaitement dans l’ambiance, j’ai décidé d’éteindre le chauffage et de vivre la fenêtre ouverte pendant toute la durée de l’expédition. Je vous invite à en faire de même.
9 janv
Nous y voilà ! Krzysztof Wielicki et sa bande viennent d’arriver au camp de base ! Il fait -20°C (-40°C au sommet), le soleil brille et pour l’instant le jet stream est mignon. Tout va bien ! L’aventure de l’année peut enfin débuter.

Regardez-les. Ils sont beaux, ils sont forts, ce sont les Ice Warriors ! Ils sont l’élite de l’alpinisme hivernal !

Krzysztof Wielicki
Krzysztof Wielicki : 68 ans et quatorze 8 000 au compteur dont trois en hiver (Everest, Lhotse et Kangchenjunga). C’était déjà lui le boss pour la tentative de l’hiver 2002/2003. Qui d’autre que lui pour diriger cette expédition ? Et puis un homme qui porte si bien la moustache peut-il échouer ?
Adam Bielecki
Adam Bielecki : 34 ans. Avec Wielicki, c’est l’autre star de l’équipe. Il a gravi le Gasherbrum I et le Broad Peak en hiver mais aussi le Makalu et le K2 en conditions estivales. Si sommet il y a, il devrait être sur la photo.
Janusz Gołąb
Janusz Gołąb : 50 ans. Il était de l’hivernale au Gasherbrum I et il a déjà gravi le K2. Une pointure !
Artur Małek
Artur Małek : 38 ans. Il était de l’hivernale au Broad Peak mais n’a jamais gravi le K2.
Dariusz Załuski
Dariusz Załuski : 59 ans. Il n’est plus tout jeune non plus mais a déjà gravi le Gasherbrum II, le Cho Oyu, le Lhotse, deux fois l’Everest et le K2. C’est lui qui tiendra la caméra.
Denis Urubko
Denis Urubko : 44 ans. Lui il triche un peu puisqu’il n’est qu’à moitié polonais (l’autre moitié est kazakh). Mais il a bien gagné le droit d’en être puisqu’il a réussi les hivernales au Makalu et au Gasherbrum II. Il est le quinzième homme à avoir gravi tous les 8 000. Pas le premier venu en somme.
Jarosław Botor
Jarosław Botor : 44 ans. Il n’a jamais gravi le moindre 8 000 mais en même temps on s’en fout puisque c’est le médecin de l’expédition (Il est rentré en Pologne pour raisons personnelles après avoir participé au sauvetage du Nanga Parbat).
Maciej Bedrejczuk
Maciej Bedrejczuk : 35 ans. Il a réussi quelques belles ascensions dans les Alpes (Grandes Jorasses, Eiger, Cervin) mais n’a pas une grande expérience de l’Himalaya. Sa fraicheur sera son atout !
Marcin Kaczkan
Marcin Kaczkan : 44 ans. Il a gagné son statut de Léopard de neige en escaladant tous les 7000 de l’ex-URSS. En Himalaya, il a gravi le Nanga Parbat et le K2.
Marek Chmielarski
Marek Chmielarski : 40 ans. Le Gasherbrum II et le Broad Peak constituent son palmarès himalayen. C’est bien mais un peu court pour ce genre de défi. Mais s’il est là, c’est sûrement pas par hasard.
Piotr Snopczyński
Piotr Snopczyński : 59 ans. Lui, c’est le chef du camp de base. Il n’ira sûrement pas bien haut. D’ailleurs il n’a que le Shishapangma Nord dans sa liste d’ascensions himalayennes.
Piotr Tomala
Piotr Tomala : 45 ans. Avec les ascensions du Cho Oyu et du Broad Peak en guise d’expérience, il ne sera probablement pas dans la cordée de pointe mais dans ce genre d’aventure on est à l’abri de rien.
Rafał Fronia
Rafał Fronia : 46 ans. Même profil pour Rafal qui compte simplement le Lhotse et le Gasherbrum II dans son palmarès (Le 9 février, une chute de pierre lui a cassé l’avant-bras. Il est rentré en Pologne).

Les treize précédentes hivernales sur les 8 000

Pour le détail, lire l’article Quatorze 8 000, treize hivernales.

Everest :
Leszek Cichy et Krzysztof Wielicki – 17 Février 1980

Manaslu :
Maciej Berbeka et Ryszard Gajewski – 12 Janvier 1984

Dhaulagiri :
Jerzy Kukuczka et Andrzej Czok – 21 Janvier 1985

Cho Oyu :
Maciej Berbeka et Maciej Pawlikowski – 12 Février 1985

Kangchenjunga :
Jerzy Kukuczka et Krzysztof Wielicki – 11 Janvier 1986

Annapurna :
Jerzy Kukuczka et Artur Hajzer – 3 Février 1987

Lhotse :
Krzysztof Wielicki – 31 Décembre 1988

Shishapangma :
Simone Moro et Piotr Morawsky – 14 Janvier 2005

Makalu :
Simone Moro et Denis Urubko – 9 Février 2009

Gasherbrum II :
Simone Moro, Denis Urubko et Cory Richards – 2 février 2011

Gasherbrum I :
Adam Bielecki et Janusz Golab – 9 mars 2012

Broad Peak :
Adam Bielecki, Artur Małek, Maciej Berbeka et Tomasz Kowalski – 5 mars 2013

Nanga Parbat :
Simone Moro, Alex Txikon et Ali Sadpara – 26 février 2016

Chullanka, vos sports grandeur nature

433 Commentaires

  • Willy - 9 janvier 2018 à 13 h 11 min

    Jeśli naprawdę tego chcesz, śmiało.

  • Jeanphi - 9 janvier 2018 à 15 h 30 min

    Je prends ma retraite pour suivre ca. Je vais les soutenir avec un verre d alcool tous les soirs en pensant au froid là haut. Nom de code : vodka Poliakov.

  • Jessica - 9 janvier 2018 à 23 h 08 min

    Merci pour cette initiative, je suis de tout coeur avec eux et j’ espère qu’ils y arriveront !, j’ai découvert l’alpinisme il y a peu et votre site comble mon appetit pour cette merveilleuse discipline avant de pouvoir sérieusement m’y mettre, encore merci

  • Janni Agathe - 10 janvier 2018 à 11 h 01 min

    Force et honneur les polonais !

  • Pascaline - 12 janvier 2018 à 18 h 23 min

    Ok, moi aussi je vais dormir la fenêtre ouverte ! J’aime pas trop la vodka mais si c’est pour honorer leur victoire alors je ferai un effort !
    Courage à eux

  • thomas - 13 janvier 2018 à 9 h 57 min

    #Vodk2dlaPolaków !

  • Wild - 13 janvier 2018 à 13 h 49 min

    Super ce site ! De tout coeur avec eux. Le lien « traceur GPS » pointe vers un site qui requiert un mot de passe, pourriez-vous nous le partager ? Merci 🙂

    Dalej Polakow

  • thomas - 13 janvier 2018 à 13 h 56 min

    Yes le mot de passe c’est : Karakorum. Mais c’est un peu fouillis et il n’indique pas l’altitude.

  • Arnaud - 19 janvier 2018 à 21 h 12 min

    Super ce live, c’est plus pratique de suivre en français qu’en polonais ! 🙂

  • Martine Basset - 20 janvier 2018 à 0 h 46 min

    Bravo. Merci de nous faire vivre cette belle aventure. Cette expédition fait rêver – comme les autres – et nous y croyons. Beaucoup de pensées vous accompagnent pour les moments de solitude. Super ce journal …. Bonne continuation et « bon vent » mais pas violent ???? ????????

  • guillaume dioups - 26 janvier 2018 à 11 h 27 min

    Elizabeth Revol et Tomek Mackiewicz ont besoin d’un hélico pour acheminer les polonais du K2. Le gouvernemant pakistanais ne veut l’acheminer que s’il est préalablement deffrayé, il y a une campagne de don urgente:
    https://www.gofundme.com/rescue-on-nanga-parbat/donate

  • thomas - 26 janvier 2018 à 11 h 58 min

    C’est bon, l’hélico a fini par décoller. Les secours sont en route. Y’a plus qu’à espérer qu’Eli et Tomek tiennent le coup !

  • thomas - 26 janvier 2018 à 12 h 50 min

    En fait non, il ne décollera que demain matin… on va attendre d’avoir des info précises et fiables avant d’en dire plus.

  • Bruno - 26 janvier 2018 à 14 h 36 min

    Salut,
    On ne peut pas survivre dans de telles conditions. Les polonais vont pour le principe de localiser et s’ils y parviennent descendre un mort. ils perdront aussi leurs chances d’atteindre le K2 cette année. Quant à Élisabeth, sa seule chance de survivre c’est de descendre sans attendre, demain il sera trop tard.

  • Willy - 26 janvier 2018 à 20 h 48 min

    Il va falloir etre salement solide

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 17 h 03 min

    27 Janvier, 14 H 16 : Ludovic Giambiasi, par qui transitent toutes les communications émises par Elisabeth Revol, vient de donner des nouvelles alarmantes sur la situation au Nanga Parbat où l’Himalayiste française et Tomek Mackiewicz son compagnon de cordée polonais sont en grande difficulté depuis hier.

    « Secours par hélicoptère sans succès (brouillard). Equipe de secours posée vers camp 1 (altitude à confirmer attention). Ils essaient de la rejoindre cette nuit. Nouvelle tentative demain avec hélicoptère. J’ai maintenant perdu la communication avec Elisabeth. Elle n’a plus de batterie. Sur ses derniers messages elle me disait qu’il y avait du brouillard et qu’elle n’a pas vu ni pu entendre l’hélicoptère. Je veux y croire encore. Pour Tomek, je ne pense pas que nous pouvons avoir encore de l’espoir. C’est une tragédie. »

    14 H 17 : En raison du brouillard, l’hélicoptère dépêché sur les lieux n’a pu atteindre Elisabeth Revol. Les sauveteurs polonais vont grimper de nuit pour rejoindre l’emplacement où doit se trouver Elisabeth avant une nouvelle tentative au lever du jour.

    http://www.ledauphine.com/montagne/2018/01/27/pakistan-drome-drame-au-nanga-parbat-dans-l-himalaya-les-secours-en-route-elisabeth-revol-souffre-de-gelures

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 17 h 06 min

    15:00 Les informations se précisent sur l’altitude à laquelle l’hélicoptère a déposé les alpinistes polonais : le pilote aurait réussi à dépasser les 5.000 mètres. Elisabeth essaierait de continuer sa descente (« tant qu’il y a des cordes »).

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 17 h 08 min

    Thomas a écrit: « Quoi qu’il advienne et quoi qu’on en pense, c’est inouï.  »

    Je ne comprends pas ton commentaire, Thomas.
    D’autre part, ne pas oublier Tomek.

  • thomas - 27 janvier 2018 à 17 h 33 min

    Je n’oublie pas Tomek bien sûr, mais ça parait compliqué d’aller le chercher… Mais t’as raison Pedro ! Faut y croire !

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 17 h 25 min

    He found that access to Revol will take about 16 hours. Up went Urubko and Bielecki are now at an altitude of 5200 m above sea level, and the Frenchwoman began to descend. The other two climbers waiting below with the necessary equipment.
    …rescuers should be Revol at approx. 6.00 am. The height of 6200 meters for access kilometer Mackiewicz located above the rescuers will have six to seven hours. However, we do not know how much time Urubko and Bielecki will spend the Revol, giving her help. According to the words of Froni two climbers will need a total of at least two days to get to a place where the … Mackiewicz

    In the night from Saturday to Sunday at the altitude at which the Mackiewicz forecasted temperature is between minus 50 and minus 60 degrees Celsius.

    Recsuers: Denis Urubkę, Adam Bielecki, Peter Tomala and Jaroslaw Botor.

    Drama on Nanga Parbat. Bielecki and Urubko need at least two days to reach Tomasz Mackiewicz…

    Eli se trouve à environ à 6.200m (elle essaye de descendre), Tomek à 7200m, et les sauveteurs Urubko + Bielecki à 5200m….

    http://www.sport.pl/inne/7,64998,22950643,dramat-na-nanga-parbat-bielecki-i-urubko-potrzebuja-co-najmniej.html#Z_MegaMT

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 17 h 45 min

    Tomek a une tente pour s’abriter, mais Elisabeth n’en a pas.
    Apparemment, ils sont sur la voie Kinshofer (leur voie de descente), Eli vers 6600m-6200m (et essaye de descendre) et Tomek vers 7280m…
    Plus de batterie, plus de communication possible avec eux…

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 19 h 54 min

    Carte Google Earth de la progression des sauveteurs, très forts et acclimatés, Bielecki et Urubko…
    https://www.facebook.com/ludovic.giambiasi?hc_ref=ARRjCVbVaRkqMaDCPF5-2y3kMeoy-Sb-FpjZ5eSe3mlQ0Zxz7iVHOMAdhlRyCRlIl18&fref=nf

  • Pedro26 - 27 janvier 2018 à 19 h 57 min

    Thomas a écrit : « Je n’oublie pas Tomek bien sûr, mais ça parait compliqué d’aller le chercher… Mais t’as raison Pedro ! Faut y croire ! »

    Merci à toi ! Ne fais pas comme Ludo, qui lui, pourtant très bien informé, l’a déjà enterré, et présente déjà ses condoléance à sa famille…

  • Jessica - 27 janvier 2018 à 23 h 25 min

    Ils ont trouvé eli!!

  • Pedro26 - 28 janvier 2018 à 6 h 34 min

    Oui, les sauveteurs ont rejoint Elisabeth…
    Ludo a écrit :
    « évacuation en cours. ils descendent. un hélicoptère va décoller pour les récupérer au point de rendez-vous fixé. Nous espérons que la météo se maintiendra. Nous avons tout organisé (suivi médical etc.), si tout se passe bien Elisabeth pourra être à Islamabad aujourd’hui pour y recevoir les premiers soins. Si la météo est mauvaise et qu’elle ne permet pas l’évacuation par hélicoptère aujourd’hui nous avons prévu des porteurs pour l’aider à un retour au BC. »

    Mais pour Tomek, la situation est plus grave…

  • Pedro26 - 28 janvier 2018 à 6 h 47 min

    The rescue for Tomasz is unfortunately not possible – because of the weather and altitude it would put the life of rescuers in extreme danger. it’s a terrible and painful decision. We are in deep saddeness. All our thoughts go out to Tomek’s family and friends. We are crying.
    me,y
    C’est incroyablement triste…
    Et il faut savoir qu’il y a actuellement les seules 4 ou 5 personnes au monde sur la montagne, les seuls acclimatés, les seuls capables de monter pour tenter le maximum…
    Et si ils disent que ce n’est pas possible, alors c’est que c’est pas possible..

    C’est absolument terrible, car nous pensons tous très fort à Tomek ce soir, encore, espoir…

  • thomas - 28 janvier 2018 à 8 h 38 min

    Oui, on pense tous à Tomek…

  • Willy - 28 janvier 2018 à 9 h 50 min

    Il va me falloir un poster de bielecki et urubko…. rip Tomek

  • Pedro26 - 30 janvier 2018 à 2 h 51 min

    Oui, car la vie continue…
    Merci à tous ceux qui ont aidé au sauvetage de Eli et Tomek…
    Nous pensons tous très fort à Tomek et à sa famille e ce moment, et pour longtemps…

    Merci à l’équipe des Polonais du K2, à Denis et Adam, et à tous les autres qui ont aidés depuis jeudi…

    Et pas merci au Ministère des affaires étrangère de la France, et à l’ambassade de France à Islamabad (excepté le consul de France présent à Skardu).

    A toute la diplomatie française auPakistan (et à Paris), vous êtes des gros nuls !
    A la DGST et à Bercy, je vous fourre mon doigt dans le cul ! Et je vous emmerde !

    Je vous attends pour le contrôle fiscal !
    Car non ! Payer un vol d’hélico à l’armée Pakistanaise en plein week-end, nan ce n’est pas financer le terrorisme et les talibans, messieurs, renseignez-vous !
    Et c’était à vous de le faire !
    Quelques dizaines de milliers d’euros à avancer, c’était que dalle pour vous !
    Ne venez plus nous faire chier alors…

  • Yann 26 - 1 février 2018 à 21 h 53 min

    Je suis originaire de la Drôme et bien sûr connaît la réputation d’Élisabeth Revol. Chacun sait les risques inhérents à la montagne, pourquoi bercy donc nos impôts devraient servir à payer un hélico et pas 4-5 opérations médicales à d’autres français ou les livres de toute une école primaire. D’ailleurs si tu payais correctement tes impôts et ne fraudait pas il y aurait de quoi financer un peu tout. Il y a des priorités donc on ne va pas envoyer un hélico pour chaque français qui se mets ds la merde à l’étranger. Chacun sa drogue et sa passion mais en connaissance de cause. Hors blog dédié à l’alpinisme tout le monde est d’accord avec mon appréciation.

  • Mez - 2 février 2018 à 9 h 20 min

    Bonjour Yann,

    Je comprends ton point de vu,mais je crois que l idée était d avancer l argent et se remboursé après avec l argent recolté pour le sauvetage sur le Web.Normalement tout va plus vite d état à état!
    Bien à toi
    Mez

  • Mez - 2 février 2018 à 12 h 11 min

    Salut Thomas,

    je crois que les 2 dingos n ont pas utilisés les cordes fixe lors de la montée de nuit et ils étaient pas encordés n ont plus!!! ce qui ajoute à leurs exploits
    Prets a donné sa vie pour les autres, respect total et pour toujours!!!

    @+
    Mez

  • thomas - 2 février 2018 à 12 h 20 min

    Urubko a confirmé dans l’interview donnée à Desnivel qu’ils avaient bien utilisé les cordes fixes :
    « Pourquoi avez-vous pris la décision de faire le sauvetage sur la voie Kinshofer? »
    « Elle est équipée de cordes fixes installées par des expéditions commerciales et, aussi, parce que cette saison il n’y avait pas beaucoup de glace, il y en avait mais pas trop. Nous avons pu grimper si vite grâce aux cordes fixes, cela nous a permis de monter sans aucune appréhension, et donc de nous concentrer sur l’escalade, l’escalade, l’escalade… (…) Les cordes fixes dans le mur Kinhsofer étaient en bon état et nous avons pu le surmonter sans aucun risque supplémentaire. »
    http://www.desnivel.com/expediciones/alpinistas/denis-urubko-ha-sido-una-experiencia-maravillosa-ayudar-a-sobrevivir-a-una-persona-tan-extraordinaria-como-elisabeth-revol

    Ceci dit, ça n’enlève rien à l’acte de bravoure !

  • Mez - 2 février 2018 à 13 h 30 min

    Re,
    Je prends en compte l info! Sur Alpine mag il parle de voie non équipée d ou l erreur de ma part
    Bien à toi

    Mez

  • Yann 26 - 2 février 2018 à 18 h 53 min

    Merci Mez de cette réponse pleine de mesure et de bon sens.
    Je tiens à préciser que j’ai toujours été admiratif aux exploits d’Eli car je trouve sa démarche saine, humble, sincère et désintéressée. Aller se frotter à ces 8000 en alpin sans oxygène en hivernale c’est une performance hors norme qui n’est donnée qu’à une poignée de filles (et sans doute de gars) qui se comptent sur une main. Pourtant elle n’en a jamais fait pas un tas.
    Pour ce qui concerne le site merci de nous faire vivre toutes ses ascensions comme vous le faites.

  • Pedro26 - 3 février 2018 à 1 h 12 min

    « Je suis de retour aux affaires. Pour vous, pour les Polonais, pour Tomek… mais promettez-moi un truc les gars, si vous le sentez pas, n’y allez pas. Je ne pourrai pas vivre ça une deuxième fois. Pendant que je me reposais, on a perdu Jarosław Botor, l’un des quatre héros du Nanga. »
    Non…
    C’est très maladroit d’écrire cela, en ce moment, car « on a perdu » personne au K2 sur cette expé pour l’instant.
    On n’écrit pas « on a perdu » untel en parlant de montagne, quand personne n’est disparu ni mort !

  • Mez - 3 février 2018 à 9 h 24 min

    Bonjour à vous,
    Je trouve que vous êtes bien à cran Pedro et je trouve vos commentaires un peu  » je suis le maitre du monde!!! »Je pense que Thomas se défonce pour faire un site super et qu’ il n à pas besoin de vos remarques condescendantes.On peu ne pas être d accord et mettre les formes qu’en on le dit, cela s appelle le respect!

    Avec tout mon respect
    Mez

  • Pedro26 - 3 février 2018 à 14 h 37 min

    Je pense que vous n’y êtes pas non plus, Mez…
    Et Thomas me connait bien lui, et il n’a besoin de personne pour faire un blog super…

    Quant au respect et à la « condescendance », à chaque lecteur de juger…

    Parfois Thomas fait de très bon papiers (en général), et parfois il se laisse aussi emporter par son émotion, comme nous tous …
    Qui va l’en blâmer ?

  • Pedro26 - 3 février 2018 à 14 h 40 min

    « on a perdu Jarosław Botor, l’un des quatre héros du Nanga… »

    Donc non, on a perdu personne !
    Je confirme !

  • Mez - 3 février 2018 à 17 h 14 min

    Voilà C est mieux ,vous parlez de façon plus calme et plus réfléchi Pedro….
    Vous m en voyer ravie

    Bien à vous
    Mez

  • thomas - 3 février 2018 à 17 h 27 min

    Allez les gars, on se concentre sur l’essentiel, hein ?

  • Mez - 3 février 2018 à 20 h 11 min

    Tu as entièrement raison Thomas!!
    A l’ attaque les Polonais faites nous rêver et sans casse SVP

    Mez

  • Bruno - 6 février 2018 à 15 h 48 min

    Ils en sont où de l’ascension du coup ?

  • thomas - 6 février 2018 à 16 h 55 min

    Vu le dispositif, j’avoue être un peu déstabilisé par la question mais c’est peut-être l’occasion de faire un point sur la course :
    Un petit camp a été installé à 5 900 mètres le 21 janvier, puis un très beau camp II le lendemain à 6 300. Depuis, les alpinistes vont s’y acclimater à tour de rôle en attendant de pouvoir aller plus haut. L’objectif est d’établir un camp III à 6 900 mètres puis un camp IV non loin des 8 000 mètres. La clé sera le vent. Si des hommes bien acclimatés et en bonne forme sont au camp IV lorsque le vent faiblira, ils pourront tenter le sommet.

  • Mez - 8 février 2018 à 18 h 29 min

    Bonjour,
    Urubko qui monte au camp 2 pour récupérer ces affaires!!!! (ça à du chauffer avec Wielicky!!)ça sent la fin de l histoire ,même s il faut s ‘ attendre à tout avec les polonais.Et puis repartir sur une autre voie c est trop tard maintenant!? du moins je pense! même si……….avec les Polonais!!!

  • Pedro26 - 11 février 2018 à 15 h 40 min

    Et bien !
    Pour un nouveau départ, souhaitons-leur bon courage !
    Tout à rééquiper…
    Une « stratégie » bien étrange, pour une telle expédition si bien préparée !

  • Palies - 11 février 2018 à 17 h 40 min

    Un énorme merci pour ce site magnifique. Je viens de tomber dans l’alpinisme (du haut de mon canapé), dans toutes ses passions et ses folies.
    Je lis tout ce que je peux, mais c’est ici que je trouve le plus, et avec un beau talent d’écriture, et un humour très agréable.
    Je suis à fond sur le k2, merci pour toutes ces infos.
    Et bravo! A quand le livre?

  • thomas - 11 février 2018 à 19 h 10 min

    J’avais un temps envisagé de me déguiser et de poster moi-même des commentaires dithyrambiques sur mon propre blog, mais je vous jure que celui-ci n’est pas un fake ! Merci Palies !

  • Palies - 11 février 2018 à 19 h 51 min

    Pas un fake. Juste très sincère. Tu n’aurais pas fait aussi bien dans les compliments!:-)

  • Palies - 11 février 2018 à 19 h 54 min

    Mon mari est entrain de regarder des vidéos d’alpinisme! Tombé dedans aussi, je ne parle plus que de ça!

  • nono - 12 février 2018 à 12 h 40 min

    Avec la folie des hommes nulles limites mais vu comment l’expé patine, ils n’iront pas au dela de l’épaule des Abruzzes. Ils mettent trop de temps. Revol sait elle que seule la légèreté et la rapidité du style alpin a une petite chance d’aller au bout, même en hiver. L’altitude et le froid usent et laminent les cellules, je ne donne pas 3 semaines à cette expé pour plier bagage.

    Le K2 n’est pas un sommet comme les autres, cette montagne n’a rien de commun et son défi hivernal n’est pas prêt de tomber.

    Souhaitons leur bonne chance tout de même.

  • tejay - 13 février 2018 à 1 h 19 min

    Bravo pour ton blog! Très bien fait, complet et accessible au novice que je suis. Continue!! (Dommage je n’arrive pas à suivre le traceur gps malgré le mdp). Bonne chance à toute l’expédition après ce tout ce temps et les évènements il faut un très gros mental!!

  • thomas - 13 février 2018 à 9 h 50 min

    Oui, c’est dommage que le traceur ne fonctionne pas. Adam Bielecki en a un aussi sur son site web mais il ne fonctionne pas en France alors qu’il semble fonctionner en Pologne. C’est curieux… Ca sera surtout embêtant pour nous le jour du summit day, si summit day il y a.

  • Mez - 14 février 2018 à 12 h 15 min

    Bonjour,
    On savait Urubko hors norme comme tous les gars sur la montagne actuellement!Mais si il part seul, disons du camp 2 en hiver sur le K2 il fera encore plus fort que Bhul,en gros la performance du siècle!!!Je pense que Bielicki va le suivre et il le faut car tout seul avec un bivouac obligé!! seulement d y pensé j ai peur!!!

  • Flore - 14 février 2018 à 17 h 06 min

    Juste un mot d’une nouvelle recrue… MERCI!!

  • Willy - 14 février 2018 à 20 h 49 min

    Urubko il va se le faire de nuit à la frontale en solo et peut être même sans corde. Panache

  • thomas - 14 février 2018 à 21 h 03 min

    Denis, il va faire l’amour au K2 #SaintValentin

  • Christophe - 14 février 2018 à 21 h 18 min

    Bonjour à tous,
    Sait-on si Adam Bielicki a bien l’intention de tenter une éventuelle ascension ou si sa fracture du nez a tempéré ses ardeurs ?
    Hormis Adam, qui serait en mesure d’accompagner Denis Urubko ?
    Même si la question est sans doute prématurée, c’est peu rassurant de l’imaginer seul dans un hypothétique assaut final…
    PS : bravo et merci pour votre blog passionnant !

  • thomas - 14 février 2018 à 21 h 34 min

    Oui, à ceux qui, sur Twitter, se demandaient quand il reviendrait dans le game, il a répondu en personne: « bientôt »

  • Christophe - 14 février 2018 à 22 h 46 min

    La liste des vies sauvées par Denis :
    https://alpinemag.fr/la-liste-de-denis-urubko/
    C’est BEAU (Bravoure Engagement Altruisme Unicité) non ?

  • Pedro26 - 15 février 2018 à 18 h 30 min

    « Krzysztof Wielicki est parti en solo cette nuit pendant que tout le monde dormait ! Il serait déjà à 8 000 ! Non, je déconne, calmez-vous…  »

    Hé hé, moi j’ai bien aimé la blague !
    Sinon, ça va être super « short », pour la fenêtre du 20/02…

  • Pedro26 - 15 février 2018 à 21 h 27 min

    Dire qu’ils n’ont strictement aucune chance de réussir leur challenge, c’est déjà un sujet tabou…

    Essayer d’expliquer pourquoi, c’est encore pire…

  • Palies - 15 février 2018 à 23 h 19 min

    Pedro, je lis tes commentaires, sur cet article, et sur les autres.
    Ne serais tu pas quelque peu négatif et « simplement » critique?
    Pourquoi tant de haine?

  • Pedro26 - 15 février 2018 à 23 h 27 min

    @Palies : De quelle « haine » tu parles, exactement ?
    Peux-tu préciser, stp ?
    (après, je te répond avec plaisir !)

  • thomas - 16 février 2018 à 9 h 35 min

    Non ne craquez pas, pas maintenant ! Tout le monde est un peu à cran avec cette hivernale qui patauge mais nous devons rester soudés. On a encore un bout de chemin à faire ensemble.

  • olivier - 16 février 2018 à 16 h 36 min

    Moi depuis quelques jours je suis scotché aux news de cette expédition, je ne regarde que videos des ascenscions estivalles, déjà très dures, je vois qu’ils ont une fenêtre de 3 jours de temps plus clément, mais rien n’est équipé, cela semble propice a poser des cordes, mais pas aller au sommet ? qu’en pensez vous ?

  • thomas - 16 février 2018 à 17 h 56 min

    La fenêtre météo parait effectivement beaucoup trop courte pour tenter le sommet, surtout que l’acclimatation ne doit pas encore être parfaite… Denis Urubko a annoncé qu’ils espéraient atteindre le camp III en deux jours pour s’acclimater et peut-être voir un peu plus haut. S’ils avancent bien dans les jours qui viennent, ils peuvent peut-être se mettre en bonne position pour le prochain créneau. Mais nous avons affaire à des Polonais, ne l’oublions pas ! Ils sont capables de tout !

  • olivier - 16 février 2018 à 19 h 59 min

    Quand j’ai vu Denis Urubku sur les photos de son blog du 14 février extirper de la paroi glacée des cordes de la saison estivale 2017 ca m’a fait un peu froid dans le dos …
    et lui il a même eu les épaules un peu fatiguées comme il le dit lui même dans son blog !
    Ca me semble un peu étrange de ne pas y aller franchement avec de nouvelles cordes.
    J’imagine que des centaines de mètres de corde ont du rester sur la première voie tentée, la Cesen (voie des Basques), pour en arriver à devoir économiser de la corde maintenant.
    Mais j’espère qu’il leur en reste suffisamment pour arriver au sommet via la nouvelle voie des Abruzzes!
    Ce sont des trucs à la con, mais bon.
    Denis communique enormément quand il le peut.
    Et c’est sublime, on arrive à comprendre ce qui se passe sur cette tentative grâce a lui.
    Dommage que Krzysztof Wielicki ne nous donne pas plus d’informations sur ce qui se passe sur le K2.
    Vraiment je pense qu’il y a une belle paire Denis-Adam pour monter la haut en style alpin si la météo le permet , ils ont montré leur super forme lors du sauvetage d’Eli sur le Nangat Parbat.
    Je les trouve vraiment impressionnants ces deux la, même si les autres sont des super pointures de l’Everest.
    Tout cela est vraiment super passionnant à suivre en tout cas !

  • Palies - 17 février 2018 à 5 h 07 min

    Il me semble que,, au de la des cordes, c’est un problème de météo surtout, non?

  • Christophe - 17 février 2018 à 11 h 13 min

    Merci Thomas pour ce live jour aprés jour.
    Même si Denis & Co sont acclimatés à 6000-7000m, est-ce possible de faire un aller-retour à 8600 m dans une fenêtre si courte ?
    Un petit palier est-il obligatoire ? ou inutile s’ils vont presque aussi vite que ce qui a été vu lors du sauvetage d’Elizabeth ?

  • thomas - 17 février 2018 à 12 h 00 min

    Je pense que le fait d’aller vite ne remplacera pas l’acclimatation. Au contraire, mieux ils seront acclimatés, plus ils iront vite. N’oublions pas qu’au Nanga Parbat, ils n’ont pas dépassé les 6 000 mètres. A 8 000, ça sera une toute autre histoire… Peuvent-ils aller au sommet en l’état ? J’avoue que je n’en sais rien. J’ai cru lire, il y a quelques temps, qu’ils s’étaient acclimatés à la maison avec des caissons hyperbare mais je ne retrouve plus ma source… Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’ils ont quatre jours de beau temps devant eux. Quatre jours ça peut suffire pour aller au sommet et pas sûr que l’hiver donne à nouveau une telle chance, aussi infime soit-elle…

  • Florence - 17 février 2018 à 11 h 52 min

    Juste un grand merci pour ces chroniques que je ne manque pas chaque jour. Et pour les articles si bien écrits et documentés.
    J’admire beaucoup ce que vous faites. Bravo. Vous êtes des pionniers FORMIDABLES !

  • Christophe - 17 février 2018 à 12 h 25 min

    Merci pour ces précisions.
    A priori, Denis considère que les ascensions du début mars (comme ce fût le cas pour le Gasherbrum I et le Broad Peak) ne constituent pas de « véritables » hivernales.
    Source :
    https://www.altitude.news/sports/alpinisme/2017/11/27/interview-denis-urubko-future-hivernale-k2/
    Il doit donc être terriblement motivé pour ce qu’il doit lui-même considérer comme leur dernière opportunité…
    Les Ice Warriors vont sans doute tenter tout ce qui restera dans le domaine de la raison…????

  • Anne - 17 février 2018 à 12 h 54 min

    Passionnante cette hivernale. Suspense au programme et des informations qui donnent d’en savoir toujours plus, avec de bonnes chroniques. Merci pour ce live journalier.Croisons les doigts et que la météo soit avec eux pour arriver au sommet !

  • Abdessamad - 17 février 2018 à 15 h 42 min

    Bonjour, Merci Thomas de nous faire vivre cette passionnante aventure. J’attends chacun de tes messages avec impatience. J’espère de tout coeur qu’ils vont arriver au sommet.

  • Christophe - 17 février 2018 à 19 h 19 min

    L’objectif de demain semble être que la cordée de pointe (Denis & Adam), parvenue ce jour vers 6300 m, arrive au camp 3…
    C’est habituellement vers 7300 m et la route vers le Bottleneck est encore longue…mais cela voudrait surtout dire qu’ils ont franchi la Pyramide noire considérée comme une difficulté majeure de la route des Abruzzes…cordes fixes nécessaires…
    A suivre…

  • thomas - 18 février 2018 à 13 h 47 min

    Pour ceux qui se posent des questions sur l’acclimatation, je vous soumets ce document intéressant qu’a partagé Kilian Jornet il y a quelques mois suite à ses ascensions au Cho Oyu et à l’Everest. Au Cho Oyu, ça donnait ça :
    Day 1: CBC – ABC
    Day 2: rest ABC
    Day 3: ABC – 6400m- ABC
    Day 4: rest ABC
    Day 5: ABC-6400m and put a tent there.
    Day 6: 6400 – we climb up to 7500m, we were feeling good, going up at a speed of 250m/h but we needed to turn around because weather deterioration. back to ABC
    Day 7-8: rest at ABC waiting for good weather.
    Day 9: ABC- 6400m
    Day 10: Summit

    Avant de partir, il avait dormi quelques nuits sous tente Hypoxique. Si le temps ne s’était pas dégradé, il aurait certainement tenté le sommet le jour 6 sans être allé au-dessus de 6 400 mètres au préalable. Je ne sais pas si c’est comparable avec la situation actuelle au K2 mais ça donne une idée.

  • Pedro26 - 19 février 2018 à 4 h 16 min

    « Pour ceux qui se posent des questions sur l’acclimatation, je vous soumets ce document intéressant qu’a partagé Kilian Jornet il y a quelques mois suite à ses ascensions au Cho Oyu et à l’Everest »

    Ouh-là mon pauvre, strictement rien à voir avec le K2 en hiver !
    Rien à voir en terme d’acclimatation en hiver…

    Et d’ailleurs, sur le K2 en ce moment, ce n’est pas le problème…

    Ils sont encore bien loin de l’épaule, sur le K2 !
    Les pauvres… (ils s’en prennent plein la gueule !)

  • Pedro26 - 19 février 2018 à 4 h 24 min

    Il faut déjà atteindre l’épaule à 8.000m, et après on verra…
    Le K2, ce n’est pas l’Annapurna, c’est bien plus haut (+ 600 m), et bien plus venteux…
    Faut pas croire…

  • Pedro26 - 19 février 2018 à 4 h 40 min

    Et c’est bien loin d’être gagné…

    Car après le posé à 8.000m, il faut encore faire les 600m aller-retour, en plein vent, et sans mourir…

    Ce n’est pas gagné…

    Et cette expé hivernale n’ira même pas jusque là, à mon avis…

  • Dudu - 19 février 2018 à 19 h 10 min

    Pedro26, je te trouve quelques peu agressifs dans tes propos, et même pessimiste à l’égard des sacrés bonhommes qui luttent là haut. Premièrement, ce qu’a donner Thomas concernant l’acclimatation de Jornet, est seulement là à titre indicatif, il le précise d’ailleurs à la fin de son commentaire.
    Deuxièmement au vu de la qualité, et de la précision de ses divers articles. Je le pense relativement, averti quant au fait qu’il a 600mètres d’écart entre l’Annapurna et le K2.
    Troisièmement, je ne sais pas si tu as déjà tenter des hivernales au K2 (moi non), mais je trouve un peu facile, de balancer qu’ils n’y arriveront pas et ne dépasseront pas 8000m comme ça. Surtout lorsqu’on a pas vraiment idée de ce que cela peut être là haut.
    A bon entendeur.

  • Christophe - 19 février 2018 à 21 h 38 min

    Magnifique cette progression au dessus de la Pyramide Noire !
    Les imaginer tous les deux passer la nuit dans leur tente à 7200 sur les flancs du K2 en plein hiver…c’est déjà un exploit en soi.
    Merci Thomas d’avoir précisé que les cordes fixes de la campagne 2017 étaient accessibles…cela porte à croire que celle qui équipe habituellement le Bottleneck sera peut être trouvée…
    Pour le coup, je me mets à rêver que la météo leur permette de passer une nuit au camp 4…et là, tout est possible !
    Oui, bon, je m’enflamme un peu hein, désolé…chaque chose en son temps… 🙂

  • Tomasz - 20 février 2018 à 19 h 04 min

    Tout d’abord merci pour ce blog qui tout en étant passionnant, me fait voyager. Tout simplement génial.
    Etant novice, je dévore un peu tout ce qui passe au sujet de cette expédition sur le K2.

    Je me pose tout de même une question. Le temps passe et les perspectives météorologiques sont loin d’être géniales. J’ai bien compris qu’ils restaient à 7200 pour s’acclimater puis qu’ils allaient redescendre au camp de base.
    Thomas (prénom magnifique selon moi….) évoque 4 jours de beau temps pour tenter une remontée et pourquoi pas le sommet. Par conséquent, combien de temps faut-il, à ces « machines polonaises », pour atteindre le sommet en partant du camp de base??? Et est-ce encore jouable???

  • thomas - 20 février 2018 à 20 h 04 min

    Maintenant que la voie est équipée et que les hommes sont acclimatés, ils peuvent certainement atteindre le dernier camp (vers 8 000 mètres) en deux jours. Il faut ensuite compter une journée entière pour faire l’aller-retour au sommet puis deux jours pour redescendre en mode survie. Ils pourront certainement anticiper un peu en montant au camp I ou II même si la météo n’est pas parfaite mais il faudra surtout que le vent ne souffle pas trop le jour du sommet. Si nous étions en été, nous pourrions considérer que l’affaire est bien engagée mais en hiver… Avec une nouvelle fenêtre de quatre jours comme celle que nous venons de vivre, ça pourrait être jouable mais c’est rarissime au K2 en cette saison. Bref, c’est encore jouable mais les chances sont, quoi qu’il arrive, assez infimes. Mais ça, ils le savaient avant de venir.

  • thomas - 20 février 2018 à 20 h 06 min

    Mais on y croit Tomasz, on y croit ! D’ailleurs pourquoi j’ai pas un z à la fin de mon prénom, moi ?

  • thomas - 20 février 2018 à 20 h 18 min

    J’ai vérifié : Au Nanga Parbat en 2016, ils étaient partis le 22 février du camp de base. Après une journée passée bloqués au camp II à cause de la météo, ils avaient atteint le camp III le 24, puis le camp IV le 25. Le 26 ils étaient au sommet (Voir le récit de l’hivernale au Nanga Parbat)

  • Jérémy - 20 février 2018 à 21 h 03 min

    Merci pour ce récit d abord ..c est formidable de suivre cette expé ..le K2 en hiver c est vraiment le dernier grand mythe …le truc de dingue ..même si ils ne sont pas encore au sommet on les aime ces gars ..on leur dit bravo ..passer des nuits dans ces conditions ..chapeau bas les gars !!

  • Tomasz - 21 février 2018 à 19 h 21 min

    Le Z à la fin me permet de lire les accents sur les o et les szcz…. ????
    Lorsque je vois comment cette expédition est relayée par les médias polonais et les réseaux sociaux, je me demande s’il pourrait y avoir le même engouement en France.
    Pour le K2, espérons donc que la létéo puisse permettre une tentative sérieuse du sommet!

  • Pedro26 - 21 février 2018 à 22 h 24 min

    @Dudu le 19 février 2018 à 19 h 10 min

    Sans commentaire !

  • Pedro26 - 21 février 2018 à 23 h 47 min

    Il y a bel est bien une fenêtre météo à venir, le 27 et 28, ça a l’air pas mal…

    Mais il faut atteindre le C4, à 8.000m, y passer une nuit ou une demi-nuit, puis passer le Bottleneck, à l’aller et au retour…
    Et ensuite, il faut redescendre sain et sauf depuis 8.000m…

    Malheureusement, sur le K2, on sait tous que la plupart des morts, c’était à la redescente…

    Donc, ceux qui ne veulent pas mourir, ils en tiennent comptent aussi… (et c’est bien normal !)

  • Pedro26 - 21 février 2018 à 23 h 57 min

    Pour l’instant, et tant que personne n’a atteint le C4 à 8000m (là où cela devient facile, techniquement), personne ne peut rien dire…

    Il faut penser à la descente, surtout à la descente, car c’est là où les gens meurent…

  • Pedro26 - 22 février 2018 à 1 h 49 min

    Est-ce que Denis et Adam veulent mourir, comme tant d’autre déjà sur le K2 ?

    Je ne le pense pas…

    Je pense qu’ils restent « raisonnables »…

  • Pedro26 - 22 février 2018 à 1 h 59 min

    C’est embêtant !
    Ils ont « raté » la super belle fenêtre météo de 4 jours que nous avait annoncé Thomas !
    Un truc de fou !
    4 jours de grand beau temps, et tout le monde redescend au Camp de Base !

    Allez comprendre…

    Y’a que Thomas qui sait pourquoi !

  • Gabriel - 22 février 2018 à 12 h 20 min

    Je pense qu’ils n’ont pas pu monter durant les quatre jours de beau tout simplement parce que les camps supérieurs n’étaient pas installés mais maintenant qu’il ne reste plus que le camp IV à mettre le prochain créneau sera le bon

  • Tomasz - 22 février 2018 à 21 h 29 min

    Adam dit que les 7200 n’étaient pas faciles car ils n’étaient pas acclimatés. D’où le fait d’y rester une nuit pour cela.
    Comme dit Pedro, ils sont restés pour jusqu’à présent.
    Et si bonne fenêtre météo il y a, le fait de rester raisonnable suffira t-il pour atteindre le sommet?????
    Suspense….

  • Tomasz - 22 février 2018 à 21 h 30 min

    *comme dit Pedro, ils sont restés raisonnables.

  • Alex - 23 février 2018 à 9 h 24 min

    Quelqu’un a des nouvelles fraîches de l’expédition en ce vendredi matin ?

  • thomas - 23 février 2018 à 9 h 33 min

    Je suis parti deux jours faire de la luge avec les gosses (sacrée expédition). RAS au K2, repos au camp de base. À l’Everest Txikon est en route vers le camp 3 aujourd’hui.

  • Christophe - 23 février 2018 à 9 h 56 min

    La suite (si permise les prochains jours par la météo) se préparerait de la façon suivante :
    – installation du camp 4 vers 7950 m (c’est précis…)
    – attaque du sommet par Denis et Adam si et seulement si une seconde cordée est suffisamment acclimatée à 7000 m (afin de venir en aide à la cordée de tête le cas échéant)
    Le chef de l’expédition, K. Wielicki a précisé : « le sommet est important mais en revenir l’est encore plus ».
    J’ai lu aussi qu’il avait fait nettoyer il y a quelques jours la voie Cesen initialement empruntée..bravo.
    Souhaitons leur le meilleur…à suivre.

  • Jean-Paul - 23 février 2018 à 11 h 54 min

    Merci pour ce live génial !
    C’est précis, vivant et pas pontifiant… vraiment chapeau bas!
    Bon, ceci dit que se passe-t-il? Depuis quelques jours c’est calme plat? Et plat au K2 ? ????

  • Anne - 23 février 2018 à 16 h 18 min

    Actuellement la température au BC est de 0° !!
    Ils sont optimistes pour la suite.
    Non ce n’est pas le calme plat, ils se préparent.
    Maciej et Marcin vont sortir demain et aller en C1 et peut être C2.Eux ou d’autres vont équiper les tentes de tout le nécessaire surtout en C3. Le C4 est prévu à 7850.Que la météo soit avec eux …..

  • Christophe - 23 février 2018 à 17 h 39 min

    Pour patienter un peu et rester dans l’ambiance, une courte vidéo (45 s) de Denis et Adam en train de boire du thé dans les tentes des camps supérieurs il y a quelques jours.
    Outre cette activité principale, on peut aussi les voir en train d’escalader la Pyramide Noire 🙂
    https://www.facebook.com/denisurubko/videos/555046831554900
    (cliquez sur « Plus tard » si pas de compte facebook)
    Le bruit fait par le vent à la fin de la vidéo m’a glacé : je retourne de ce pas sur mon canapé…

  • Pedro26 - 23 février 2018 à 19 h 29 min

    Pffiou !
    Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais y’a quand même une belle fenêtre météo qui semble se profiler, là…
    A partir du 27 et jusqu’au 2…
    (cliquez sur le lien « Météo » en haut)

  • Pedro26 - 23 février 2018 à 19 h 30 min

    Jusqu’au 3, en fait…
    Mais ce ne sont que des prévisions.

    Croisons les doigts !

  • Jean-Paul - 24 février 2018 à 14 h 59 min

    Ce gars est effectivement un lion en cage…
    Quand on a la force et la technicité de faire ce qu’il a fait de nuit au Nanga Parbat… on comprend que le type ne puisse plus attendre…
    Merde à lui! Que le Saint Esprit le protège !

  • Anne - 24 février 2018 à 16 h 04 min

    Qui disait que c’était le calme plat au K2 ! Mais non suspens avec un peu de folie en plus ….. Allez qui ne tente rien n’a rien,mais la sécurité avant tout . Soyons zen…..

  • Anne - 24 février 2018 à 16 h 29 min

    Adam aurait dit que Denis lui aurait proposer de venir, mais il lui aurait répondu qu’il n’était pas prêt.Quant à Denis, non il n’a pas de GPS. A suivre donc …..mais on ne sait pas trop comment…..

  • thomas - 24 février 2018 à 17 h 18 min

    Peut-être à la jumelle depuis le camp de base si le temps le permet mais effectivement, j’ai comme l’impression que ça va être difficile à suivre cette affaire… A moins qu’il ne trouve un allier parmi les gars qui vont monter pour s’acclimater mais ça m’étonnerait fort… Quant à la sécurité, ça n’a pas l’air d’être sa préoccupation principale…

  • Mez - 24 février 2018 à 17 h 27 min

    Bonjour,
    Je m en doutais( voire plus haut) seul Urubko est capable de partir comme cela et prendre autant de risque, toutes ces expéditions, tous les 8000 souvent par des voies difficiles et toutes cette expérience C pour ce moment là;
    LE moment pour cet énorme alpiniste digne des plus grands( Bonnatti,Messner,Kukucka,Lorentan…) LE moment pour taper un immense coup dans l ‘histoire de l alpinisme;
    Il va réussir j en suis sur!!!et ce sera le plus grand exploit qu’ on ai jamais vu! il faut juste que les autres l aident a la descente car C là le plus dangereux!!
    Je n avais pas vibrer comme cela depuis HUMAR en face sud de l annapurna en 1999
    ALLER DENIS URUBKO le moment est venu!!!!

  • Mez - 24 février 2018 à 17 h 28 min

    En face sud du Dhaulagiri pour HUMAR

  • Mez - 24 février 2018 à 17 h 31 min

    Tout cela va me réconcilier avec le Grand alpinisme après les mensonges de steck!!!

  • Anne - 24 février 2018 à 18 h 25 min

    Je suis totalement novice en alpinisme,mais fascinée,et j’aimerais savoir pourquoi c’est toujours à la descente que les accidents ont lieu ? On pourrait penser le contraire ..

  • thomas - 24 février 2018 à 18 h 38 min

    Les accidents n’ont pas toujours lieu à la descente mais souvent en effet. C’est en général parce que les alpinistes donnent tout pour aller au sommet et se retrouvent à bout de force au moment d’amorcer la descente. Certains, comme certainement Tomek Mackiewicz au Nanga Parbat, le font plus ou moins consciemment (voir l’article sur le point de non retour). Après le sommet, l’attention se relâche en même temps que la tension et les erreurs techniques sont également fréquentes. A l’Everest, beaucoup se retrouvent aussi à court d’oxygène après avoir mis trop de temps pour atteindre le sommet…

  • Flore - 24 février 2018 à 18 h 41 min

    OMG! Je lache le live 4 petites heures et voilà que l’on annonce le départ d’Urubko vers le sommet… en solo….
    Alors on va faire comme pour le ces folles journées du Nanga Parbat et le sauvetage miracle, et on va « prier »….
    Les croyants , les pas croyants, les animistes , boudhistes, hindouistes et autres c’est le moment de sortir les grigris à défaut des jumelles. On va prier pour que cela se passe bien, qu’il revienne entier, que son équipe soit suffisamment en forme pour le soutenir dés demain…. Pour que la montagne soit sympa avec lui et ne lui lance pas des cailloux, des avalanches et autres pièges …
    Ce mec est incroyable! A votre avis, combien de temps pour atteindre le camp 4?
    MAIS QUELLE FOLIE!!!!

  • thomas - 24 février 2018 à 18 h 54 min

    A l’heure qu’il est, il doit être au Camp II. Camp III demain, camp IV lundi et sommet mardi. Dans le meilleur des cas, il peut peut-être même atteindre le camp IV demain. Seul, on progresse parfois plus vite mais tout dépend aussi de la météo…

  • Anne - 24 février 2018 à 18 h 55 min

    Merci pour ces infos et pour l’article qui renseigne bien.Je comprends mieux ce qui se passe dans le mental de ces alpinistes hors normes.. Mais une petite descente en parapente……!!!

  • Willy - 24 février 2018 à 19 h 49 min

    Il est chaud Denis. Il est surement déjà la haut ! On va lui filer un piolet de diamant … minimum.

  • Willy - 24 février 2018 à 19 h 50 min

    Ou alors à Adam qui va aller se le chercher à la frontale !

  • Guillaume - 24 février 2018 à 19 h 51 min

    Et en plus en transgressant les ordres du chef d’expé…ça donne une dimension d’un autre âge à ce qui se joue en ce moment…digne de Buhl? En fait j’en sais rien je ne suis pas assez cultivé…mais c’est une épopée hallucinante qui se joue, une ascension herculéenne!

  • Mez - 24 février 2018 à 20 h 10 min

    @ guillaume
    La plus grande des épopées si il réussi en solo le K2 en hiver, du moins c est mon avis!!

  • Mez - 24 février 2018 à 20 h 16 min

    Messner avait dis que la directissime de la face nord de l Everest par le couloir Horbein des fantastiques suisses Loretan/Troillet en 42H aller retour, valais tous ces 8000.Je pense que le King dois être devant son ordi en ce moment!!

  • Kaeth - 24 février 2018 à 20 h 35 min

    Bon, comment suivre son ascension ? C’est un truc de malade.

  • Sabine - 24 février 2018 à 20 h 51 min

    Un grand merci pour ce blog .depuis le sauvetage d’ER ,je suis curieuse ,bien que totalement néophyte,de découvrir les exploits des « Polonais « ces héros.
    Merci pour ces informations en français.

  • Tomasz - 24 février 2018 à 22 h 14 min

    Le sommet du « K2 dla polaków » serait atteint par un kazakh sans l’aval du chef d’expédition….
    Denis Urubko est un dingue…

  • Jean-Paul - 24 février 2018 à 23 h 28 min

    Un dingue… mais quelle force de la nature toutde même !

  • Gérard - 25 février 2018 à 8 h 08 min

    Impressionnant ce déroulement… Seul, sans radio, sans infos… tout ça pour faire le sommet avant fin février… L’hiver se termine le 21 mars! Nombre d’hivernales effectuées dans Les Alpes en mars et qui ont été reconnues…

  • Mez - 25 février 2018 à 9 h 53 min

    Malgré le respect absolu que je dois pour URUBKO je pense qu il fait une très grave erreur en partant sans communication,je sais que chaque gramme est important mais là c est sa vie qui en jeu.Si il fait le sommet il lui faut absolument une preuve!? peut être avec sa montre?sinon c clair que l on va se poser des questions!!
    Il est immensément fort, mais complètement dingue
    C est Denis URUBKO quoi!!!

  • Franck 38 - 25 février 2018 à 10 h 01 min

    Est-ce que ľon a des nouvelles ďAdam. Est-il dans les traces de Denis ?

    Wielicki doit bouillir de voir que son autorité nest pas respectée.

  • Tomasz - 25 février 2018 à 11 h 52 min

    À l’instant Adam vient d’écrire sur son compte Twitter qu’il était très inquiet pour Denis.
    Ce dernier lui a proposé de l’accompagner mais Adam lui a suggéré de se reposer encore un peu et d’attendre la prochaine fenêtre météo favorable.
    Denis est donc parti seul.
    En attendant, Adam et le reste de l’équipe s’en tiennent aux plans.

  • Gérard - 25 février 2018 à 12 h 12 min

    J’imagine plusieurs scénarios:
    – Denis réussit le sommet et rentre vivant, il sera Le Héros, mais l’ambiance sera « glaciale » entre les gars.
    – Denis n’atteint pas le sommet, rentre épuisé et les gars font le sommet selon les plans du chef. Wielicki sera Le Héros.
    – Denis n’atteint pas le sommet, se retrouve en difficulté et est sauvé par les gars. L’expédition est terminée, bonjour l’ambiance…
    – Denis disparaît et…? Triste fin!
    Situation extrême pour cette dernière hivernale un 8000…

  • Mez - 25 février 2018 à 13 h 15 min

    @gerard
    Il y a aussi Denis atteint le sommet et est sauvé par les gars, je pense que C cela qui va se passer et début Mars Bielicki avec Golab atteignent le sommet!!!
    Tout le monde et content et nous aussi.
    Bon je sais C très optimiste comme programme,mais il faut l être avec ces dinguos!!!

  • Anne - 25 février 2018 à 13 h 29 min

    S’il n’ a pas de GPS, pas de radio, comment le localiser. Comment savoir si il a fait le sommet ou pas ? Depuis le sauvetage d’ER, je m’intéresse à cette expédition et là franchement on est servi. Merci
    pour ces infos et les références qui vont avec.

  • kalolimani - 25 février 2018 à 16 h 26 min

    question pour les inities: quand les premieres expéditions k2 printemps 2018 arrivent au base camp ? chasse croise avec les polonais ? peut-il attendre 1/2j au camp 3 ou 4 l’arrivee d’Adam ou est ce trop complique ?

    un petit commentaire sur Denis pour qui une hivernqle doit avoir lieu avant le 28 fevrier: ce n’est pas sympa pour Adam Bielecki qui a realise les siennes (GI et Broad Peak) entre le 1er et le 10 mars. Prends ca dans les dents !!!

    Denis est-il confiant de trouver des cordes fixes d’expéditions précédentes en bon etat ? leger, il ira surement tres vite. Une ‘Jornet’ est peut-être sa meilleure chance.

  • Mez - 25 février 2018 à 17 h 58 min

    @kalolimani
    La saison été on devrait dire, car au K2 c est different de l Everest c est beaucoup plus tard ( mi juillet/ mois d Aout) ,longitude different entre le Khumbu et le Karakoram,donc attendre 6 mois C long!!
    Une Jornet au K2 en hiver cela n existe pas car nous sommes dans une vraie aventure pour Urubko au-dessus de 7200m il n y a rien ,de fait cela veux dire 1400 m en style alpin en solo en hiver!!!!
    Pour Jornet tout était balisé et damés par 50 sherpas,c très fort physiquement mais au niveau aventure 1 sur 20!!

  • julien - 25 février 2018 à 18 h 09 min

    Bonjour,

    Je suis le live depuis déjà quelques jours.. Que de rebondissements !

    Le départ d’urubko en solo me semble très inquiétant.. D’une part pour lui et de deux pour la cohésion d’équipe.

    Il a fait faux bond même si il avait émis certains doutes etc… L’esprit d’équipe et le chef d’expédition à bien un rôle précis.

    L’égoïsme de ce choix peut se révéler tragique au final… Adam à sûrement sauvé sa vie.. J’espère qu’ils vont tous mener à terme cette ascension folle ! Ce qui me paraîtrait incroyable..

  • kalolimani - 25 février 2018 à 19 h 39 min

    Merci Mez pour les explications.

    Urubko, si la fenetre meteo est debut mars, peut-il attendre qques jours au camp II ou III les autres gars qui tenteront le sommet sans avoir a redescendre au BC ?

    J’ai lu sur le blog d’un confrere un avis tres interessant: Adam Bielecki, seul capable d’aller au sommet avec Denis, aurait renonce. Les autres alpinistes ayant également renonce (depuis le debut !) car présents non pour le sommet mais uniquement pour l’argent et pour la publicite de cette expedition nationale. Denis serait donc le seul candidat ( a pouvoir et vouloir le sommet). Camouflet pour Wielecki, en sus du mauvais choix de la route Cesen. Urubko tente donc seul, Wielecki ne perd pas la face, et les autres alpinistes sont prets a aider Urubko, ce qui etait toujours prevu.
    Ca peut faire du sens.
    attendons les prochaines heures

  • Tomasz - 25 février 2018 à 20 h 26 min

    Bien que novice en la matière, je ne pense pas que l’aspect pécunier soit leur seule motivation.
    Ce sont avant tout des athlètes de haut niveau et des aventuriers passionnés par la montagne.
    De plus, étant donné le fort tapage médiatique en Pologne sur cette expédition (un résumé dans chaque journal télévisé), l’atteinte du sommet ferait d’eux des héros de la nation à leur retour.

  • Christophe - 25 février 2018 à 20 h 28 min

    Bonsoir,
    Je tente un commentaire polémique au sujet de cette tentative solitaire.
    Il me semble qu’elle constitue tout sauf une surprise au sein de l’expédition et surtout pas pour K. Wielicki.
    Denis Urubko n’a jamais tu que pour lui, l’hiver himalayen s’arrêtait au 28 février : il a beaucoup communiqué sur le sujet.
    Sans doute que cette issue était connue de tous : son effet, tout en intensité dramatique, est magistral et nous scotche à nos écrans…les média non spécialisés en font l’écho et pas seulement en Pologne…
    Je rejoins l’avis de ceux qui pensent que DU est le seul à même de tenter le sommet cet hiver…il me semble qu’Adam n’en a jamais eu vraiment l’intention après avoir été blessé…
    J’ai lu que sur son blog, Alan Arnette jugeait durement Denis en le considérant comme un « rogue climber » dévoré par l’ambition.
    DU agit en cohérence avec ses propos et ses convictions : on doit lui reconnaître du panache …et comme vous, je suis en admiration devant sa volonté de fer.
    A défaut d’atteindre le sommet, il sera certainement l’homme le plus haut sur le K2 en hiver et ce n’est pas rien…et il n’y aura peut être pas d’autres tentatives hivernales avant plusieurs années…
    En revanche, pour ce qui est de sa sécurité et donc celle des autres…à suivre avec un poil d’inquiétude…

  • Tomasz - 25 février 2018 à 20 h 30 min

    Pour la suite de cette aventure, je vois plutôt Denis atteindre le sommet (mais comment pourra t-il le prouver???) et le reste de l’équipe grimper pour assurer son sauvetage.

    Wielicki dit que Denis attaquera le sommet demain… ça tombe bien je ne bosse pas ????

  • Christophe - 25 février 2018 à 21 h 08 min

    Oui il peut aussi atteindre le sommet…il suffira qu’il le dise et on le croira volontiers…et puis peut etre ne s’est-il pas délesté d’une montre GPS..ce serait pas mal aussi…

  • thomas - 25 février 2018 à 21 h 22 min

    Pour prouver le sommet, un petit selfie bien cadré fera l’affaire. Les spécialistes sauront reconnaitre le lieu et les sommets alentour. C’est en partie comme ça que ça fonctionne avec l’Himalayan Database (qui ne concerne que les sommets Népalais) par exemple. Il peut aussi laisser un objet au sommet pour prouver qu’il y est passé. En 1983, Pierre Béghin avait laissé son altimètre au sommet du Kangchenjunga après son ascension en solitaire.

  • kalolimani - 25 février 2018 à 22 h 03 min

    aux jumelles, jusqu’à quelle altitude peut-il etre suivi depuis le CB ? je vois bien DU atteindre le sommet, avec une tres grosse inquietude a la descente. En cas de probleme, qq’un peut-il au moins aller au moins au camp IV ?

  • Anne - 25 février 2018 à 23 h 01 min

    Voici une traduction d’une interview de Wielicki ce jour :

    L’assaut du sommet sera probablement demain matin.

    Denis est un joueur très fort. Demain va probablement prendre le dessus. Denis N’a pas fait une solution très raisonnable et sûre. Nous avons des équipes sur la montagne prêtes à vous aider. Nous envoyons des gens avec de l’oxygène dans c2, parce que personne ne sait ce qui peut arriver. C’est notre devoir, peu importe ce qu’on pense d’un homme. Nous devons nous préparer à quelque chose de mauvais, et nous avons besoin d’aide.

    La prévision 50:50. Est la plus dangereuse – descente. Demain, le temps est relativement bon. Mais ça empire après le déjeuner. Et je m’inquiète pour sa descente. S’il y a des nuages et des chutes de neige et un vent fort sur la montée du haut, vous pouvez complètement perdre l’orientation. Il n’y a rien dans le brouillard et le brouillard. J’ai peur pour denisa. C’est un vilain ami pour moi.

  • Jean-Paul - 26 février 2018 à 7 h 43 min

    Il est plus de midi au K2 et le temps se dégrade dans l’après midi… pourvu qu’il soit en bonne voie….
    Rien sur Desnivel ou le K2 dla Polsk….
    Courage Denis!

  • Simon - 26 février 2018 à 8 h 12 min

    A priori Urubko descend, il a pas réussi son pari… Il va se prendre un savon au BC… Mais dénouement heureux!

  • Alexis - 26 février 2018 à 8 h 19 min

    Denis descend, avec oxygène et au C2. Pour moi le sommet v

  • Tomasz - 26 février 2018 à 9 h 03 min

    Pour Denis, une hivernale se terminant le 28 février, l’aventure est-elle terminée pour lui????
    Etant sans conteste l’homme fort de cette expédition, si lui n’y arrive pas, qui osera y aller??
    Quid également d’Adam qui se fait discret depuis qu’il est redescendu.
    Cette journée devrait pour apporter quelques réponses je pense.

  • Mez - 26 février 2018 à 9 h 07 min

    J imagine l histoire, il redescend défoncé de sa tentative,pendant ce temps là les autres montent et réussissent le sommet pendant qu il dort dans sa tente!!!!
    Les boules quoi!!! franchement j y est cru mais je préfère mettre bien planté et que le grand URUBKO soit vivant le reste c est du vent
    Je trouve que WIELICKY a été grand seigneur dans cette histoire de dingue!!
    Maintenant C au tour de Biélicky et Golab de jouer
    L AVENTURE continue!!!

  • Mez - 26 février 2018 à 9 h 14 min

    @ Tomasz
    Avec toute la force hors du commun d URUBKO,il est complètement impossible qu il retente quoique ce soit avant longtemps, il a cramé toutes ces batteries sur cette attaque!!!
    par contre je sens bien Bielicky et Golab ( il a déjà fait le K2 )
    Je suis content qu URUBKO soit redescendu cela prouve son expérience hors norme!!

  • kalolimani - 26 février 2018 à 9 h 57 min

    il est peut-être simplement aller checher ses affaires personnelles aux camps II et II avant de quitter l’expedition. S’il lui reste des forces, il serait un seigneur de se mettre au service de Bielecki. B
    Que donne la meto ? y a t-il des creneau dans les jours a venir ?

  • Jean-Paul - 26 février 2018 à 10 h 09 min

    Content aussi qu’il soit sauf…

  • Jack - 26 février 2018 à 11 h 12 min

    Il faut qu’il tente le sommet d’ici 2 jours, en mars la saveur ne sera pas la même…

  • Anne - 26 février 2018 à 11 h 36 min

    Bon pas si fou que cela le Denis.Ouf….
    Allez on attend la prochaine tentative début mars, bien préparée, avec une bonne météo, et une équipe soudée..!

  • guillaume - 26 février 2018 à 11 h 45 min

    Le traceur d’Adam marche mais est ce bien fiable? C’est quoi ce point en plein milieu de la face Est?..et les dates sont farfelues non? Ou alors je comprends rien…

  • Simon - 26 février 2018 à 11 h 46 min

    Urubko a joué, il a perdu. S’il gagnait, il égalait Buhl. Il reste un des meilleur alpiniste de tous les temps, ça, ça ne changera pas.
    Quant à savoir s’il a tout cramé, c’est pas dit, il est pas allé au delà du C3 à priori. En solo, il a du en baver, mais qui sait?
    Si Wielecky voit qu’Urubko en a encore sous le coude, il pourrait être pragmatique et laisser sa chance au duo Urubko-Bielecki, si elle reste la plus performante…

  • Mez - 26 février 2018 à 12 h 12 min

    @ Simon
    Franchement a ce niveau quand un type comme Urubko attaque pour la sortie de tous les temps, il donne tout et ne peux se reposer a 6500 et attaquer encore!!!Je sais qu il est fort mais là!!!Pour Wielicky il ne compte plus pour la suite et C normal.
    Comme tu dis il a joué et il a perdu!!!Mais il est vivant C l essentiel.
    Maintenant l équipe va progresser et préparer l attaque avec Bielicky et Golab( si vous avez remarqué nous les voyons pas pour le moment!?)Ils vont sortir au tout dernier moment et BING sommet!!! INCH ALLAH

  • Mez - 26 février 2018 à 12 h 16 min

    Ce vieux Wielicky est malin comme un renard,25 expéditions au compteur quand même!! si ils réussissent il va devenir DIEU en Pologne!

  • Fabrice26 - 26 février 2018 à 12 h 54 min

    Bonjour à tous,

    Nouveau venu dans la communauté. Merci et bravo à Thomas de nous faire vivre et partager l’évênement presque en direct. On en devient addict c’est fou! Au delà de ce qui est entrain de se jouer au K2 quelqu’un a t-il des nouvelles de Alex Txikon sur l’Everest?

  • thomas - 26 février 2018 à 13 h 01 min

    Qu’est-ce qu’on va faire quand ça va être fini… je suis inquiet…
    Sinon Alex Txikon est redescendu au camp de base à cause des vents trop violents et aux dernières nouvelles il se tâtait pour refaire une tentative. Je crois que son permis expire bientôt par contre.

  • Mez - 26 février 2018 à 13 h 18 min

    on va regardé plus belle la vie!! non?

  • Larsen Detdl - 26 février 2018 à 13 h 37 min

    @ Thomas: Quand ça va être fini ? prendre le temps de rédiger un portrait consacré à Benoit Chamoux dans Alpinistes
    Depuis le sauvatage de ER et le départ solo de DU, cet article remonte à la surface triste et beau récit
    http://www.liberation.fr/sports/1996/01/02/les-derniers-jours-de-benoit-chamouxretour-sur-ce-jeudi-5-octobre-ou-l-alpiniste-choisit-d-aller-ver_161124

  • Anne - 26 février 2018 à 13 h 54 min

    Denis serait au camp de base et pas sûr que Wielicky veuille le reprendre dans l’expédition…..

  • Larsen Detdl - 26 février 2018 à 14 h 11 min

  • kalolimani - 26 février 2018 à 16 h 02 min

    Faut-il en vouloir a Urubko de suivre ses principes d’un sommet avant le 28 fevrier au detriment de l’equipe et de Bielicki qui doit etre bien triste de perdre son precieux compagnon de cordee ? Sans Denis, Adam est il capable d’y aller ? Golab est-il suffisamment fort ?

    Cela ma fait penser a Ferran Lattore qui a fait son 14e 8000m. L’Everest en mai dernier. Les 13 premiers sans oxygene. Vers 8500m, il n’a pas pu continuer. Il est tout de meme aller au sommet avec une bouteille d’ox que son sherpa portait. Au passage, j’etais vert car il avait un tracker GPS et montait avec Graziani et Revol. Du coup j’au cru que Graziani et Revol avaient reussi eux aussi. Mais non, ils ont suivi leur principes et ont fait demi tour (bon, ils n’avaient pas de sherpa et d’oxygene a disposition).

    Idem pour Urubko. Sachant cette fenetre du 28 fevrier etait quasi irrealisable, pourquoi ne pas y aller en mars, c’est toujours mieux que rien.

    Idem pour Boukreev qui monte sans ox en 1996 alors qu’il est guide et paye pour assurer la securite des clients

    Difficile de juger pour le cas Urubko. Se pelant les miches depuis 45 jours au camp de base, ca a du cogiter sec. Allez Denis, une petite arete Est de l’Annapurna pour oublier tout cela

  • jacky - 26 février 2018 à 16 h 29 min

    Ca serait beau que Denis retourne au K2 dans quelques années et s’attaque à la face Est ( jamais gravie) en hivernale. Ca aurait eu de la gueule qu’ils s’attaquent tout de suite à cette face comme l’aurait souhaité Urubko il me semble mais comme il s’agit d’une expedition financée par la nation , Wielicki à sans doute préféré ne pas se jeter dans l’inconnu. Dommage car cette troisième arrête de la face est leur aurait peut-etre permis une hivernale du K2 bien élégante et semblait moins exposée au chutes de pierre. D’autant qu’elle ne semble faisable qu’en hiver, étant trop avalancheuse le reste de l’année.

  • jacky - 26 février 2018 à 16 h 33 min

    https://animalderuta.files.wordpress.com/2013/11/east-face-k2.jpg

    l’arête de neige en question sur la droite.

  • Mez - 26 février 2018 à 17 h 11 min

    @Kalolimani
    Ce jour là Latorre a perdu toute crédibilité et Grazziani encore plus( le type il fait la première de la face sud de l annapurna ( vu que Steck est un menteur)en style alpin…Il nous bassine depuis des années sur le le style alpin sans ox… et il nous sort une tentative sur la voie normal de l Everest!?
    @ Jacky
    Je pense que la face est quand même sacrément une planète inconnu pour tenter une première hivernale au K2!?
    La photo est magnifique et l arrête m a l air bien longue!!!!!!

  • jacky - 26 février 2018 à 17 h 17 min

    c’est l’arete au centre de la photo pas celle tout à droite. Clair que c’est un saut dans l’inconnu, mais je pensent que c’est le genre de challenge qu’Urubko et d’autres himalayistes recherchent. voici ce qu’en disait Urubko il y a quelques semaines:

     » K2 Eastern side is interesting because the mountain shelters the climbers from the prevailing Westerly winds. In the summer there is too avalanche dangerously. However, in winter, minimal snow cover is very good condition for the climb. The movement and belay organization become easier There are sites for the tents, the possibility of spending night in the cracks, the organization of snow caves.
    – We had to look to the East side, – I begged Wielicky two months before the expedition.
    « We had to look East, » I said to Golob on the way to the Base Camp.
    – We had to look at the East side! exploded I, once again seeing the broken bandaged Bielecky’s face. He caught a stone at the beginning of the Basque route, miraculously saved from a more severe fate.

    So, after the dinner the guys were interested. The next morning Feb, 08 I got Wielicky permission to lunch a reconnaissance of the East Face. He appointed one of the Pakistani porters as my assistant.
    – Take your crampons and the harness, Phazar –I said. – At seven o’clock in the morning we will start, run, look, take some pics, and… well, after a dinner we will be return to the Base camp.

    This Pakistani guy from the beginning of the expedition pleased me with optimism and endurance. So we had an easy conversation on the way. Feb, 9 the weather was fine, the sun was warm. Fazar is 44, like me. To this time, he made four children and many climbs on the Pakistani eight-thousanders. Carefully tied with a rope, we went through the icefall, skirted avalanche trays from K2 « roof », and at 10:00 stopped right in front of the East Face.

    I enthusiastically threw up my hands. It was the beauty, set vertically. The Face is broken by the several buttresses, one of which – the right – causes my optimism. And so far the vertex K2 tower floated in wisps of light fog. I was a blast!
    – Look! Do you see IT?! – I was asking a Pakistani. He laughed indulgently.
    Giving him the part of the snack, I grabbed:
    – However, I’m not hungry! What about you?
    – Why? – Fazar was laconic. – We will have lunch in BC. »

    traduction google:

    Le côté Est de K2 est intéressant car la montagne abrite les grimpeurs des vents dominants d’ouest. En été il y a trop d’avalanche dangereusement. Cependant, en hiver, la couverture de neige minimale est très bonne condition pour la montée. Le mouvement et l’organisation de l’assurage deviennent plus faciles Il existe des sites pour les tentes, la possibilité de passer la nuit dans les fissures, l’organisation de grottes de neige.
    – Nous avons dû regarder vers l’Est, – j’ai prié Wielicky deux mois avant l’expédition.
    « Nous devions regarder vers l’est », dis-je à Golob en route vers le camp de base.
    – Nous avons dû regarder le côté Est! explosa-je, en voyant de nouveau le visage bandé de Bielecky. Il a attrapé une pierre au début de la route basque, sauvé miraculeusement d’un destin plus sévère.

    Donc, après le dîner, les gars étaient intéressés. Le lendemain matin, 08 février, j’ai obtenu la permission de Wielicky de déjeuner une reconnaissance de l’East Face. Il a nommé un des porteurs pakistanais comme mon assistant.
    – Prends tes crampons et le harnais, dit Phazar. – A sept heures du matin, nous allons commencer, courir, regarder, prendre des photos, et … après un dîner, nous retournerons au camp de base.

    Ce pakistanais depuis le début de l’expédition m’a plu avec optimisme et endurance. Nous avons donc eu une conversation facile sur le chemin. 9 février, il faisait beau, le soleil était chaud. Fazar a 44 ans, comme moi. A cette époque, il a fait quatre enfants et de nombreuses ascensions sur les huit-mille pakistanais. Soigneusement attachés avec une corde, nous avons traversé la cascade de glace, jeté des plateaux d’avalanche de K2 « toit », et à 10h00 nous nous sommes arrêtés juste en face de la face Est.

    J’ai levé avec enthousiasme mes mains. C’était la beauté, posée verticalement. Le visage est brisé par les nombreux contreforts, dont l’un – la droite – provoque mon optimisme. Et jusqu’à présent, la tour vertex K2 flottait dans des brumes de brouillard léger. J’étais génial!
    – Regarde! Est-ce que tu le vois?! – Je demandais à un Pakistanais. Il rit avec indulgence.
    En lui donnant la part de la collation, j’ai attrapé:
    – Cependant, je n’ai pas faim! Et vous?
    – Pourquoi? – Fazar était laconique. – Nous déjeunerons en Colombie-Britannique.

  • jacky - 26 février 2018 à 17 h 27 min

  • jacky - 26 février 2018 à 17 h 30 min

  • Alex - 26 février 2018 à 18 h 00 min

    Sur « altitude News » ils retracent les dernières heures de cet après-midi… Malheureusement j’ai bien l’impression que l’expédition tourne au fiasco. J’en suis très déçu.Une telle ascension est selon moi avant tout une histoire d’alpinistes et non une histoire d’état!! Parce qu’il faut être un peu « fou fou » pour tenter ça.C’est peut-être là que ça a péché… J’ai la conviction qu’on retrouvera Denis sur le K2 dans les hivers à venir car c’est un sacré Alpiniste ce monsieur. Il a toute mon admiration.

  • Simon - 26 février 2018 à 18 h 16 min

    La face est du k2 fait l’objet d’un manga très, très réussi, « Ascension », Koko no hito pour le titre original. Je le recommande très vivement.
    A mon avis c’est mort pour cette expédition. Seul Bielecki est acclimaté. La question n’est pas de lui trouver un compère qui soit aussi bon que Urubko, mais il faudra une nouvelle période d’acclimatation avant un sommet… Urubko à du panache, mais il a peut être enterré le K2 ce week-end.

  • kalolimani - 26 février 2018 à 18 h 35 min

    @mez
    je suis plus mesure pour Latorre et Graziani. Pour Latorre, il a tjs assume la fin avec ox, a voir s’il le reente un jour sans ox. Pour Graziani, je crois qu’il n’y est pour rien, avec udget moindre il s’est greffe sur le permis de Latorre et apparemment, selon ton permis les sherpas t’interdisent de t’aventurer a plus de 50 cm de la corde fixe !!! Ce qui est dommage c’est que Graziani voulait faire l’arete ouest et le couloir Horbein, mais Latorre ne voulait pas y aller.
    Toi qui semble bien connaître, je suis curieux de savoir pq Graziani, Revol, latorre, Dujmovits (cote Nord) ont echoues cette nuit la sans ox et le seul qui a reussi est Hanz Wenzl, dont j’ignorais l’existence. Lui a t-il pousse les limites au dela du raisonnable ?

    Ce K2 sentant le fin, avez vous vent de projets sympa a suivre ce printemps / ete sur des 8000 ?

  • Christophe - 26 février 2018 à 19 h 52 min

    Merci à Denis Urubko pour nous avoir fait vibrer et rêver…
    Et bravo pour son altruisme et sa générosité qui ont permis le plus beau des accomplissements : sauver une vie en donnant le meilleur de soi.

  • Mez - 26 février 2018 à 20 h 03 min

    @Kalolimani
    C vrai que Latorre et Grazianni peuvent me rétorqués(T qui toi pour nous parler avec ton mont blanc et ton aiguille verte!!!)mais ils se mettent en avant ,font des interviews, nous expliquent qu il font un alpinisme by fair means….
    Qu en tu penses que Latorre a grimper 10 000 mètres minimum sur des 8000 sans ox et il prend de l ox pour les derniers 300 mètres!!!ça na pas de sens!!pareil pour graziani qui a fait la première de la face sud de l Annapurna( avec Stephane Benoit,qui a perdu ses doigts de pieds et une partie de ses mains) et qui essaye l Everest voie normal avec des milliardaires qui ont 20 sherpas qui lui font tété la bouteille jusqu’à en haut!!!tu te dis qu’ elle déception pour un type de cette qualité en tant qu’ himalayiste.Pour le reste je ne sais pas pour l Everest.
    Pour la saison à venir il faut toujours regarder ce que font Mick Fowler et Ramsden il font toujours des trucs de dingues sur des 6000/7000 mais toujours plein de classe et d aventure. Sinon des Avril tu as l autoroute du soleil sur les versants Nord et Sud de l Everest sans aucun interret a part être le 3200em a faire le sommet en canard ou en marche arrière!!!!

  • Mez - 26 février 2018 à 21 h 09 min

    @jacky,
    La photo avec notre ami pakistanais nous montre bien la raideur de la face!!!Franchement en hiver a vu, sans connaissance de la voie et ou posé les camps bonjour la préssion et l engagement!!!
    En gros il y a qu URUBKO qui n a pas l air impressionné et Jacky!

  • Guillaume - 26 février 2018 à 21 h 20 min

    Le versant est du K2 très secret…parcouru sur l’arête toute à droite par la fameuse expé américaine de 78 pour la troisième ascension du K2 c’est bien ça? Y a t’il eu des tentatives d’ascension notables sinon par la face est?
    Et j’insiste mais comment se fait il que le traceur GPS d’Adam indique comme point le plus haut atteint 7411m en plein milieu de la face est, dans la glacier suspendu, justement dans les pentes dominant l’éperon que D.U. aurait bien voulu tenter?
    http://adambielecki.pl/spot

    Bizarre non?
    Et sinon l’expé de 2003 en face nord, dirigée par Wielicki avait été bien houleuse, des alpinistes s’étaient barrés pendant l’expé. Et D.U. avait atteint le point le plus haut en hiver, plus de 7700m, en effectuant un sauvetage d’ailleurs de Marcin Kaszkan. Quelqu’un a t’il des infos sur cet épisode. J’avais vu une video YT en polonais donc je ne comprenais rien, et je ne la retrouve plus…
    S’il venait faire un tour dans les rues de nos bonnes villes françaises, D.U. il verrait que l’hiver ne s’arrête pas en février, bordel, ça caille, on se croirait là haut! D.U. retournes y l’hiver n’est pas fini!

  • thomas - 26 février 2018 à 21 h 34 min

    Le traceur d’Adam a connu plusieurs sautes d’humeur. Pendant la marche d’approche, il était parti faire un tour sur le Broad Peak… juste un bug, je pense.
    Il est question du sauvetage de Marcin dans cet article d’Alpine Mag qui liste les différents sauvetages de Urubko.
    Pour la face est du K2, par contre, je sais pas…

  • jacky - 26 février 2018 à 22 h 30 min

    en 1909 ca avait de l’allure aussi
    :

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a5/K2_East_Face_1909.jpg

    Au moins une tentative en 2007 et un autre team l’ayant considérée en 1987 mais qui n’y a pas mis les pieds également pour cause d’avalanches. ( voir ci dessous). Peut-etre d’autres tentatives?

    Don Bowie – Aug 21, 2007 6:01 pm Date Climbed: Jul 20, 2007
    Don Bowie – K2 Summit Sucess!

    4th canadian to summit K2 (and technically the 16th american via dual citizenship)

    Our small team of three first attempted a new route on the unclimbed East Face of K2 but were turned back at 6700 meters by killer avalanche conditions. The route (up to our high point, anyhow) was fantastic and is feasible with a small team and modern tactics. It’s too bad we did not continue. I’d like to try it again, but- I think once on K2 is enough. (Somebody tell that to Billy Pierson)

    Still, the 1986 expedition was a big psychological turning point for Greg Child.
    He had evened the score with the Karakoram.
    Just a year later, Child was back in the Karakoram, trying to go one-up on the
    massive range. His objective was K2—the world’s second-highest peak—and he
    was part of a very talented team that included Tim Macartney-Snape, the veteran Doug Scott, Scott’s twenty-four-year-old son, Mike, and experienced American
    climbers Steve Swenson and Phil Erschler. The last was the only climber of the 1984
    American Everest North Ridge expedition to reach the summit, a few days after
    Macartney-Snape and Mortimer completed the first ascent of the spectacular Great
    Couloir route.
    This formidable team aimed to make the first ascent of K2’s East Face—and to do it
    in alpine style. They were destined, however, to make hardly any impression at all on
    the mountain and to prove once again the old adage that climbers do not conquer
    mountains; it is the mountain that decides when and by whom it will be climbed.
    In 1987, weather and dangerous snow conditions proved to be K2’s impregnable
    defences.
    Macartney-Snape recalled:
    We sat in Base Camp, prisoners of our ambition and the weather. The frustrating
    thing was that below 7,000 metres the weather was never really that bad. The lashing
    blizzards of the previous year never came. Instead, we had an interminable succession
    of blandly bad days, occasionally broken by one and, rarely, two fine days which kept
    our hopes alive—something like commercial television.
    15
    The bad weather above 7000 m was putting the upper ramparts of K2 dangerously
    out of condition. The situation became clear as some members of the team spent
    a bit of their pent-up energies on a nearby 7000 m ice peak.
    Macartney-Snape was not impressed with what he saw of K2’s East Face from high
    on the training peak:
    [A]s I examined the vast sloping snow plateau below the summit pyramid through
    my binoculars, I came to the horrified conclusion that the 500 metre line I was
    looking at was not a shallow ice cliff but the crown of a giant slab avalanche which
    must have been ten metres deep at the fracture! The avalanche would have swept
    straight down our proposed route and across the glacier…I was no longer very
    interested in the East Face.
    1

  • jacky - 26 février 2018 à 22 h 45 min

    traduction google:

    Don Bowie – 21 août 2007 18:01 Date de l’ascension: 20 juil. 2007
    Don Bowie – K2 Summit Sucess!

    4ème Canadien au sommet K2 (et techniquement le 16ème américain via la double nationalité)

    Notre petite équipe de trois hommes a d’abord tenté une nouvelle route sur la face Est non forcée du K2 mais a été refoulée à 6700 mètres par des conditions d’avalanche meurtrières. La route (jusqu’à notre point culminant, de toute façon) était fantastique et est réalisable avec une petite équipe et des tactiques modernes. C’est dommage que nous n’avons pas continué. Je voudrais essayer encore, mais- je pense qu’une fois sur K2 est suffisant. (Quelqu’un dit ça à Billy Pierson)

    Pourtant, l’expédition de 1986 a été un tournant psychologique important pour Greg Child.Il avait égalisé le score avec le Karakoram.
    Un an plus tard, Child était de retour au Karakoram, essayant d’aller en
    gamme massive. Son objectif était K2 – le deuxième plus haut sommet du monde – et ilfaisait partie d’une équipe très talentueuse qui comprenait Tim Macartney-Snape, le vétéran Doug Scott, le fils de Scott âgé de vingt-quatre ans, Mike, et un Américain expérimenté.les grimpeurs Steve Swenson et Phil Erschler. Le dernier était le seul grimpeur de 1984 Expédition américaine Everest North Ridge pour atteindre le sommet, quelques jours après Macartney-Snape et Mortimer ont terminé la première ascension de la spectaculaire Route du Couloir.
    Cette formidable équipe avait pour objectif de faire la première ascension du K2’s East Face – et de le faire dans le style alpin. Ils étaient destinés, cependant, à ne faire presque aucune impression sur la montagne et de prouver une fois de plus le vieil adage que les grimpeurs ne conquièrent pas les montagnes; c’est la montagne qui décide quand et par qui elle sera escaladée. En 1987, le temps et les conditions d’enneigement dangereuses s’avèrent imprenables pour le K2les défenses.
    Macartney-Snape a rappelé: Nous nous sommes assis au camp de base, prisonniers de notre ambition et de la météo. Le frustrant C’était qu’au-dessous de 7 000 mètres, le temps n’était jamais si mauvais. L’arrimage les blizzards de l’année précédente ne sont jamais venus. Au lieu de cela, nous avons eu une succession interminable des jours blandly bad, parfois cassés par un et, rarement, deux beaux jours qui ont gardé nos espoirs vivants-quelque chose comme la télévision commerciale.15 Le mauvais temps au-dessus de 7000 m mettait dangereusement les remparts supérieurs de K2 hors état. La situation est devenue claire car certains membres de l’équipe ont passé un peu de leurs énergies refoulées sur un pic de glace voisin de 7000 m. Macartney-Snape n’a pas été impressionné par ce qu’il a vu de East Face de K2 de haut sur le pic d’entraînement:
    [A] s j’ai examiné le vaste plateau enneigé en pente au-dessous de la pyramide du sommet à travers mes jumelles, je suis arrivé à la conclusion horrifiée que la ligne de 500 mètres j’étais regardant n’était pas une falaise de glace peu profonde, mais la couronne d’une avalanche de dalle géante qui devait avoir dix mètres de profondeur à la fracture! L’avalanche aurait balayé tout droit notre route proposée et à travers le glacier … Je n’étais plus très intéressé par l’East Face.

  • kalolimani - 26 février 2018 à 23 h 34 min

    au fait, quelq’un sait-il si les traitements médicaux effectues sur Elisabeth Revol ont porte leur fruit ? Les séances en caisson ont-elles apporte les résultats escomptes ? Je ne trouve aucune nouvelle recente.
    Bon retablissement.

  • kalolimani - 27 février 2018 à 9 h 03 min

    encore des questions de debutant
    1/ pourquoi ces gars sont arrives au base camp le 9 janvier et pas le 1er decembre pour avoir plus de temps ?
    2/ pourquoi ces gars la n’arrivent pas mega prepares apres des jours voire semaines en tente hypoxie pour etre prets des l’arrivee au BC ?

    Ce serait eloigne d’un esprit de conquete authentique mais bon, quand on veut le dernier sommet vierge en hiver, on se donne les moyens.

  • thomas - 27 février 2018 à 9 h 14 min

    Je pense qu’au-delà de deux mois, même au camp de base, la vie devient compliquée. Le froid et l’inconfort usent les organismes et lassent les cerveaux. D’ailleurs ils pourraient rester jusqu’au au 21 mars mais Wielicki l’a déjà annoncé, ils ne resteront pas là à rien faire si la météo ne veut pas.
    Concernant les tentes hypoxiques, il faudrait poser la question à des spécialistes mais je ne suis pas sûr que l’effet soit super rentable sur ce genre d’expédition au long court.
    Quant à Elisabeth, nous n’avons effectivement pas de nouvelle. Laissons la se remettre tranquillement, elle doit avoir besoin de calme…
    Sinon, c’est fini pour Txikon à l’Everest, son permis expire demain.

  • Simon - 27 février 2018 à 9 h 55 min

    D’après Bielecki, ça sent le sapin. Comme prévu il ne reste plus que lui d’acclimaté… Il faudrait deux fenêtres météo (une d’acclimatation, une de sommet) pour y arriver, ça n’arrivera pas d’ici le 20 mars…

  • Jacky - 27 février 2018 à 12 h 57 min

    Cette voie basque, c’était une mauvaise idée des le départ et grimper sur cordes fixes sur l’éperon des Abruzzes aussi. ( se hisser sur des cordes d’anciennes expéditions, pas terrible comme style). Urubko avait sans doute raison, ce n’est pas le plus grand himalayiste pour rien. D’ailleurs son raisonnement pour qualifier une ascension hivernale jusqu’à fin février est cohérent:

    http://www.meteofrance.fr/actualites/4896487-pourquoi-les-saisons-meteorologiques-different-elles-des-saisons-astronomiques

  • Al - 27 février 2018 à 13 h 50 min

    Question de débutant. Mais Bielecki ne peut pas tente en solo le sommet ? Vu qu »il est le seul capable et acclimater. Dans les 5/7 jours à venir. Merci Thomas pour le site 🙂

  • thomas - 27 février 2018 à 14 h 03 min

    Ça serait effectivement une solution, probablement la seule d’ailleurs. Mais j’ai plutôt l’impression qu’il a envie de rester en vie et de rentrer bientôt chez lui…

  • jacky - 27 février 2018 à 14 h 07 min

    La fin au dessus du camp 4 est bien raide et sans assurage avec les vents violents, le risque serait bien trop grand. Pas impossible mais extrêmement risqué.

  • Anne - 27 février 2018 à 16 h 16 min

    Questions de débutante : En combien de jour on rallie le BC à Askole ? A son retour , on va avoir des infos sur son blog , je pense.Pour le retour à Askole, il est seul ou accompagné ? Merci.

  • Fabrice26 - 27 février 2018 à 17 h 09 min

    Alex Txikon a abandonné sur l’Everest, Tomek a rejoint les étoiles au dessus du Nanga Parbat et les polonais s’enlisent au K2. C’est bien la montagne qui décide…

  • kalolimani - 28 février 2018 à 9 h 27 min

    petit rappel de qu’ils endurent chaque jour au dessus du camp de base https://www.youtube.com/watch?v=-OBX25ix4eU

  • Mez - 28 février 2018 à 11 h 45 min

    @Kololimani
    Je viens de voir la video,ENORME!!!!
    J ai regardé une video hier « art of friedom »sur l alpinisme polonais et à la fin on voit de loin la chute de quelqu ‘un, pendant le passage sur Kukuscka en face sud du Lhotse!!!!sa mort a été filmé????
    Si une personne a des infos, je suis preneur!
    Je vous avoue je m attendais pas à voir ça!!
    Mez

  • Gérard - 28 février 2018 à 12 h 40 min

    Très intéressant toutes ces informations… Question record: Combien de 8000 en une année (ou saison) une personne a-t-elle gravie?

  • thomas - 28 février 2018 à 13 h 05 min

    Bonne question. Le Mexicain Carlos Carsolio (le quatrième à avoir fait les 14) en fait quatre en 1995. Je ne crois pas que quelqu’un ait fait mieux. Messner est le premier à en faire trois dans la même saison en 82. Jerzy Kukuczka en fait trois en 85 et trois en 86 mais il place une hivernale à chaque fois. En 1983, Loretan en fait trois (Gasherbrum I et II et Broad Peak) en dix-sept jours. Ça vaudrait le coup de faire quelques recherches plus approfondies.

  • Pedro26 - 28 février 2018 à 13 h 50 min

    Tout dépend aussi du style d’ascension (style alpin, avec O2, sherpas, hélicos pour les transferts aux CBs, voies déjà équipées et camps préparés à l’avance…)

    Chez les femmes, la Sud Coréenne Oh Eun-sun en a fait 4 en 2008 (Makalu, Lhotse, Broad Peak, Manaslu), puis 3 (ou 4 ?) autres en 2009 (Dhaulagiri, Nanga Parbat, Gasherbrum I + le Kangchenjunga mais qui est discuté), avec beaucoup d’aides, de pognon, et de transferts hélicos + sherpas.
    Soit 7 (ou 8) x 8000m en seulement 2 ans, ce qui est énorme.
    C’était lors de la « course » pour la première féminine aux 14x8000m, avec l’espagnole Edurne Pasaban, l’italienne Nives Meroi, et l’autrichienne Gerlinde Kaltenbrunner.
    Une histoire passionnante que Thomas ne manquera pas de nous raconter un de ces jours ! 😉

    Elisabeth Révol en a fait 3 en 2008, en style alpin solo (le Broad Peak, le Gasherbrum I et le Gasherbrum II en 16 jours. Avec le GI et GII enchaînés en 52 heures sans retour au camp de base).

  • thomas - 28 février 2018 à 14 h 49 min

    Merci Pedro !
    Ça parait quand même chaud d’en faire plus de quatre dans la même année. L’enchainement des deux Gasherbrum et du Broad Peak se fait bien mais pour enchainer avec autre chose derrière, c’est pas évident. Faut aussi avoir du bol avec la météo. Ueli Steck, qui était parti pour tenter la traversée Everest/Lhotse quand il est tombé, aurait peut-être pu réussir dans les années à venir. Ça sera sûrement l’un des nouveaux challenges pour les himalayistes.

  • Pedro26 - 28 février 2018 à 15 h 56 min

    Oui… Bien difficile ! (Surtout by fair means !)
    Sinon après le GI, le GII et le Broad Peak, ben tu peux toujours enchaîner sur le K2, voyons, à seulement 9 km à vol d’oiseau…

    Il suffit de se bouger un peu le cul, bordel, c’est tout ! (et gagner au loto pour la météo, aussi !).

    Pour moi, ces « records » de type Oh Eun-sun ou sa compatriote Go Mi-Sun alias « Miss Go » (*) ne font aucun sens, car ils nécessitent trop de logistique ultra-couteuse, des hélicos, des sherpas, des camps préparés à l’avance…

    Et je doute fort que Ueli Steck se serait lancé dans ce genre de « records » inutiles…
    (en l’occurence, pour Oh Eun-sun et Miss Go, c’était lors d’une véritable course avec Edurne Pasaban pour la première féminine des 14×8000, et je doute qu’elles auraient fait ça sans cette « motiviation »).

    C’était « The Women Race in Himalaya », cette incroyable histoire que tu vas si bien nous raconter avec tes mots et ton style à toi, Thomas, prochainement ! 😉

    (*) Ascensions (avec O2 + sherpas) de Go Mi-Sun « Miss Go », décédée en 2009 au Nanga Parbat

    2006: Cho Oyu.
    2007: Everest, Broad Peak et Shisha Pangma.
    2008: Lhotse, K2, et Manaslu.
    2009: Makalu, Kangchenjunga, Dhaulagiri en 6 semaines (première mondiale), puis Nanga Parbat, où elle décède lors d’une chute à la descente, sur son 11ème 8000m.

    C’est la première alpiniste et seule au monde a avoir gravie 3x8000m sur 3 années consécutives (avec oxygène et sherpas, hein !).
    C’est la plus rapide à avoir gravie 4x8000m (72 jours)

    -> 11 x 8000m en 4 ans… Il ne lui restait plus que les (réputés plus) « faciles » GI, GII, et Annapurna !

  • Jean-Paul - 28 février 2018 à 16 h 06 min

    Merci por ce blog passionnant et de haute tenue….
    Mais le K2 en hiver…. c’est vraiment pour les durs et les fous!

  • Pedro26 - 28 février 2018 à 21 h 47 min

     » Le Mexicain Carlos Carsolio (le quatrième à avoir fait les 14) en fait quatre en 1995″.
    Oui, et sans O2,

  • Pedro26 - 28 février 2018 à 21 h 55 min

    Modif, pardon :

    « Le Mexicain Carlos Carsolio (le quatrième à avoir fait les 14) en fait quatre en 1995 »

    Annapurna, GI, GII, et Dhaulagiri (en solo) en 1995, sans O2.

    Un véritable exploit, aussi…

    Chez nous, en France, on n’a pas bien l’habitude de se rappeler des exploits de ces himalayistes « exotiques », du Mexique, de l’Équateur, du Japon, ou de Corée du Sud, ou d’ailleurs…

    Merci Thomas pour la piqûre de rappel…

  • Christophe - 28 février 2018 à 23 h 47 min

    Pour l’hiver 2018/2019, DU a déclaré vouloir tenter la 1iére hivernale du Ventoux.
    Bonne chance à lui…il en aura besoin car le Ventoux, c’est autre chose que le K2, c’est le Géant de Provence avec des vents au sommet soufflant parfois plusieurs heures á plus de 70 km/h…à suivre…

  • Christophe - 1 mars 2018 à 0 h 00 min

    Je précise que le Mont Ventoux a été gravi en 1336 par Petrarque par le versant Nord mais en plein été et que depuis, cette ascension n’a jamais été répétée…

  • Fabrice26 - 1 mars 2018 à 9 h 00 min

    Faux, j’ai gravi le géant de Provence par la face nord dans l’indifférence générale le 1er avril 2016. Température au sommet -12°C et vent à 90 km/h. Heureusement le bar était ouvert.

  • olivier - 1 mars 2018 à 9 h 03 min

    Bonjour, super site. Est il possible de remonter des la prochaine fenêtre météo ou faut il attendre que les pentes se purgent un peu/ que la neige se transforme?

  • thomas - 1 mars 2018 à 10 h 23 min

    Après chaque période de mauvais temps, ils sont remontés direct mais c’est vrai qu’on peut se poser la question. Dans les récits on entend rarement parler d’himalayiste poireautant au camp de base par beau temps pendant que les pentes se purgent. Si un connaisseur passe par-là…
    Ce qu’il y a de sûr, c’est que plus il y a de neige, plus faire la trace est épuisant.

  • Fabrice26 - 1 mars 2018 à 12 h 38 min

    Cela fait bientôt 2 mois que les polonais sont à pied d’œuvre sur le K2. J’imagine que les organismes doivent ressentir sérieusement une si longue période dans le froid (-20 C déjà dans le CB). Qu’en est-il des conditions de vie au CB?

  • thomas - 1 mars 2018 à 13 h 13 min

    Au camp de base, il y a tout le confort nécessaire. En été c’est du camping amélioré mais effectivement, par -20°C, les organismes, même les plus robustes, s’usent. Les alpinistes perdent énormément de poids lors de ces expéditions. Elisabeth Revol, déjà poids plume à la base, a perdu une dizaine de kg je crois au Nanga Parbat (43 kg à son retour). En plus du froid, l’ennui est un ennemi redoutable pour le cerveau. Bref plus le temps passe, plus le sommet s’éloigne… Perso, je n’aurais pas survécu à la marche d’approche…

  • PierChe - 1 mars 2018 à 13 h 37 min

    Hello,
    Super blog, bravo ! Je n’ai pas vu de post concernant la bouffe dans les camps d’altitude. Que mettent-ils dans les sacs quand ils partent pour le C1 à C4 ? Tout doit être congelé là haut ! S’agit il uniquement de nourriture soluble dans l’eau chaude ? Et que se passe t il en cas de panne de gaz ?

  • thomas - 1 mars 2018 à 14 h 01 min

    Le gaz sert surtout à faire fondre la neige pour s’hydrater. Pour la bouffe en haut, ils emportent probablement un peu de soupe soluble, des biscuits et des trucs comme ça. Pour éviter que ça gèle, ils les gardent contre eux et dorment avec dans les duvets, mais ça ne marche pas à tous les coups ! La panne de gaz loin du camp de base peut s’avérer mortelle. Il faut boire énormément en haute altitude. Au Nanga Parbat en 2012, le briquet de Sandy Allan et Rick Allen est tombé en rade dans la descente, ça a donné une belle histoire de survie (lire L’arête de l’éternité).
    Et puisqu’on parle de la vie au camp de base, cette petite vidéo vient de tomber.

  • Fabrice26 - 1 mars 2018 à 13 h 40 min

    Je viens de regarder la météo, il y a une p… de fenêtre de beau temps de dimanche à vendredi! La dernière opportunité? Bon je vais bosser, j’espère qu’il ne se passera rien durant mon absence…

  • Mez - 1 mars 2018 à 17 h 43 min

    la bouffe est un gros problème en altitude, le corps n a pas fin du tout, les alpiniste sont obligés de se forcer!!!sauf Le grand Loretan qui c était fait une spécialité de fondu Fribourgeoise avec ses compagnons et le mythique Jurek Kukuzcka qui pouvait manger n importe quoi a 8000,d ailleurs toute monde disait que plus il montait plus il se sentait bien, d ailleurs il avait toujours un peu de bedaine au début de ses expé et les grimpeurs ultra affutés le prenaient pour un loser!!! hahahaha
    Un autre exemple très connu est l immense Don Whillans ( sur des photos on dirait un petit gros!!)mythique grimpeur anglais des années 60/70 première de la face sud de l Annapurna en 1970 avec Dougal Haston que l on retrouvera dans la première de la face sud Ouest de l Everest en 75 avec Doug Scott ( ah cette école anglaise de ces années là, juste incroyable!!)

  • Guillaume - 1 mars 2018 à 18 h 54 min

    Question enchainement Eric Escoffier avait fait le G2 le 15 juillet 85, le G1 le 22 juillet 85 et le K2 le 6 aout 85 (sans autorisation pour le K2)…sans logistique méga coûteuse.

  • thomas - 1 mars 2018 à 19 h 16 min

    Il aurait pu caler le Broad Peak fin juillet… Escoffier c’était aussi, en 1989, ce projet Paris-sommet de l’Everest-Paris en 15 jours avec acclimatation en France en caisson hyperbare : Everest Turbo ! Mais ça avait merdé à cause du mauvais temps…
    Vous croyez que d’ici le 21 mars on va avoir le temps de passer en revue toute l’histoire de l’alpinisme ?

  • Jean-Paul - 1 mars 2018 à 22 h 54 min

    En tout cas continuez! Vous êtes passionnants!
    Et je le dis sincèrement et sans ironie.
    Si je devais passer un mois à attendre le beau temps au CB…. ce serait avec des gars comme vous…

  • Gérard - 2 mars 2018 à 6 h 57 min

    Bon c’est pas tout… Pendant qu’on tient des théories au chaud, il se passe quoi là bas? Denis s’est fait frotter les oreilles par le Chef? Il est rentré à la maison? Et les autres? Ils attendent une fenêtre météo?
    Question: le matos a été acheminé comment jusqu’au camp de base? Hélico, porteurs, yack?

  • thomas - 2 mars 2018 à 9 h 26 min

    Merci Jean-Paul ! On n’est pas au CB mais c’est tout comme finalement !

    Sinon, on attend toujours la fenêtre météo. Par souci de concision, je vous ai épargné l’affaire du Wifi mais on peut en parler ici : quand Denis est rentré au CB après son escapade, Wielicki a décidé de changer le mot de passe du wifi pour éviter qu’il poste des calomnies sur son blog. Belle ambiance… Denis est actuellement sur le chemin du retour accompagné par quelques porteurs (sûrement de ceux qui ont acheminé le matos au CB à l’aller).

  • Jean-Paul - 2 mars 2018 à 12 h 24 min

    Dans la série des himalayistes d’exception, que pensez vous de Marc Batard? J’ai vu que 20 ans après son retrait, il se prépare à nouveau et veut fêter son 70eme anniversaire à l’Everest…
    Mais peut être pas en 22heures cette fois ci….

  • Pedro26 - 2 mars 2018 à 13 h 16 min

    La fenêtre météo qui se profile semble carrément exceptionnelle (une rareté à cette époque sur le K2, si l’on en croit les prévisions !), et ça serait vraiment une misère que le chef d’expé Wielicki n’ai pas réussi à acclimater ses hommes pour en profiter pleinement !
    Sinon, on se demande à quoi il sert, lui…

    Mais espérons, et croisons les doigts…

  • Pedro26 - 2 mars 2018 à 13 h 35 min

    @Jean-Paul: « il se prépare à nouveau et veut fêter son 70eme anniversaire à l’Everest… »

    En 2022, oui…
    Recherche de sponsors, de médiatisation (plus de 4 ans avant son projet !), et promo de son bouquin au titre bien modeste : « Marc Batard fils de l’Everest »…

    Vous en connaissez beaucoup, vous, des himalayistes qui vous parlent de leur future ascension 4 ou 5 ans avant ?
    Qui ?
    Et pourquoi encore l’Everest ?

    Lire : http://www.lepoint.fr/societe/le-retour-de-marc-batard-sprinteur-de-l-everest-21-08-2017-2151241_23.php

  • Anne - 2 mars 2018 à 14 h 52 min

    Bon maintenant se pose le problème des avalanches ….
    Questions, en attendant que cela bouge, si DU avait atteint le sommet, est ce que l’on aurait dit que l’expédition polonaise a réussi à atteindre le K2 ? Est ce que, après le sommet de DU, une équipe polonaise serait partie atteindre le sommet, avec ou sans DU, mais en équipe ?

  • thomas - 2 mars 2018 à 18 h 44 min

    Ce risque d’avalanche répond d’ailleurs à la question que posait Olivier hier.

    Vu le contexte et puisque c’est une expédition financée par le gouvernement polonais, ça aurait sûrement jasé en haut lieu… Les autres auraient-ils tenté le sommet en suivant ? Aucune idée… Mais il y a un truc qui est sûr c’est qu’il n’y a qu’avec l’alpinisme qu’on se pose ce genre de question et ça, on adore !

  • Jean-Paul - 2 mars 2018 à 18 h 40 min

    @Pedro26
    Merci pour l’article que je n’avais pas lu. Je l’avais vu sur Desnivel.
    Compte tenu du programme Mont Blanc, Aconcagua, Cho oyu et Makalu avant l’Everest, 4 ans ne paraît pas si long… non?
    Évidemment le titre du livre n’est pas très modeste… mais bon… tu parais très agacé par le bonhomme…
    Moi je le trouve assez extraordinaire et plutôt plus discret que la plupart des grimpeurs stars des années 80/90.
    Et quand à la recherche de sponsors, je reçois 5 à 6 demandes de financement par semaine, et je pense que tout le monde court après. C’est normal non?

  • Mez - 2 mars 2018 à 19 h 01 min

    @Jean Paul
    T inquietes, Pedro 26 est toujours comme cela en mode  » maitre du monde » mais il faut pas s’en faire tu apprendras à le lire de biais et j en suis sur qu’ au fond de lui même il est très gentil!!
    Pour revenir a Marc Batard il est connu comme un gros caractère qui a été mis au ban de la communauté alpine française par son franc parler malgré ses ascensions extraordinaires.Il a d ailleurs ouvert une voie au dru en hommage aux SDF si je ne me trompe!!et surtout il est le premier à avoir fait son coming out ce qui dans la monde testosteronné de l alpinisme n était pas évident.C est un homme qui en haute altitude avait des aptitudes hors du commun.
    @+Mez

  • larsen DeTDL - 2 mars 2018 à 19 h 43 min

    @ Gerard, Pour suivre l’expé des Pollaks, je suis abonné au cpte intagram de smellofthemountain, il relaye à peu près tout ce qui s’écrit sur le sujet avec une version GB

  • Pedro26 - 2 mars 2018 à 20 h 00 min

    @Jean-Paul: « T’inquietes, Pedro26 est toujours comme cela en mode « maitre du monde  » mais il faut pas s’en faire tu apprendras à le lire de biais et j en suis sur qu’ au fond de lui même il est très gentil!! »
    Merci Mez ! Trop gentil !
    Ah ! Maitre du monde ! On ne me l’avait pas encore faite, celle- là !
    C’est évidemment totalement faux, puisque je ne suis pas le maître du monde, pas du tout, mais le maître de l’Univers… (rien à voir !).

    Marc Batard a marqué l’histoire de l’Everest, ne serait-ce que par son record d’ascension en 1988, il y a donc longtemps, et aussi à remettre dans le contexte de l’époque (y’avait pas encore K Jornet, ni Ueli Steck, à l’époque !).

    Après, on ne peut pas surfer toute sa vie sur un seul exploit réalisé il y a 30 ans…
    La vie continue, l’histoire des ascension en Himalaya avance, inexorablement…

    Les « petits jeunes » grimpent maintenant des sommets de 7000 ou 7500m bien plus difficiles que l’Everest, et font avancer l’Himalayisme…
    Marc Batard, c’est du passé, depuis bien longtemps…

  • Christophe - 2 mars 2018 à 20 h 41 min

    Le personnage était un alpiniste d’exception pour avoir tenté, le 19 novembre 1967, une ascension du Ventoux alors que les vents soufflaient ce jour-là au sommet à 320 km/h (vents les + violents jamais enregistrés en France).

    Source :
    http://www.linternaute.com/savoir/magazine/1108983-neige-vague-de-froid-soleil-pluie-les-records-de-la-meteo/1108997-vents-violents-en-france

    Cette montagne de sinistre réputation a littéralement arraché à la paroi de dizaines de téméraires jusqu’à les projeter dans la Méditérrannée (relativement) voisine…
    Bonne soirée.

  • Mez - 2 mars 2018 à 21 h 48 min

    @Pedro26
    Je prefere mille fois le Marc Batard de 88 sans Sherpa à son service en 22h si je ne me trompe pour l Everest ,la même année le Makalu par le pilier sud ouest en 18h,le cho you en 19h et pour finir le Dhaula en hivernale tout cela en 1988 donc 4 8000( vous l aviez oublié dans le guiness record)bien entendu sans OX donc pour moi ce n est pas un exploit mais des exploits!!!.C quand même autre chose que Jornet( même si je sais que c est un mutant avec ses 2 Everest en 1 semaine)mais avec un Everest balisé comme jamais et aucune aventure que de la performance.Pour Parler de Steck 2 de ses immenses exploits Face sud du Shisha et face sud de l Annapurna sont clairement remis en cause( le Cesen des années 2000??) ce qui comme exemple de qualité et de performance est difficile à validé.Si nous disons que les performances de Batard sont du passé alors ajoutons le Gasherbrum 4 de Kurtyka/Shauer 1985 ou la face Nord de l Everest par Loretan/Troillet( je prends ces 2 exemples mais il y en d autres) en 1986 qui pour beaucoup de jeune Himalayiste est le summum de l engagement et de la classe.

  • Jean-Paul - 2 mars 2018 à 22 h 54 min

    Bien sûr que Batard c’est du passé… à 67 ans, ça ne peut pas être l’avenir…
    Mais comme vous en étiez à vous remémorer les grands anciens qui nous ont fait rêver, j’ai pensé à lui. J’ai toujours trouvé qu’il avait 4 poumons et ses enchaînements m’ont époustouflé à l’époque.
    Et puis pour une fois que le gars est encore en vie!
    Après le caractère du gars, je ne connais pas personnellement. Mais tous les gars hors du commun que j’ai rencontré, sont un peu associaux sur les bords.
    Je pense même qu’un Urubko, il vaut mieux l’avoir comme sauveteur que comme compagnon de vacances à la mer!!!
    Cordialement à tous!

  • kalolimani - 2 mars 2018 à 23 h 11 min

    Bonsoir, savez vous si sur le k2 ce sont les polonais qui font la premiere trace et installent les cordes fixes ou ont-ils des sherpas pour le faire comme sur l’Everest ? Merci

  • Pedro26 - 2 mars 2018 à 23 h 39 min

     » ou ont-ils des sherpas pour le faire comme sur l’Everest ? Merci »

    Bonne question !

    Ils ont l’aide des HAP pour les portages (High Altitude Porter) et pas des Sherpas (on est Pakistan, et pas au Népal)…

    Bon, après, c’est le K2 en hiver, hein…
    Donc il reste seulement ceux qui sont prêt à mourir juste pour un sommet…

  • Pedro26 - 2 mars 2018 à 23 h 46 min

    @jean-paul: « Et puis pour une fois que le gars est encore en vie! »

    Alors ça, c’est bien vrai !

    Merci de le souligner…

    Car parmi les français, peu d’entre eux qui se sont attaqués aux 8000m en sont ressortis vivants !

    Très peu, en fait…

  • Jean-Paul - 3 mars 2018 à 11 h 11 min

    Est-ce qu’on connaît les chiffres de cette expédition? Nombre de grimpeurs, nombre de permis, nombre de HAP, liste de colisage, budget global, etc…?
    Je suis surpris par leur rapidité lorsqu’ils sont passés de la voie des basques à celle des Abruzzes et de leur lourdeur ou manque de réactivité sur les fenêtres météo…
    Enfin moi, je ne suis personne pour critiquer. Juste un contraste apparent…

  • Mez - 3 mars 2018 à 20 h 45 min

    @ Jean Paul
    Etant une expédition Nationale Polonaise( pour le prestige en gros vu que dix 8000 je crois ont été réussi par les Polonais)l’ a dépense importe peu mais je pense à plusieurs centaines de milliers d euros.Les permis ne sont pas chères depuis l’attentat au camp de base du Nanga par les Talibans en 2013,qui a plombé fortement le tourisme.Je pense que le plus chere est le transport des charges, la logistique, les émoluments des grimpeurs…
    Je crois que les 2 camps de base sont très peu éloignés car la voie des basques rejoint la voie des Abruzzes au camp 4 vers 7400m.
    Pour la réactivité le problème qu ils ont c est qu à part Bialecki personne n est vraiment acclimatés pour un one shot direct( l’idée était Urubko/Bialecki)maintenant c est Golab/Bialecki donc tant que Golab n est pas au top…et puis la météo changeante 2 jours de beau et hop chute de neige
    Compliqué tout cela!!!
    J’ espère avoir répondu a tes interrogations même si je suis pas sur de tout ce que je te dis car Wielicky refuse de me donner des infos depuis une embrouille dans un bar de Skardu en 83!!!!

  • Jean-Paul - 3 mars 2018 à 23 h 44 min

    Merci Mez!
    Je prends pour une blague ton embrouille de 1983, mais si c’en est pas une, il faut nous faire un topo détaillé !
    Bon, à part ça, je comprends bien que le gros du budget est la logistique. C’est pour ça que je demandais le nombre de permis et le nombre de HAP car la logistique est proportionnelle au nombre de personne présentes sur les différents camps.
    Pour les expéditions népalaises, je comptais 50K$ par grimpeur et 20K$ par HAP.
    Soit 10 grimpeurs, 20 HAP, ça donne environ 1M$ ou 850K€.
    Pour une base 70 jours sur place.
    Mais je suis peut-être à côté de la plaque. Ces chiffres ont 5 ou 6 ans…
    Pour Bielecki et Golab, ils sont toujours au C2?
    Le temps doit paraître long là-haut!

  • thomas - 4 mars 2018 à 9 h 12 min

    Non, avec le mauvais temps, tout le monde est au camp de base depuis plusieurs jours. Adam n’est pas remonté depuis sa dernière sortie à 7 400 mètres le 20 février. Ces 15 jours d’inaction sont d’ailleurs un problème. Il va falloir qu’il retrouve la forme !

    Sinon la fenêtre météo de la semaine prochaine s’annonce vraiment exceptionnelle. Plusieurs jours avec très peu de vent au sommet… c’est rageant !

  • Fabrice26 - 4 mars 2018 à 9 h 44 min

    La super fenêtre météo qui s’annonce (même si ce ne sont que des prévisions) est-elle suffisante pour envisager le sommet sachant que l’acclimatation n’est pas top et que pas mal de neige a du s’accumuler là-haut?

  • Jean-Paul - 4 mars 2018 à 11 h 39 min

    @Fabrice
    Je crois que c’est précisément pour ça que Thomas dit « c’est rageant »…
    Non, normalement, il leur faut d’abord s’acclimater vers 7400m puis redescendre avant de remonter pour le sommet. Ce qui voudrait dire 2 fenêtres de beau temps avec un faible intervalle….

  • Olivier - 4 mars 2018 à 12 h 37 min

    Thomas,
    Comment imaginez-vous la semaine à venir?
    Acclimatation et sommet sont-ils possibles durant la même semaine?

  • thomas - 4 mars 2018 à 12 h 49 min

    Pour tenter un truc dans les règles de l’art et surtout de sécurité, il faut deux fenêtres météo. Je pense que Wielicki sera inflexible là-dessus, c’est aussi son rôle de ramener tout le monde à la maison. Il veut deux cordées acclimatées : une de pointe et une de soutien. Une semaine c’est sûrement trop court, on l’a vu avec la dernière fenêtre météo : les gars ont quitté le camp de base le 17 février et sont revenus le 21. Ils auront aussi besoin de repos avant de remonter. Là, les camps et les cordes fixes sont en place mais dans quel état ? Il est visiblement tombé beaucoup de neige qu’il va falloir déblayer et ça va prendre du temps. Après, la fenêtre a l’air parti pour durer mais au K2, c’est toujours difficile de prévoir. Bref, c’est peut-être possible mais il faudrait que les planètes soient sacrément bien alignées.

  • Mez - 4 mars 2018 à 13 h 00 min

    @ tout le monde
    C est décidé je pars de suite pour régler tout cela!!Lme rabiboche avec Wielicky et on monte direct sans camp intermédiaire pour faire la première franco polonaise du K2 en hiver.Je vous promets je ramène un film d 1 h de notre ascension et vous le montre en exclu dans une grande salle parisienne!
    Le petit problème c est que je suis grippé ( 42°) mais cela va se faire!!!
    Apres 1 semaine de repos j m attaque a la force nord du Ventoux, mais par contre là c est du 50/50 trop d engagement physique et mental
    Je vous envoie un selfie des sommets
    @+
    Mez

  • Dellavega - 4 mars 2018 à 14 h 58 min

    Bravo pour ce blog si bien tenu qui me permet d’approfondir mes connaissances et entretenir ma passion de l’alpinisme…les zozos du k2 me font rêver!j’ai toujours cru en Adam,peut être plys qu’en denis urubko!impatient d’avoir des nouvelles et de voir ce curseur reprendre son avancée!encore bravo pour ton boulot!

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 15 h 09 min

    Fenêtre météo incroyable, et longue ! (prévisions, ça peut changer !).
    Presque du jamais-vu, depuis longtemps en hiver…

    Mais pourquoi n’y a-t-il personne d’acclimaté, sur toute cette grosse équipe Polonaise ?
    Quelle erreur !

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 17 h 37 min

    Qui imaginerait une telle situation et avec un tel créneau météo quasi inédit sur le K2 en hiver pour une expé en style alpin ?

  • Fabrice26 - 4 mars 2018 à 18 h 24 min

    Est ce vraiment du style alpin? Je m’interroge en tant que néophyte car je vois une grosse machine polonaise. On est loin de l’ascension ER +Tomek au Nanga Parbat non?

  • Mez - 4 mars 2018 à 18 h 44 min

    @Fabrice26
    C clairement une expérience lourde a l ancienne. Le K2 en hiver en style alpin c un immense défi pour l avenir comme la Face nord du Jannu ( réussi par une très fortes équipe Russe en 2008 je crois,2 mois sur la montagne!!!),quand tu vois la video et la difficulté de la face tu te demandes qui pourrais réussir cela en style alpin!!!Voila des challenges de l an 3000!!!

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 20 h 17 min

    @Fabrice26: « Est ce vraiment du style alpin?  »
    Pardon, c’est moi qui me suis très mal exprimé.
    Non, l’expé Polonaise n’est pas du tout du style alpin !

    Mais mon propos était plutôt: Imaginez un duo rapide en style alpin léger, sans la lourdeur de l’expédition traditionnelle Polonaise, d’une organisation d’un autre siècle…

    Comment ils auraient pu profiter de cette fenêtre météo plutôt extra-ordinaire sur le K2…
    Rappelons que celà va faire bientôt 2 mois qu’ils sont au pied de la montagne, et « ils ne sont toujours pas acclimatés »… !

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 20 h 22 min

    Et au Nanga Parbat, le sommet d’à côté, vous croyez qu’ils ont déjà eu 6 jours de fenêtre météo favorable, vous ? (en style alpin ou traditionnel).

    Quand ? Ces 30 dernières années ?

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 20 h 25 min

    (en hiver, je veux dire…) !

  • kalolimani - 4 mars 2018 à 20 h 37 min

    Bon j’ai besoin de votre aide:
    – combien de temps une acclimatation est-elle valide ? Bientôt 15j que Bielecki est monte au C3. N’y a t-il a peremption ?
    – dans ce cas, pourquoi Wielecki n’a pas fait une expedition de deux etapes avec des cordees dont l’objectif etait toute l’installation de CB a C3 et acclimater pendant ce temps les cordees de tete Urubko/ bielecki / Golab et autres au Chili ou Perou dans de meilleure conditions ? et ils se pointent pour l’acte II lorsque le c3 (voire c4) est en place, a attendre le bon creneau. Ces gars ont fait l’ascencion du k2 en ete, ils connaissent le chemin et n’ont sans doute pas besoin de reconnaître le parcours.
    – enfin, on ne parle pas des cordees de soutien , ils sont bcp a s’etre acclimates au dessus de 7000 ? car si Golab et Bielecki ont des super conditions et qu’ils tentent le sommet now, pas sur la cordee de soutien soutienne quoi que ce soit
    Reviens Denis, tu es encore acclimate et repose !!!
    je n’ai jamais tenu un piolet, alors je teste mes compétences en chef d’expe !!!

  • Pedro26 - 4 mars 2018 à 20 h 47 min

    @kalolimani :  » pourquoi Wielecki n’a pas fait … »

    Parce qu’il est vieux,

    Parce qu’il n’a pas compris qu’on ne grimpe plus de cette façon, en hiver, et depuis longtemps,

    Parce qu’il n’a rien appris des 30 tentatives infructueuses précédentes au Nanga Parbat, le sommet d’à coté,

    Parce qu’il ne connait pas le routage météo du 21ème siècle,

    Parce qu’il a la pression de son gouvernement et de son pays, de l’opinion publique polonaise (nationaliste),

    Parce qu’il est con,

    Parce que même Denis Urubko n’a pas réussi à le convaincre,

    Parce que s’il a fallu 30 tentatives hivernales au Nanga Parbat pour en venir à bout, alors faut pas croire que le K2 se laissera grimper si facilement en 2 coups de cuillères à pot, surtout dans le cadre d’une expédition lourde et bien bourrin,

    Parce que etc…

  • Jérémy - 5 mars 2018 à 0 h 43 min

    je sais pas vous mais moi j aime assez l idée que le K2 ne soit jamais vaincu en Hiver…c est le K2 merde ! la montagne des montagnes ..

  • Fabrice26 - 5 mars 2018 à 7 h 22 min

    8 jours de beau temps! C’est maintenant ou jamais! Hier soir j’ai regardé « the summit » ça fait quand même froid dans le dos…

  • Anne - 5 mars 2018 à 10 h 50 min

    Clap de fin, pas de sommet et tout le monde est vivant. Merci pour ce blog, c’est vraiment très intéressant tous ces échanges. Et maintenant alors ? Quelle expédition d’envergure on va pouvoir suivre….. ?

  • HAMATAÏ - 5 mars 2018 à 11 h 50 min

    L’avantage avec cet épilogue c’est qu’on n’aura plus les commentaires pleins de morgue de Pedro26.
    Bonnes vacances Monsieur  » moi je sais tout mieux que les autres »

  • kalolimani - 5 mars 2018 à 12 h 12 min

    finalement c’est comme dans une entreprise, le seul vainqueur est le boss Wielecki:
    – il rameme tout le monde sauf a la maison, s’il en avait ete autrement, ca aurait le lynchage
    – il peut mettre l’echec (si echec il y a) sur le compte de la meteo
    – il dira qu’il avait raison sur le fait que Denis Urubko ne pouvait y arriver fin fevrier
    – il pourra tjs mener une autre expedition, son experience reste precieuse et difficile de savoir s’il a commis des erreurs sur celle-ci
    – il est reste tranquille au CB alors que tous les autres ont porte, escalade, …pour rien

    non , finalement, le seul vainqueur, comme l’a dit Jeremy, c’est le k2 .. et sa fidele reputation.

    Pdt ce temps, plusieurs morts ce week dans les Alpes, que vont-ils faire en hors piste dans ces conditions ?

  • Simon - 5 mars 2018 à 12 h 16 min

    Bon, épilogue décevant, mais attendu.
    Wilecki sera peut-être critiqué pour avoir trop insisté sur la voie des Basques.
    En tout cas, l’expédition aura été palpitante, avec des moments passionnants. On se remémorera tous de l’échappée d’Urubko, et bien évidemment, du sauvetage de Revol au Nanga Parbat. Rien que pour ça; on peut dire que l’expédition est un succès.
    En tout cas, merci pour tout Thomas!

  • franck 38 - 5 mars 2018 à 12 h 38 min

    Dommage mais quelle aventure.

    J’espère qu’ils remettrons ça l’an prochain et dès le debut de l’hiver cette fois : Heu 1er décembre ou 21 décembre…

    Merci Thomas

  • larsen DeTDL - 5 mars 2018 à 13 h 10 min

    Le compte instagram de Adam Bielecki
    Voirs son message et ses explications

    https://www.instagram.com/adamtheclimber/

    @+

  • Fabrice26 - 5 mars 2018 à 13 h 45 min

    Merci Thomas,

    Ton blog nous a tenu en haleine depuis 2 mois. Perso. j’y allais plus fois par jour pour suivre pas à pas les aventures des pollacks. Je ne sais pas si l’épilogue est heureux ou pas. En tous cas pas de victime, un sommet toujours inviolé en hiver. Le challenge est toujours là et quelque part cela aurait été triste de clore définitivement ce chapître de l’alpinisme himalayen.
    Merci à tous les internautes, grâce à eux j’ai appris plein de choses sur ce monde que je découvre petit à petit.
    Merci aux polonais pour leur courage dans ces conditions extrèmes.
    Merci au K2.

    C’est un peu triste de se quitter. Ce serait rigolo de se retrouver le temps d’un WE montagnard quelque part…

  • thomas - 5 mars 2018 à 14 h 00 min

    Oui, c’est un peu triste… on pourrait se retrouver à l’aéroport de Varsovie pour acclamer nos héros !

    Encore merci à tous pour vos petits mots et tous ces échanges passionnants. Mez, Guillaume, Jean-Paul, Anne, Fabrice26, Kalolimani, Christophe… et bien sûr le plus passionné de tous, le Denis Urubko du commentaire, j’ai nommé : Pedro26 !

  • nono - 5 mars 2018 à 14 h 11 min

    Ils n’ont même pas passé l’épaule, quant au Bottleneck… sans parler de la redescende qui souvent s’avère fatale sur le K2…
    Bref, la montagne des montagnes reste reine, c’est elle la plus forte, la plus difficile et pour encore très très longtemps. Pour espérer fouler le sommet, il ne faudra pas seulement une forte équipe mais aussi une chance de cocu coté météo.

    Dans 10 ans? A moins qu’Elisabeth Revol envisage un blitz en costaude?

    Merci pour ce live et salut à Tomek!

    b

  • kalolimani - 5 mars 2018 à 14 h 17 min

    #balancetonalpinistequiaviolelek2enhiver » ne sera pas pour cette annee. L’omerta a encore de beaux jours dans le milieu macho de l’himalayisme !!!!

  • Al - 5 mars 2018 à 14 h 47 min

    Merci pour le live ! vivement les prochaines expé au K2. Je pense effectivement comme Pedro (pour une fois) qu’il faudra faire preuve d’un poil plus de légéreté niveau orga peut être ! encore merci à tous

    Un lecteur de l’ombre 😉

  • S! - 5 mars 2018 à 15 h 30 min

    Je voulais te remercier pour le suivi de cette (malgré tout) belle aventure.
    Je suis venu plusieurs fois par jour depuis le début de ce gros live. C’était super.
    Sunnmit Day est dans les favoris que je vais suivre régulièrement.
    Encore merci.
    Bonne continuation.
    S!

  • Gaëlle - 5 mars 2018 à 15 h 33 min

    Salut dommage que ça s’arrête….c’était bon de lire tous ces articles et tous les commentaires et discussions généralement je lisais le matin en buvant mon café… ça va me manquer mais j’espère qu’il y en aura d’autres !
    En tout cas merci !

  • Palies - 5 mars 2018 à 15 h 41 min

    Ça va aussi me manquer de ne plus venir plusieurs fois par jour prendre des nouvelles de cette expédition.
    Merci à tous pour toutes les infos, et encore un grand merci à Thomas. Et vivement la prochaine!

  • Tejay - 5 mars 2018 à 15 h 59 min

    Dommage pour l’expédition, fin en eau de boudin. Par contre le challenge n’en n’est que plus relevé! Merci Thomas pour ce superbe live qui nous a tenu en haleine cet hiver (au moins tu as économisé sur le chauffage^^). Et merci à tous ceux qui l’on fait vivre au travers de leurs posts.
    Bon c’est pas tout mais on va suivre quoi maintenant?

  • Mez - 5 mars 2018 à 16 h 21 min

    @Thomas et tous les autres merci!c était vraiment sympa!

    cher Thomas trouve nous une belle expé pour le printemps, bien entendu tu ne t approches pas de l Everest!!!!

  • Fabyogi - 5 mars 2018 à 16 h 50 min

    On y a cru quand meme … Un grand Merci Thomas pour le Live!
    Vivement les prochaines expeditions !

  • V. - 5 mars 2018 à 17 h 10 min

    Merci Thomas pour le live, et pour la qualité de ton site !

    Pour rebondir sur une question posée plus haut sur la logistique de l’expédition, Bielecki indique sur instagram qu’il y avait 195 porteurs pour acheminer le matériel jusqu’au camp de base…

  • Kaeth - 5 mars 2018 à 20 h 36 min

    Très sympa d’avoir pu suivre cette expe.merci encore.

  • Guillaume - 5 mars 2018 à 21 h 18 min

    Merci Thomas pour les infos et l’humour, et l’émotion. Le K2 c’est le K2 un cas à part, une montagne de rêve avec ses millésimes…personne au sommet en 87,88,89…Beghin et Profit furent les deux seuls de 91,personne en 98 et 99, personne en 2002,2003 (contexte politique?),personne en 2005,2009,2010…et walou en 2016 alors que 112 permis était donnés…et que des expéditions menées par des Sherpas suraguerris et oxygénés ne dépassèrent pas le camp 4. Alors si c’est si dur et infaisable certains étés, en hiver bon sang que ce doit être infect…allez les gars, pour donner de la matière à Thomas et préparer vos futures hivernales, voilà de quoi rêver, tout reste à faire en hiver dans cette (toute petite) partie du Karakoram:

    http://www.himalaya-info.org/Map%20karakorum_baltoro.htm

    Et merci les grimpeurs polonais!

  • Christophe - 5 mars 2018 à 21 h 47 min

    Merci pour ce très gros live qui nous a tenu en haleine jusqu’au bout.
    DU aurait déclaré sur le chemin du retour : « c’est en lisant Summit Day que j’ai puisé au fond de moi l’énergie et la motivation pour tenter le sommet en solo. »
    En revanche, Adam a précisé que c’est parcequ’il jetait un oeil au très gros live sur son smartphone qu’il n’avait pas vu venir la très grosse pierre qui a remodelé son nez…
    A bientöt donc pour de nouvelles aventures sur le K2 ou ailleurs:)

  • Jean-Paul - 5 mars 2018 à 22 h 11 min

    Thomas, ton dernier post parle pour toi. Tu es un grand Monsieur. Un montagnard. Merci pour Tomek.
    Nous ne l’oublierons pas.
    Si un jour je peux te rendre service ou te rencontrer, ce sera un plaisir et un honneur.
    Tu as mon mail dans le registre je crois.
    À ta disposition.
    Et merci pour ces moments et ces émotions.

  • Tomasz - 5 mars 2018 à 22 h 30 min

    Thomas,

    Je souhaite te remercier chaleureusement pour la tenue de ce blog que j’ai découvert en plein sauvetage d’Elisabeth et Tomek.

    Je ne connaissais pas grand chose à l’alpinisme et bien que polonais, je n’avais jamais réalisé à quel point l’himalayisme était si présent en Pologne. Wielicki, Kukuczka… Bielecki aujourd’hui.

    J’ai parcouru tous les articles avec passion. Les récits sont accessibles aux néophytes, bourrés d’humour et terriblement adictifs!!!

    Tout cela se termine bien même si le sommet du K2 reste imprenable en hiver.

    J’ai déjà hâte de suivre le prochain live!!!!!

    Encore merci.

    Thomas.

  • val - 5 mars 2018 à 23 h 14 min

    thomas

    on oublie pas tomek ! jamais !!!

    donne des news d’Eli, stp
    son courage m’a impressionnée, sacré petit bout de femme

    mille merci à toi
    val

  • kalolimani - 5 mars 2018 à 23 h 18 min

    Merci Thomas et aux autres intervenants pour ce moment partagé, avec un humour toujours bienveillant.

    Ce blog fut pour moi une super source d’erudition alpine, a l’image de ce dernier post sur les millesimes du k2: 91′ seuls Beghin et Proffit au sommet,ca y est ca me revient, l’annee suivante Annapurna pour Beghin avec Lafaille (qu’Urubko aurait sauve qques annees plus tard…), et me voila captivé par l’Himalaya. Docteur, est ce grave pour ma vie de couple ?

    Nous sommes dans une auutre dimension qu’un chat sur l’Equipe

    Le nom de Francois Damolino est evoque plus haut. Quand et comment pourrait-on voir ses fims ‘on va marcherr sur l’Everest et K2 une journee particuliere’ ?

    Merci encore Thomas de nous avoir fait vivre cette belle aventure, hier soir tu aurais du recevoir l’Oscar du meilleur ‘tres gros live’.

  • thomas - 6 mars 2018 à 9 h 19 min

    Vous pouvez voir « On va marcher sur l’Everest » ici (en échange de 5,38€) : https://vimeo.com/ondemand/everest
    « K2 une journée particulière » est actuellement en tournée dans certaines salle de cinéma et, j’imagine, bientôt en DVD.

  • Florence - 5 mars 2018 à 23 h 53 min

    Bon ben c’est pas tout ça ! Mais on ne peut pas se quitter comme ça !
    D’abord un enorme merci à Thomas pour le live.
    Chaque jours, plusieurs fois par jour je suivais, et le soir je faisais la lecture à haute voie à mon compagnon du live et de vos posts.
    Et aussi des articles.C’etait trop formidable ! Allez, oui, accro ? Moi ? Oui !
    Biensur Tomek est inoubliable. Tellement là avec nous.
    Merci à tous ! A tous vos posts que j’ai aimé suivre.
    Vous m’avez passionnée !

    A cette équipe polonaise que j’admire ! A Denis et son echappée solitaire.
    Au K2 toujours mythique..

    Peut etre pouvons nous suivre vos aventures suivantes ?

    Encore MERCI et vraiment trop heureuse que vous soyez tous en vie !!!!! C est la meilleure happy end pour moi….

  • Jessica - 6 mars 2018 à 7 h 49 min

    Merci à thomas et aux participants pour ce live, c’etait à moi aussi un rendez vous quotidien et j’espere Qu’il y en aura d’autres comme ça!

  • Al - 6 mars 2018 à 10 h 06 min

    « K2 une journée particulière » passe ce week-end dans le cadre du festival curieux voyageurs à Saint-Etienne pour ceux qui serait intéresser et dans le coin 😉

  • Géraldine - 6 mars 2018 à 14 h 17 min

    Un grand merci pour ce live qui m’a tenue en haleine et que j’ai découvert par les événements récents au Nanga Parbat. Ce site est un pur bonheur pour moi, des infos, des anecdotes, du serieux ( mais pas trop ! ), de l’humour. Je ne suis absolument pas alpiniste, mon seul fait d’arme c’est l’ascension du Canigou en condition estivale… mais la montagne me fascine depuis bien longtemps.
    Pensées pour Tomek.
    Salutations à tous qui participez à ce site. Geraldine

  • thomas - 6 mars 2018 à 15 h 23 min

    Si y a encore du monde qui passe par là, je vous propose mon très gros résumé, en très gros format sur le très gros Alpine Mag : K2 – Pologne 0

  • Florence - 6 mars 2018 à 16 h 43 min

    Oui ! Je passe toujours par là. Decidément !
    Merci beaucoup Thomas !
    Je vais lire ton article !

  • Fabrice26 - 6 mars 2018 à 17 h 52 min

    N’empêche ce sera intéressant d’avoir des échos du débriefing des uns et des autres. Si tout est à mettre sur le dos de la météo où si la stratégie est à revoi. Bref encore pas mal de lecture en perspectives… Thomas, bravo encore et bon repos au CB!

  • Jean-Marc Armani - 6 mars 2018 à 18 h 48 min

    Thomas, j’ai découvert ton blog après le sauvetage d’Élisabeth Revol.
    D’abord intrigué par les infos d’un exploit exceptionnel j’ai trouvé sur le web le reportage d’Envoyé Spécial et là quelle claque !
    Ce moment où la journaliste dit qu’il faudrait un miracle pour sauver les naufragés du Nanga Parbat et que l’on voit apparaître une gueule cassée sortant d’une tente avec ce commentaire : « ce miracle s’appelle Denis Urubko ».
    Quand on découvre un peu plus loin le magnifique sourire d’Adam Bielecki, leur bonheur de gamins à tous les deux d’avoir sauvé cette femme… Le cœur bat, à côté de toutes les misères du monde, des guerres, des réfugiés, de la pauvreté, on trouve ça aussi, cette grandeur qui donne foi en l’homme.

    Il y a un moment dans le docu qui m’a absolument fasciné et fait basculé, ce sont ces quelques secondes filmées par Adam au départ de leur ascension. Rien qu’en les regardant on ressent le froid et la folie de l’entreprise. Le blizzard souffle, la neige est balayée, il fait déjà sombre, la nuit va bientôt tomber et que voit-on quand il pointe sa caméra vers le sommet ? : Un petit point sombre en mouvement déjà bien haut, Denis traçant sa route… Hallucinant ! ça existe de tels hommes ?

    Ensuite vient ce moment dans le noir absolu où l’on entend Denis crier « Adam je l’ai trouvée », j’en frissonne encore.

    Depuis je suis atteint, j’ai attrapé le virus de l’alpinisme ou plutôt de l’himalayisme. Non pas que j’irai courir demain les 8000, je n’irai même pas me taper le Mont Blanc. Mais comme toi Thomas, je suis fasciné, j’ai eu envie de découvrir qui étaient ces surhommes, je suis allé regarder tout ce qui était possible de voir d’intéressant sur Youtube comme ce petit film d’une dizaine de minutes « Cold », incroyable !

    Jusqu’à présent je pensais que les exploits sportifs les plus extraordinaires étaient ces tours du monde en solitaire où des marins d’exception traversent les mers glacées et déchaînées, loin de tout, en dormant par petites tranches, trempés et gelés, affrontant des montagnes d’eau, même par nuit noire. Ahurissant… Ils ne sont plus les seuls, il y a aussi ces femmes et ces hommes tout là-haut par -40, -50, sans oxygène, déshydratés, épuisés, risquant à tout moment de se prendre un rocher ou une avalanche sur la gueule, les pieds et les mains engourdies voire gelés, dont ils savent qu’en perdre des morceaux après coup est le lot habituel… La volonté n’a pas de limite !

    Je voudrais rajouter une chose, je suis photographe professionnel et il m’arrive parfois d’affronter des conditions difficiles. Je reviens de Lituanie où je me suis pris la même vague de froid sibérienne qu’en France, mais avec un petit -20° quotidien. Dans notre métier nous sommes obligés d’utiliser du matériel avec plein de petits boutons à manipuler, autant dire qu’avec des grosses moufles ça le fait pas. J’utilise des moufles mitaines qui me permettent de dégager les doigts pour travailler. Eh bien c’est infernal, par -20 les doigts s’engourdissent très très vite, on est obligé de les recouvrir souvent quitte à arrêter de bosser, puis on recommence. Quand je vois ces barjes qui filment à 8000 comme Élisabeth Revol main nue, tenant son appareil avant la dernière ligne droite sur le Nanga (il devait bien faire – 40), je trouve le geste inouï, je pense que ses doigts auraient pu geler là, irrémédiablement. Enfin j’imagine, je n’ai jamais affronté de telles températures.

    Pour finir je m’associe aussi à l’hommage à Tomek. Comment ne pas avoir la gorge nouée en l’écoutant à la fin du reportage d’Envoyé Spécial, il était envouté, terriblement touchant, quelle tristesse qu’une passion vous emporte.

    J’aurais aimé que Denis et Adam vainquent le K2 cet hiver comme en récompense à leur grandeur d’âme. Ce sont eux les vrais héros. Peu importe si les disputes, les caractères de cochon ont fait que Denis quitte la danse avant les autres, il restera un géant insurpassable au-delà de tous les exploits que j’ai pu lire dans ce blog ou ailleurs, rien ne vaut le sauvetage d’une vie. Et il en a sauvés plusieurs dans sa carrière le bougre.
    Moi les mecs qui ont inscrit leur nom dans la légende en gravissant les sommets les premiers ou en ouvrant des voies impossibles, je trouve ça beau, bravo ! Mais les gars, sauver des vies, en risquant la sienne en plus, y a pas plus grand ! Même si j’entends que l’année prochaine un mec a gravi le K2 en hiver et à cloche-pied, il n’arrivera pas à la cheville de ces mecs-là !

    Quant à tous les minables qui ont craché sur Élisabeth sur les réseaux sociaux en arguant qu’elle avait abandonné Tomek ou qui ont critiqué le fait qu’on aille les chercher parce que ça allait coûter du pognon (alors qu’ils n’avaient pas mis un centime dans l’histoire), qu’ils aillent se faire foutre !!! Que connaissent-ils à la vie ces putains d’aigris en pantoufles derrière leur écran à part la méchanceté, la cupidité, la jalousie, la bassesse ? Ce sont souvent les mêmes qui vous diront que c’est bien fait pour leur gueule si les migrants se noient en traversant la Méditerranée… Au diable cette frange de l’humanité.

    Désolé pour ce trop long commentaire, mais on est bien ici, on se sent bien entouré de gens sympas…
    Merci Thomas

  • Mez - 6 mars 2018 à 19 h 00 min

    @ Jean Marc
    Pu….quel beau commentaire jean marc!!!tu avais envi de l écrire ce texte!!
    Chapeau bas!!!
    Mez

  • Florence - 6 mars 2018 à 19 h 53 min

    Jean-Marc merci pour ce sue tu as écrit. J’y adhère à 2000 pour cents.
    Moi aussi dans mon métier je connais le froid. Je travaille sur le bâti ancien. Les mains parfois au contact de l’eau. Ou sur echaffaudage. Maintenant plus en atelier.
    Vraiment cette douleur glaciale qui traverse les os….comment peuvent-ils ces geants ? De quoi sont-ils faits ???
    Je n’ai pas vu cet Envoyé Special. Je vais chercher..
    Merci en tout cas pour tes mots.

  • Marie - 6 mars 2018 à 20 h 52 min

    Bonjour,
    Merci pour ce live! Une question très prosaïque car je n’imaginais pas une fin aussi abrupte. que vont devenir les camps d’altitude et le matériel ? on les abandonne? on attend la « belle » saison? Les Polonais sont en train d’aller les chercher avant de rentrer?
    Si quelqu’un a l’info… Merci

  • thomas - 7 mars 2018 à 9 h 14 min

    Je pense qu’ils vont récupérer ce qu’ils pourront récupérer mais les camps d’altitude vont probablement être abandonnés, effectivement. L’oxygène, le matériel et les cordes fixes en place serviront pour les expé à venir. Wielicki avait tout de même envoyé des porteurs d’altitude (les fameux HAP : High Altitude Porters) nettoyer la voie des Basques après le changement vers les Abruzzes.

  • Bruno - 6 mars 2018 à 23 h 25 min

    Alors le K2 reste imprenable en hiver encore au moins une année
    Le mythe demeure et L’aventure sera encore plus belle la prochaine fois.
    Merci Pour ce live passionnant

  • Fabrice26 - 7 mars 2018 à 9 h 22 min

    Je suis aussi perplexe devant « l’abandon » des camps et du matériel. Outre la pollution qu’on ne peut pas évacuer d’un simple revers de main, sont-ils vraiment réutilisables (tentes, O2, etc…)? Quelle est la durée de vie d’une corde fixe et comment les prochains alpinistes évaluent-ils l’état de la corde avant de s’y accrocher? J’imagine qu’au fil des années il y a un nombre impressionnant de cordes fixes entremèlées, au moins dans les parties les plus basses!

  • Anne - 7 mars 2018 à 12 h 10 min

    Quand je vois la météo, avec toutes ces belles journées……!

  • larsen DeTDL - 7 mars 2018 à 13 h 16 min

    @ Guillaume message du 5 mars
    Dommage que ta liste commence en 1987…..
    En 1986: Benoit chamoux le 7 juillet en 23h00 du BC

  • fabyogi - 7 mars 2018 à 16 h 20 min

    Pour en revenir aux dechets, l’Everest est quelques fois appellé « la plus haute poubelle du monde ». Des associations font des expeditions afin de recolter une partie de ces dechets et les redescendent a dos de yak. Il me semble qu’une des dernieres expeditions avaient récupérée quelques 5 tonnes de dechets au CB…

  • Guillaume - 7 mars 2018 à 18 h 03 min

    @larsen DeTDL…euh…le but du message était de référencer (de manière non exhaustive d’ailleurs) des étés sans ascension du K2 depuis une trentaine d’années, pas les ascensions du K2…du coup évidemment je n’ai pas parlé de celle de Chamoux bien que le Vertige de l’Infini baignât mes premiers émois enfantins de littérature montagnarde. D’ailleurs l’année 86 mérite une encyclopédie à elle seule, un truc de dingue. Si j’ai parlé de l’ascension de Beghin et Profit c’est parce que c’est pas inintéressant de se rappeler que cette année là, personne n’a réussi par l’arête des Abruzzes (mais y a t’il seulement eu des prétendants??? j’imagine que oui). Je ne sais pas trop pourquoi j’ai choisi de commencer à 87 car en 84 en 80 il n’y a pas eu d’ascension non plus (tout comme entre 54 et 77). Mais disons que ça demandait de la recherche de savoir si l’absence d’ascension venait de l’absence d’autorisation ou d’expédition, ou de l’absence de ciel calme et bleu. Enfin bref l’idée c’était ça, sur cette montagne si convoitée, il se passe parfois des années entières sans summiter.
    Et pensée émue et respectueuse pour Benoît Chamoux et tous les funambules des cimes qui ne redescendent pas.

  • Pedro26 - 7 mars 2018 à 21 h 15 min

    Anne a écrit: « Quand je vois la météo, avec toutes ces belles journées……! »
    Oui, moi aussi…
    Voilà longtemps qu’on avait pas vu une telle fenêtre météo, si longue et ininterrompue sur le K2 en hiver…
    D’habitude, le K2 qui fait dépasser sa belle pyramide au dessus de tout les autres sommets alentours, s’en prend plein la gueule tellement il est exposé aux vents (et donc au froid).
    L’incroyable fenêtre météo début mars 2018 sur le K2 restera donc dans les souvenirs des désirs Polonais inassouvis…

    L’échec de cette expé de Krzysztof Wielicki au K2 2018 me fait bizarrement penser au PSG (l’équipe nationale de football du Qatar), moi qui ne m’intéresse pas du tout au foot !

    On met plein de pognon sur la table, on réuni les meilleurs équipiers du moment, on communique à fond sur la « dream team » invincible, et puis au final… Et ben Pshhhiiiit !
    Même pas les quarts de finale, même pas 8000m, même pas 2 joueurs à plus de 7500m, en 2 mois…
    Et en plus, si par hasard Neymar ou Urubko ne sont pas dispos, alors là, y’a même plus d’espoir…

    Peut-être alors que cela va motiver de nouveaux outsiders pour les hivers à venir, moins prétentieux, plus pauvres, plus légers et plus rapides, qui sauront eux profiter de telles opportunités météo exceptionnelles sur ce sommet.

    Simone Moro disait dans une interview en décembre 2017: « On K2 in winter, you have a maximum of a 25% chance of success, even with a big group. So, you need to be very lucky with the weather and the team. Any kind of internal discord in the team can destroy the expedition. »
    Ben, pour le coup, il avait bien raison !

    https://pythom.com/Interview-Simone-Moro-on-winter-K2-2017-12-21-79552

  • val - 7 mars 2018 à 23 h 36 min

    Bien d’accord avec Pedro.
    Money, business.

    On est loin du Nanga Parbat avec Elisabeth Revol et Tomasz Mackiewicz.

  • Jean-Paul - 8 mars 2018 à 9 h 36 min

    Sans vouloir justifier ou soutenir la lourdeur de l’expédition polonaise, il faut tout de même reconnaître qu’ils ont sauvé Eli au Nanga.(et ramené tout le monde).
    Compte tenu de ce qu’il s’est passé au Nanga Parbat, on ne peut pas prendre cette expédition pour modèle… 50% de décès et un sauvetage miraculeux, un crowdfunding désespéré et toutefois trop tardif, des moyens réunis en catastrophe et le support de la grosse et riche expédition…
    On voit bien qu’en hiver en particulier, une logistique de soutien onéreuse est absolument nécessaire sauf à espérer que « quelqu’un d’autre » ne s’en charge…
    Je précise que tout cela n’est pas une critique d’ER, que j’admire et soutiens y compris contre les commentaires odieux et mesquins que j’ai pu lire.
    Il n’en reste pas moins que le côté romantique de ces attaques légères et audacieuses se heurte à la réalité de l’Himalaya en hiver. Et même si nous pensons tous avec respect à Tomek, je pense aussi à ses enfants, à sa femme.
    On ne peut pas considérer ce type d’expédition comme modèle.. .

  • Christophe - 8 mars 2018 à 21 h 36 min

    En attendant que les choses sérieuses ne reprennent, j’ai un peu honte de vous proposer le K2 vu sous un autre angle (loin d’être mort sinon de rire) :
    http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/K2

  • Willy - 8 mars 2018 à 21 h 44 min

    300 commentaires, ça c est un sommet !

  • Pedro26 - 8 mars 2018 à 22 h 44 min

    @Jean-Paul:
    Mais personne ne prend les expéditions d’Elisabeth et Tomeck comme un « modèle »…

    Entre l’ultra low cost, une expé mini-budget et le budget quasi illimité d’une expé nationale, il y a beaucoup de marge et d’autres possibilités.
    Et une ascension en style alpin est intrinsèquement plus engagée et risquée, évidemment.

    D’autre part, une expé « nationale » lourde en style traditionnel n’a jamais empêché les accidents et les morts (rappelez-vous les chutes de pierres sur Adam Bielecki et Rafał Fronia cette année, qui auraient pu faire aussi plus de dégâts), même si elle apporte plus de sécurité et de possibilités de sauvetage.

    Jean-Paul a écrit: « Il n’en reste pas moins que le côté romantique de ces attaques légères et audacieuses se heurte à la réalité de l’Himalaya en hiver. »
    Je ne suis pas du tout d’accord avec ça. Romantique ? Vous plaisantez, j’espère !
    Tout le monde se « heurte à la réalité de l’Himalaya en hiver », énorme ou mini expé, « romantique » ou pas !

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 3 h 16 min

    @pedro26
    peut- être pas Pedro26, mais si, je pense que certains prennent l’expe du Nanga en référence sinon modèle.
    Avec beaucoup de respect, je pense que vous confondez deux choses distinctes: le style d’ascension et le support logistique.
    Entièrement d’accord avec vous que le style traditionnel himalaya « lourd » n’est pas plus sûr que le style alpin. Au contraire même, car statistiquement, la présence de plus de personnes, dans des endroits dangereux par nature, et pendant des périodes plus longues, accroît le risque.
    Chutes de pierres et de seracs ont plus de probabilités de toucher quelqu’un avec 300 personnes sur la montagne qu’avec 3. C’est évident.
    En revanche, la logistique, elle, est déterminante en cas d’accident.
    Je ne suis pas du tout d’accord pour qualifier l’expédition polonaise de moyens illimités. Je pense que c’est du low cost lourd mais du low cost quand même.
    J’ai participé à l’expédition Red Bull au Fitz Roy. Là oui vous pouvez parler de moyens illimités: 4 hélicos pendant 6 semaines, dont deux spécialement préparés à Marignane pour augmenter la puissance en altitude. 3 caissons et un hôpital de campagne avec deux blocs opératoires, 150 tonnes de matériels répartis sur la vois d’approche… (Il y a près de 13 ans Aérospatiale a posé un Ecureuil dopé sur l’Everest… les hélicos pakis ne dépassent pas 5800m en conditions optimales)
    Si on met en place ce genre de support, là on peut parler de budget illimité. L’expédition polonaise n’avait pas ce genre de logistique.
    Donc tout ça pour dire, que je suis d’accord avec vous sur la préférence pour le style alpin, mais avec une logistique de secours ultra lourde à l’arrière.

    Enfin, non je ne plaisante pas quand je dis « romantique ». Et je pense que la plupart auront compris ce que je veux dire… Oui Tomek et Elizabeth qui partent en duo au Nanga Parbat dans un trip quasi mystique (en tout cas pour Tomek) je ne suis pas le seul à trouver ça romantique. Mais je pense que le romantisme n’est pas votre trip. Chez moi, ce n’est pas une critique. Au contraire.

    Et même si effectivement « tout le monde se heurte à la réalité de l’Himalaya en hiver », certains s’y confrontent avec des moyens (alimentation hypercalorique, médecine, oxygène de secours, caisson hyperbar, transport d’urgence, équipe de secours), et d’autres pas.
    Voilà Monsieur Pedro… Au fait 26 ? Drôme?

  • Pedro26 - 9 mars 2018 à 4 h 10 min

    Merci @Jean-paul pour la réponse détaillée.

    Jean-paul a écrit: « Oui Tomek et Elizabeth qui partent en duo au Nanga Parbat dans un trip quasi mystique (en tout cas pour Tomek) je ne suis pas le seul à trouver ça romantique. »

    Ben non…
    Pas de trip « quasi mystique » ni « romantique », mais plutôt des expés passionnantes, de l’aventure, et sans beaucoup de moyens financiers…
    Car, contrairement à d’autres vedettes de l’Himalaya bien connus et meilleurs en affaires, Eli et Tomeck ne sont pas des « professionnels ».
    Ils ne sont pas payés à l’année pour grimper, et ils n’ont que de petits sponsors bien modestes…
    Ils arrivent tout juste à boucler leur petit budget minimum à 15 jours du départ pour le Pakistan ou le Népal, et encore…

    Je pense qu’on est simplement pas du tout sur la même longueur d’onde, vous et moi (mais ce n’est pas grave ! Rassurez-vous !).

    Eli et Tomeck ne sont pas partis pour un trip « quasi mystique » sur le Nanga Parbat, ni « romantique », non…
    Vous semblez oublier que c’était leur 3ème tentative ensemble sur cette montagne en hiver (la 4ème pour Eli, et la 7ème pour Tomeck), dans l’enfer du froid et du vent…
    Donc rien de bien « romantique », ni de « mystique ».

    Jean-paul a écrit: « Donc tout ça pour dire, que je suis d’accord avec vous sur la préférence pour le style alpin, mais avec une logistique de secours ultra lourde à l’arrière. »

    Et ça, vous savez bien que ce n’est pas possible non plus, pour des raisons financières déjà, mais aussi parce que cela tuerait toutes les plus belles histoires de montagnes en Himalaya, y compris en hiver !

    Demandez donc à Simone Moro, qui a réalisé 4 premières hivernales sur les 8000m, sans gelures, et avec encore tous ses orteils: « Light and speed » (very light, and small team).

    Et c’est incompatible avec « une logistique de secours ultra lourde à l’arrière »…

    Combien de morts sur les tentatives hivernales, avec des moyens « lourds » ?

    C’est comme ça…
    Les 8000m en hiver, c’est toujours très risqués, y compris pour les meilleurs et les plus riches…
    Il faut accepter le risque de mourir quand on décide de faire des choses folles… (ils sont au courant !)

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 13 h 09 min

    @pedro26
    Renseignez vous sur l’aspect mystique de la quête de Tomek au Nanga Parbat. Et sur l’esprit de la montagne avec lequel il se sentait en relation intime.
    Non ce n’était pas une recherche de performance, mais bien autre chose…

    Votre affirmation « Et ça, vous savez bien que ce n’est pas possible non plus, pour des raisons financières déjà, mais aussi parce que cela tuerait toutes les plus belles histoires de montagnes en Himalaya, y compris en hiver » est vide de sens et sans argument valable.

    1) non, il n’y a pas d’impossibilité financière. J’ai sponsorisé des expéditions et les budgets peuvent monter très haut en fonction des objectifs recherchés par la marque.
    2) j’estime le budget de l’expédition polonaise entre 1 et 2 M€… ce qui est le quart du budget du Fitz Roy cité dans un précédent post. Juste une question d’utilisation ultérieure des images.
    3) « cela tuerait toutes les plus belles histoires ». N’importe quoi.
    Une logistique ultra lourde à l’arrière, c’est ce dont nous bénéficions tous dans les Alpes quand nous trompons en style alpin: des PGHM ultra équipés, des hélicos surpuissants avec bientôt des FLIR, des hôpitaux spécialisés à moins d’une heure d’hélico, et tout un plateau technique de premier ordre.
    Est-ce que la présence de cette logistique étatique (ou privée en Suisse) tue toutes les belles histoires? C’est aberrant!
    À moins que pour vous les « belles histoires » ce sont les « green boots » ou Tomek restés dormir la-haut?
    C’est assez inquiétant comme mentalité.

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 13 h 12 min

    Lire grimpons au lieu de trompons ci-dessus…

  • Pedro26 - 9 mars 2018 à 15 h 21 min

    @Jean-Paul: « À moins que pour vous les « belles histoires » ce sont les « green boots » ou Tomek restés dormir la-haut?
    C’est assez inquiétant comme mentalité. »

    Merci de ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.
    Quant à l’esprit d’aventure, d’engagement, de créativité, de rapport à la montagne, perso je ne pense pas que ça doit passer systématiquement par beaucoup de pognon…

    Vous pensez qu’il y avait des hélicos prêts à décoller pour aller éventuellement sauver Christophe Profit et Pierre Béghin s’ils avaient eut un pépin lorsqu’ils ont ouvert une nouvelle voie sur le K2 ?

    Sinon, si vous vous pouvez lever des millions pour sponsoriser les expéditions en montagne, alors vous auriez dû en parler avec Eli et Tomeck, et depuis de longues années, ça les auraient sûrement intéressés (et pas seulement eux…).

    Jean-Paul, je crois que nous ne partageons pas exactement la même conception des aventures en montagne, et ce n’est pas bien grave…
    Il faut de tout pour faire un monde.

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 18 h 04 min

    @Pedro26
    « Vous pensez qu’il y avait des hélicos prêts à décoller pour aller éventuellement sauver Christophe Profit et Pierre Béghin s’ils avaient eut un pépin lorsqu’ils ont ouvert une nouvelle voie sur le K2 ? »
    Non. Malheureusement. Et justement je ne vois pas en quoi, s’il y en avait eu, « l’histoire aurait été moins belle »…
    En quoi avoir des moyens de secours modifie-t-il l’exploit?
    C’est irrationnel comme raisonnement.
    Et si vous le poussez plus loin, alors pourquoi Eli emporte-t-elle des diurétiques et des vasodilatateurs? Ils n’existaient pas en 1938… et alors?
    Contrairement à ce que vous pensez, non, cela n’aurait pas intéressé Eli d’avoir un financement important… comme je vous l’ai dit, leur quête était tout autre…
    Vous avez un rapport apparemment très conflictuel avec l’argent.
    Et je trouve ça puéril.
    Tout coûte cher dans ce sport comme dans d’autres (voile, rallye raid par exemple).
    Ne pas voir qu’en France c’est la solidarité nationale qui finance la sécurité des expéditions et qu’à l’étranger ce doivent être des assurances privées ou des mécènes qui la finance… c’est faire l’autruche.
    Et que savez vous de ce que je sponsorise ou pas?
    Tout est une question de savoir si vous acceptez la médiatisation qui rentabilise l’investissement.

    Maintenant si vous me trouvez un français ou un Suisse qui fasse au K2 ce que Boivin a fait à l’Everest, avec les médias actuels, je peux vous sortir le même budget que LeCleach sur le Vendée Globe (14M€)… et ne rien payer de ma poche…
    Et ça ne change rien au risque et à l’engagement dont vous et moi sommes admiratifs.
    Mais l’histoire « le pognon qui pourrit tout » ça fait un peu dinosaure écarlate du prolétariat du temps jadis…
    Cordialement.

  • Pedro26 - 9 mars 2018 à 18 h 51 min

    @Jean-Paul: Merci à vous d’avoir exposé votre pensée.
    C’est instructif !

    Je suis d’ailleurs quasi certain que votre proposition de lever 14 M€ pour un vol en parapente depuis le sommet du K2 va intéresser pas mal de monde…
    Vous devriez la traduire en anglais et lancer votre offre au monde entier…

    Sinon, « rentabiliser », « investissement », « 14 M€ », « Vendée Globe », « Armel LeCleach », etc… Effectivement, moi, ce sont des mots qui ne me parlent pas trop aventure et montagne.
    Mais comme je vous disais, ce n’est pas grave.
    Il faut de tout pour faire un monde…

  • Mez - 9 mars 2018 à 20 h 26 min

    Purée ça cogne dur!!
    Je pense que l argent apporte plein de bonnes choses pour les expés sans tuer l aventure!!Tant que l on sait gérer la pression des sponsors et des médias
    Regardez le grand Messner a qui on a souvent reproché ses sponsors ,sa porsche et ses conférences. Cela ne l a pas empêcher de faire l Everest en solo au mois d aout avec pour seul compagnie au camp de base sa copine et un cuisinier( tout seul sur la plus grande montagne du monde!!! quel engagement et aventure!!!) pourtant il a du sortir 70000 dollars pour le permis chinois!!sans argent comment faire!!!le tout est de savoir dosé tant qu’ a la fin l aventure et l engagement soit Gagnant
    un autre exemple ,prenez le grand Chamoux a la fin BULL lui payait tout ce qu il voulait et le challenge des 14 avec Loretan et surtout les sponsors lui ont mis une pression importante qu’ il l on poussé à commettre l irréparable au Kangh et attaqué alors qu’ il était pas prêt,pareil pour Lafaille la pression des sponsors et des médias
    Par contre les milliardaires à l Everest ne font rêver que ceux qui l atteignent car c est quand même dure même aidé des sherpas mais au niveau aventure zéro complet, là l argent n apporte que le bordel et des dérives mortels et glauques.
    Pour reprendre l exemple de LeCleach le budget est monstrueux mais l aventure du vende globe l est tout autant!!!
    Donc…
    Mez

  • Pedro26 - 9 mars 2018 à 21 h 07 min

    Mez a écrit : « Pour reprendre l exemple de LeCleach le budget est monstrueux mais l aventure du vende globe l est tout autant!!! »

    Alors imagine la même aventure que le Vendee Globle, mais sans tout le pognon, sans les téléphones satellites, sans les vidéos quotidiennes, sans les assurances (à combien de millions ?), sans la logistique démente, sans les millions de dollars prêts à être déboursés immédiatement pour aller sauver la vie de ceux qui risquent leurs vies…

    Ouf ! Alors, enfin l’aventure ?

  • Pedro26 - 9 mars 2018 à 21 h 22 min

    Mez a écrit : « Regardez le grand Messner a qui on a souvent reproché ses sponsors ,sa porsche et ses conférences. Cela ne l a pas empêcher de faire l Everest en solo au mois d aout avec pour seul compagnie au camp de base sa copine et un cuisinier( tout seul sur la plus grande montagne du monde!!! quel engagement et aventure »

    C’est aussi un bon exemple pour notre ami Jean-paul.

    Car évidemment, des hélicos et une équipe de forts grimpeurs bien acclimatés étaient là, prêt à sauver le grand Messner, en cas de pépin !
    Sinon, jamais le Reinhold ne se serait lancé dans une aventure si risquée ! Au grand jamais !

    Tout comme la plupart des Himalayistes, d’ailleurs…

    Sans pognon, tu ne fais rien !
    Si t’as pas 14 millions d’euros, c’est la misère…
    Tu ne sors pas.

    L’aventure, ça se paye !
    Demandez à Armel Le Cléac’h …

  • Mez - 9 mars 2018 à 22 h 17 min

    @ Pedro26

    Je signal quand même que Messner à du débourser 70000 dollars pour vivre cette aventure exceptionnelle et que sans cet argent il aurait fini en face nord de la butte Montmartre.
    Quand je parle de LeCleach quand il est dans les 50em hurlant tout l or du monde ne lui apporte rien,il est seul, il flippe comme un damnés en se demandant dans qu elle merde il C mis et il s en sort rentre sain et sauf explose le record….
    L aventure du poète clochard a la Kerouac dans les 8000 avec un engagement total
    cela a du exister mais là aucun nom nom m’apparait!!
    Tout cela me rappelle un type dans l UTMB que je croise en pleine nuit a l agonie dans une descente sans bâton!!!!Je lui dit tu n as pas de bâton!!!mais T un dingue et le type me répond non je suis un pur sans artifice!!! j éclate de rire et lui répond bon bein va au bout de ta logique et éteint ta frontale ahahahahah!!!
    L aventure C une sorte de dosage entre l engagement et le suicide, les grands savent trouvés la mesure!les autres meurent rapidement

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 22 h 24 min

    Merci Mez.
    Pas mieux. L’argent est un moyen pour des aventures hors normes.
    Pas une fin en soi.
    J’en profite pour dire à Pedro26 que je respecte son point de vue, mais qu’il sous estime sans doute les revenus d’image des expéditions.
    Les droits des vidéos du Fitz Roy ont généré un peu plus de 3M€, Red Bull a contribué pour 3M€ et Breitling pour 1,5M€ et la province de Santa Cruz a fourni 500K€ en services et support en nature…
    Le véritable problème pour des alpinistes, c’est le service « après vente »… 6 à 12 mois à tourner dans les médias loin des montagnes. Et ça, ca en rebute la majorité et je peux le comprendre..
    Mais Mez est un sage… 🙂

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 22 h 50 min

    @pedro26
    Je pense que Messner a toujours mis toutes les chances de son côté.
    Et s’il y avait eu des moyens de secours disponibles (le Népal d’alors n’avait rien à voir avec celui d’aujourd’hui) il les aurait mis en place.

    Quant aux 14M€ de Banque Populaire, si ça vous paraît une fortune, vis à vis des moyens mis en oeuvre, ça ne me paraît pas exagéré. Et comparé au passage d’un spot de 30 secondes à la mi-temps d’un France Allemagne (500K€)… c’est cadeau.
    (Là je provoque… pardon)
    Et non je l’adore pas le veau d’or, homme pur et intègre!

  • Jean-Paul - 9 mars 2018 à 23 h 06 min

    @pedro26
    J’ai oublié : merci pour « C’est aussi un bon exemple pour notre ami Jean-Paul » !
    Amitié partagée ! ????

  • Palies - 10 mars 2018 à 0 h 15 min

    J’aime lire les mots « romantique » et « mystique » quand je me plonge dans l’alpinisme. J’aime aussi la ferveur, l’admiration, voire l’incompréhension absolue mais le respect total que je ressens quand je me rends sur ce ce blog. Pour une néophyte comme moi, cette ambiance m’a accompagnée ces dernières semaines, et m’a emportée, sans jeu de mots, vers des sommets que je ne soupçonnais pas.
    Sans un minimum de mysticisme, de romantisme, et tout simplement de rêve, ces aventures n’auraient pas lieu.
    Qu’il est dommage que certain (s) ne le comprenne (nt) pas et continue (nt) à nous gâcher l’ambiance sans chercher à comprendre ce que veulent dire les autres, tout simplement…

  • Palies - 10 mars 2018 à 0 h 26 min

    J’ai oublié de dire, sans un minimum d’argent aussi, pourquoi le nier? Ou le critiquer? Cela fait partie de l’aventure.

  • thomas - 10 mars 2018 à 8 h 52 min

    D’ailleurs, Jean-Paul, si tu veux lâcher un ou deux millions pour sponsoriser ce blog, n’hésite pas !

  • Mez - 10 mars 2018 à 9 h 16 min

    Je me rappelle l histoire de Loretan avec son ami Steiner au cho oyu en style alpin,Steiner fait une faute de bêta dans la descente et glisse sur 500M devant Loretan halluciné,Loretan complètement détruit descend comme un dingue pour aller voir le corps de son ami.Il est encore VIVANT!!!!!Pour lui ce moment devient l enfer sur terre ,ils sont à 3 jours de marche du premier village susceptible d avoir un téléphone….son ami souffre comme un dingue cassé de partout,Là l immense Loretan pense a 2 choses
    1/Pourquoi mon ami n est pas mort!!!
    2/Ou trouvé un hélico…. VITE!!!!
    Personne ne peux remettre en cause la pureté du style de Loretan l Aventure avec un grand A, mais là la seul chose qu’ il veut C un hélico pour essayer de sauver son ami, le reste C du vent!!
    Steiner mourra 3 jours plus tard dans une tristesse absolu!!!
    C une histoire triste dés le matin mais bien représentative de l esprit d aventure et de ses limites.L engagement oui la mort non!!
    Mez

  • Mez - 10 mars 2018 à 10 h 07 min

    Les amis!
    Mallory as t il atteint le sommet de l Everest en 1924?
    OUI
    NON
    pour moi clairement NON!!
    Bon bein Thomas à l attaque!!

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 10 h 37 min

    Entre l’histoire de l’UTMB et celle de Loretan au Cho Oyu, Mez à de bien meilleurs arguments que moi!
    Bravo pour la pertinence du propos! J’aurais aimé trouvé ces exemples.
    Et même si c’est triste, c’est tellement vrai!

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 10 h 50 min

    Thomas, ce sont des blogs comme le tien qui peuvent remettre les grandes conquêtes en Himalaya sur la carte médiatique!
    Et si l’engouement médiatique revient (car il était là, dans les 70) les financements viendront tout seul.
    Le problème c’est que les grimpeurs charismatiques qui attirent les foules et les sponsors sont morts pour la plupart…
    Ah si Urubko était Américain ou Français, je pense qu’il y aurait un peu plus de sous dans la production….
    C’est aussi pour ça que j’aime ce blog, pour la mémoire et la flamme qu’il entretient…
    Pour Mallory, en 1924, désolé mais je ne me souviens plus! 🙂

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 10 h 56 min

    Mais j’attends avec impatience de vous lire sur « l’enquête Mallory »!
    Cordialement

  • thomas - 10 mars 2018 à 11 h 00 min

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 11 h 59 min

    Tu es le meilleur!
    Un tel à propos un Samedi matin… à la limite ça fait peur!
    Bravo quand même !

  • Christophe - 10 mars 2018 à 14 h 20 min

    L’accès au versant chinois du K2 est-il plus long/difficile que celui côté Pakistan ?
    Y est-il moins aisé d’obtenir un permis ?
    En ce qui concerne l’ascension en elle-même (disons par l’arête Nord, la voie des Japonais), est-elle significativement plus dificile que celles par la face Sud ?
    Peut-on l’envisager en style alpin seulement vu le peu de place qu’elle laisse à l’installation de camps ?
    Je pose ces questions car on parle peu de cette possibilité d’ascension et encore moins en hiver fatalement…d’ailleurs, cette ascension via la face Nord a-t-elle ďéjà été tentée en période hivernale ?

  • guillaume - 10 mars 2018 à 14 h 33 min

    L’expédition polonaise (et des grimpeurs d’Asie centrale qui s’était barré au milieu) de 2003 déjà dirigée par Wieliecki avait tenté le K2 par le versant nord. Denis Urubko avait atteint 7650m je crois, avec Marcin Kaszkan. Ils n’étaient pas allés plus haut à cause d’un œdème cérebral de MK et le sauvetage fut héroïque.
    https://twitter.com/russianclimb/status/968148822714126336

  • Mez - 10 mars 2018 à 15 h 05 min

    @ Guillaume
    La face sud ouest du K2 (Magic line) est immensément dur, la face Sud est carrément un truc de dingue réussi en style alpin par Kukuzka et Pietrowski( qui se tue a la descente)en 86,les versant nord sont très dangereux l arrête nord est moins dangereuse mais très difficile
    Tous les versant sont très dures C la spécificités de la montagne des montagnes!!!la voie la moins dure est l arrête des abruzzes dite voie « normal »!!!
    En fait à part la voie normal qui reste un truc de dingue toutes les autres voies sont d un engagement total pour les plus forts
    la plupart de ces voies ont été ouvertes en style alpin par les plus grands( pour nous la voie tracé par Beghin et Profit est une fierté nationale!!)
    Apres le K2 en hiver C une autre histoire!! et en style alpin encore plus( je vois pas de cordée aujourd’hui capable de le faire « by faire means »a part si je me lance mais il faut que je fasse mon testament avant!!)cela serait une aventure extraordinaire raconté par notre ami à tous notre Thomas préféré!! j en salive déjà!!

  • Mez - 10 mars 2018 à 15 h 16 min

    Une dernière chose le coté nord du K2 est très sauvage et complètement isolé C est un immense désert avec des chameaux qui remplacent les yacks.
    Je conseil à tout le monde  » L himalaya en style alpin » C une bible pour les passionnés.

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 15 h 40 min

    Et la face Est qui intéressait tant Urubko il y a un mois?

  • Pedro26 - 10 mars 2018 à 18 h 08 min

    @Mez: J’aime bien ton annecdote de l’UTMB (et j’aurais rigolé comme toi !).

    Alors puisqu’on compare les expés de Messner du siècle dernier et les récentes tentatives et ascensions hivernales au Nanga Parbat et au K2, pourquoi ne pas aussi comparer les courses autours du monde à la voile et sans escale ? (ce n’est pas moi qui en ait parlé en premier, hein !)

    Prenons donc par exemple Bernard Moitessier en 1968, et Armel Le Cléac’h en 2017, sur à peu prés le même itinéraire, le même challenge disons…

    Pour le premier, pas de GPS, pas de téléphone satellite, pas de prévision météo, pas d’ordinateur de routage, pas de signalisation des icebergs par la direction de course, pas de médecin au téléphone en cas de pépin, pas de frégate Chilienne pré-positionnée à Puerto Williams pour d’éventuels secours, pas de photo satellite, pas de balise de détresse, pas de tracking GPS 24h/24, pas de… (etc).

    Pour le second, on peut regretter qu’il n’y ait pas de douche chaude à bord de Banque Populaire VIII, ce qui pour moi est un véritable scandale que trop peu de gens ont le courage de dénoncer !

    Mais les deux cas sont de aventures extra-ordinaires…
    Légèrement différentes, certe, mais aventure quand même !
    Bien sûr, certaines me font plus rêver que d’autres…

    Mais pour être honnête, je dois vous avouer quand même que je suis le premier à suivre au plus prés, jours après jours, les Vendée Globe ! (et en 2017, avec une petite préférence pour Alex Thomson, hé hé !).

    J’en conclu que Moitessier était un « romantique », complètement fou, et jamais il n’aurait dû se lancer dans une telle aventure, avec si peu de sécurité en cas de pépin…

    Et pour revenir à la montagne, au Nanga Parbat et au pseudo « romantisme » de Tomeck, rappelons qu’il avait aussi déjà fait 7 tentatives en hiver sur cette montagne, sans pognon, parfois même ayant du mal à se payer le billet d’avion, et je pense que c’est déjà pas mal… Respect.
    D’autres ont tenté des challenges bien moins risqués, bien moins difficile, avec beaucoup plus de pognon, et sont morts quand même…

    Pour finir, une bien triste statistique : 12 Français ont réussi l’ascension du K2 en été (à ma connaissance).
    Seuls 3 d’entre eux sont encore vivants.
    Tous les autres sont morts en montagne…

  • Mez - 10 mars 2018 à 18 h 08 min

    Hé bien la Face est connu pour être super dangereuse a cause de ses seracs sur toute la face une vraie roulette russe ou polonaise cela dépend!!Je pense que wielicki avait raison au sujet la discussion avec Urubko,encore plus en Hiver!!
    J adore Urubko mais il est un peu fêlé quand meme!!
    Quand tu vois les photos franchement….

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 18 h 47 min

    Elle ressemble à quoi cette face Est?
    Raconte… (tu racontes bien!)

  • guillaume - 10 mars 2018 à 19 h 48 min

    @Mez.
    Merci pour ta réponse, c’est sympa, mais mon message était juste une réponse au commentaire de Christophe, à savoir, le K2 a t’il été déjà tenté par le versant chinois. Et donc j’ai cité l’expé de 2003. Mais peut-être y a t’il eu d’autres tentatives hivernales de ce coté là je ne sais pas.
    Quant à la Magic Line c’était un rêve d’ado en débutant, je me demandais si c’était plus facile de faire ça ou la Magic Line du Saussois! Ahaha on est marrant quand on débute.
    J’aimerais savoir si on peut trouver un documentaire sur l’expé française de 79.
    Et sinon il y a des images époustouflantes de l’ascension de 2004 là:
    https://www.youtube.com/watch?v=BMxkv_3GcBc

    Est ce la seule répétition?

    Et pour Jean-Paul des photos récentes de la face Est, si tu connais qq’un à financer!!!

    http://urubko.blogspot.fr/search?updated-max=2018-02-23T06:06:00%2B01:00&max-results=1

    Bonne grimpe et bonnes lectures à tous!

  • thomas - 10 mars 2018 à 20 h 08 min

    Pour l’expé française de 1979 au K2, y a tout dans ce hors-série de Montagne Magazine. Mais c’est peut-être plutôt un film que tu cherches et là je sèche…

  • Simon - 10 mars 2018 à 19 h 54 min

    A priori c’est pas seulement les séracs. A partir de 6 400m, c’est un vrai champ de neige, qui dégringole systématiquement. Les avalanches sont le paramêtre central de cette face Est. Non pas qu’à priori, techniquement, elle soit aussi difficile. Mais vu la fréquence des avalanches qui balayent absolument toute la face sans itinéraire un tant soit peu sécuritaire, personne n’a voulu la tenter encore.

    Il faut savoir que pour 99% des gens, le K2 se fait pas en hiver. La face est, théoriquement, en hiver, c’est mieux, il fait trop froid, la neige est plus solide, y a moins d’avalanche.
    Pour ça qu’Urubko l’avait suggéré, mais il est le seul à la connaître un peu. Pour l’équipe, ç’aurait été dangereux de seulement compter sur lui (et pour l’orgueil de Wilecki aussi j’imagine…).

    Si jamais la face Est est vaincue un jour, je pense que ça sera pas en été. Suicide absolu garanti.

  • Christophe - 10 mars 2018 à 20 h 40 min

    L’arête EST du mont K2 se situe approximativement dans la direction de l’Est.
    A l’exact opposé de votre serviteur qui, lui, est complètement à l’Ouest.
    Elle tire son nom de l’acronyme EST pour « Eh Super Thé !!! » , compliment adressė par M. Hillary à M. Norgay, lors d’un bivouac sur cette arête en descendant du sommet du K2 en 1971.
    L’arête EST, d’une longueur estimée à 17000 m par les géographes spécialistes du Krakatoa 2, est réputée particulièrement dangereuse en raison de la présence de nombreux animaux sauvages (notamment les varans de Komodo 2).
    Son inclinaison moyenne est de 81,69 degrés ce qui, compte tenu de sa longueur, a permis le calcul approximatif de l’altitude du K2 (41666m).
    La nature du terrain est variée : roche et glace vers le bas puis glace et roche plutôt vers le haut.
    Contre toute attente, c’est via cette arête que la première ascension hivernale du K2 fût réussie, après reconciliation, par Simone Moreau et Denis Urubk2o en février 2019.

  • Pedro26 - 10 mars 2018 à 20 h 54 min

    @Christophe : « Contre toute attente, c’est via cette arête que la première ascension hivernale du K2 fût réussie, après réconciliation, par Simone Moreau et Denis Urubk2o en février 2019. »

    Alors ça, c’est carrément impossible ! De la pure science fiction !

    Sinon, tout le reste est bon ! 😉

  • Mez - 10 mars 2018 à 21 h 45 min

    @Guillaume
    Oui il y un documentaire sur l ascension de 1979 ( la dernière ascension dites national)avec pierre Beghin ( on dirait qu’ il a 18 ans) et bien d autres grimpeur de haut niveau de ces années là.Je te préviens la musique de fond est juste catastrophique et documentaire moyen, ils étaient monté a 8200 quand même!
    @Jean paul
    La face EST ressemble a un mélange de simon et moi ,en gros une barrière très tôt dans la face avec des seracs suspendus et des accumulations de neige a flippé grave
    pour moi les 3 voies pour une réussite en hiver
    1/arrete des abruzzes
    2/Voie Cesen
    3/arrête nord
    Le reste est trop dur ou trop dangereux, après C mon point de vue et pour ceux qui vont la bas C peut etre pas la bonne liste!!

  • Mez - 10 mars 2018 à 22 h 07 min

    @ Jean Paul
    regarde la deuxième photo avec notre ami pakistanais et bien au-dessus de lui tu as la face est!!!https://pythom.com/images/9c33d903-a440-4966-87ee-bcfb3641dc31/405/540
    Je suis un bidon en informatique tu fait un copier/coller de tout l adresse et tu tombes sur plusieurs photos de la face Est et même la partie à droite que voulait emprunter Urubko

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 23 h 12 min

    Merci Mez et Merci Guillaume !
    Vous êtes vraiment incroyables. Des puits de science. Et sympa avec ça!

    C’est vrai que si Urubko veut se faire la face Est… ça va être compliqué de pas casser sa tirelire… ahahaha…
    On va équiper le Dennis de multi-caméras et le suivre en tps réel avec des drones…
    Le tout en direct via satellite !
    Le grand pied!
    Enfin des drones à 8000m… il faut y travailler maintenant.
    Le problème c’est que je ne veux en aucun cas être responsable de la mort de ce gars là. Un type aussi exceptionnel ça doit pouvoir raconter ses aventures à ses petits enfants au coin du feu!

    En tout cas si je n’aimais pas déjà la montagne… vous me la feriez aimer!
    Merci à vous deux!

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 23 h 17 min

    Au fait Mez, ton lien marche très bien… même en informatique tu n’arrives pas à être bidon… 🙂

  • Jean-Paul - 10 mars 2018 à 23 h 46 min

    Merci à Simon aussi!
    Ta description fait bien froid dans le dos (et ailleurs).
    Tu expliques bien aussi pourquoi le grandiose fêlé Kazakh s’y intéresse en hiver.
    Si on était sûr de pouvoir l’extraire de la face en urgence à tout moment, ça vaudrait le coup de le voir tenter cette folie…
    Sa maman n’en a fait qu’un comme ça, donc il faut en prendre soin!

  • kalolimani - 11 mars 2018 à 0 h 05 min

    je lis avec attention cette joute entre le style alpin leger et l’expedition lourde, dite ‘polonaise’. Quelqu’un sait-il combien de temps a dure l’expedition de Eli Revol et Tomek entre leur arrivee au CB et le sommet ? ont-ils ete use par l’attente ? et de quelle aide bénéficiaient-ils au CB ? j’imagine qu’il y avait qd meme des cuisiners, qques porteurs, non ?

    Le nombre limite de fenetres meteo sur le K2 etant un des obstacles majeurs a une reussite hivernale, je continue de penser que a meilleure chance de succes reside dans une acclimatation de la cordee de tete sur l’Aconcagua tandis que les cordees secondaires s’affairent a equiper la voie, puis heliportage sur le CB de la cordee de tete 48h avant la bonne fenetre meteo. Mais bon, est ce encore du ‘fair means’ ?

    La comparaison avec la voile et le vendee globe est limitee. Le Vendee Globe n’est qu’une course sur un circuit (imoca) qui en commpte d’autres. Cote budget et sponsors, il est plus facile d’emmener un client naviguer sur un bateau a foil que le faire grimper a 7000m. Et puis au Vendee Globe, il se dit que pour les grosses ecuries, l’investissement est rembourse avant le depart avec les images, les evenements, les pub… Pour les petits, c’est le style alpin des mers: Jean Le Cam (6e je crois), n’a pas eu les moyens d’assurer son bateau… et lui avait aussi mis en place un crowdfunding (yes we cam). Le dernier, Sebatsien Destremau, etait tombe sur un sponsor genial qui avait dit: ‘je sponsorise le plus faible, car si par chance il termine, on parlera de moi pendant 120j et non 70’. Excellent.

    De nos jours, l’alpinisme et l’himalayisme en particulier sont beaucoup trop ‘lents’ pour attirer le public et les sponsors. D’ailleurs Steck et Jornet sont bien plus connus qu’Urubko et Bielicki. De plus, durant la periode faste des annees 80, le basejump, le wingsuit, le free ride etaient quasi inexistants, Felix Baumgartner ne sautait pas en chute libre de 35000m. De nouvelles disciplines sont apparues et ont fait enormement d’ombre a la conquete des cimes.

    Reste les purs et durs, que l’on retrouve sur ce blog….

  • Jean-Paul - 11 mars 2018 à 1 h 54 min

    @kalolimani
    Je ne crois pas que l’échange (joute) porte sur la question expedition lourde vs style alpin.
    Dès mon premier post j’ai bien précisé que le style alpin était plus sûr car il minimisait et le temps passé sur la voie et le nombre d’individus dans la zone la plus à risque.
    Pour moi l’idéal est le style alpin avec un « PGHM » et un hosto de campagne au CB.
    C’est tout.
    Elizabeth Revol, malgré toute la frugalité de son entreprise, avait un téléphone satellite et c’est d’ailleurs ainsi qu’on pu se déclencher les secours et sauver sa vie.
    Est-ce que le style en a été changé ? Non bien sûr.
    Et avec un AS350 B3 ou un Panther les Pakis auraient pu atteindre Tomek. Est-ce que le style en aurait été changé ? Non plus.
    L’exploit moins grand ? Certainement pas.
    De même plus haut, Mez cite Loretan au Cho Oyu. Son ami est mort faute d’hélicoptère… en quoi ce deuil ajoute-t-il de la grandeur à leur ascension ? Sauf pour les morbides qui n’aiment l’aventure que lorsqu’elle traîne un parfum de mort…
    Pour moi ces femmes et ces hommes sont des héros, des odes à la vie, à l’incroyable capacité humaine à dépasser ses limites, à la survie par delà les abîmes et l’obscurité, des témoignages de ce qu’il y a de meilleur en nous.
    Pourquoi les perdre d’un bête oedème que 20mn d’hélico, une intraveineuse de diuretiques et trois heures de caisson peuvent guérir? Je sais qu’il y en a qui fantasment sur les marins disparus et les alpinistes ensevelis à jamais… pas moi. La vie d’abord.
    Même pour ces caractères de cochon que sont généralement ces têtes brûlées… je sais parfois leurs mesquineries dans la vallée, leur humanité et donc leur petitesse parfois. Mais là-haut, mon admiration toujours.
    Pour ER et Tomek, rien du tout en support et une longue attente à cause du mauvais temps…. sans doute un cause de la décision « d’y aller quand même » malgré l’heure tardive.
    En ce qui concerne ta préparation dans les Andes, tu as probablement raison. Mais l’héliportage au CB, c’est clair que tu vas trouver beaucoup de critiques sur le « fair means ». (On s’arrête où d’ailleurs? Au CB ou au C4?)
    En ce qui concerne le financement, c’est une question d’images. Il n’y a pas de fatalité au manque de budget. Si tu peux réunir, comme il y a 6 ans, 7,5M€ pour le Fitz Roy et Cerro Torre, pour en tirer des images de pub pour Red Bull et Breitling, des videos pour nightclub branchés, des produits dérivés signés et de la promotion touristique pour la région, tu peux le faire au Lohtse ou au K2 (enfin sauf pour le tourisme dans ce dernier cas…)
    N’importe quel clampin qui fait la vallée blanche a une go pro et met son film sur You Tube… et Urubko qui grimpe à 7600m en plein hiver sur le K2… pas d’image ou si peu.
    Il faut du direct. Oui il y a de la concurrence. Des base jumpers qui rentrent dans un avion en vol… c’est vrai. Mais Urubko qui filmerait dans l’axe de sa frontale les 1000m d’escalade de nuit au Nanga Parbat et sa jonction avec ER…. ça peut faire le 20h et deux ou trois documentaires avec quelques vendeurs de boissons gazeuses qui passent à la caisse.
    C’est une question d’organisation et de marketing. Le problème c’est qu’une partie (non négligeable) de la communauté « alpiniste » et « himalayiste » confond la pauvreté avec la pureté, la vente des images avec je ne sais quelle « compromission avec le système marchand », et le nécessaire service après vente (les interviews avec les journalistes) avec de la prostitution.
    Si on en est là dans les mentalités, effectivement il n’y aura pas d’argent et on dépendra soit des objectifs nationalistes de tel ou tel État, soit de la bonne volonté d’un crowdfunding pour convaincre un colonnel de prêter son vieux coucou…
    Pas top.

    Quand tu compares avec le Vendée Globe… attention! Du premier au dernier c’est du style alpin. Seul et sans autre assistance que le routeur météo. Et si Jean Le Cam (que j’admire beaucoup) a du recourir à du Crowdfunding, c’est parce qu’il est notoirement connu pour être une tête de cochon breton, d’envoyer ch…r ses sponsors et de refuser inopinément les interviews après course…
    À un moment il faut être cohérent, et il en tire les conséquences.
    Mais la couverture TV du départ et de l’arrivée, la couverture web avec les vacations quotidiennes, et les jeux interactifs, sont suffisants pour que les marque sponsors s’y retrouvent en terme de notoriété et surtout de qualitatif.

  • Mez - 11 mars 2018 à 8 h 23 min

    @ Guillaume
    Je crois que la Magic Line a été réalisé 2 fois, en 1986 par les extraordinaires polonais Wojciech Wróż, Przemislaw Piesecki et le slovaque petr Bozic ( Wroz mourra a la descente a cause d une corde coupé a son extrémité par un alpiniste de la voie des abruzzes!!!!)et en 2004 par les espagnoles avec le mutant Jordi Corominas qui fini en solo à partir de 8300 m et redescend par la voie des Abruzzes ( heureusement qu il y avait un camp des japonais qui avaient réalisés la voie Cesen la même année ,on dit la voie des basques maintenant!!!)ce fut pour moi l ascension de l année 2004 sans problème
    @ Jean Paul
    Je suis entièrement d accord avec toi
    Le monde de l alpi extreme est un peu schizo, je veux rester dans ma planète des deglingos ( que j adore d ailleurs parcequ il me font rêver ces c..) mais je galère pour trouver des sponsors!!! il y a 2 solutions soit se prostitué avec le Devil de la finance comme Messner( qui aux dernières nouvelles est surnommé le KING) ou le mécénat comme Loretan qui a eu cette chance d avoir un milliardaire suisse anonyme qui lui payait ces éxpés( cela reste très rares quand même).Quand tu prends l exemple de Le Camp tu dis tout!!!tu connais l histoire du beurre ,l argent du beurre…..on revient à l histoire du dosage il peut y avoir des superbes histoires d aventures entrent le Fitz Roy et le (ou la) clochard des 8000 sans tunes!!!
    C mon point de vu ce n est pas obligatoirement la vérité nous somme bien d accord les amis!

  • Mez - 11 mars 2018 à 10 h 31 min

    Au sujet du K2 en Hiver,je pense que les russes vont se positionner clairement pour 2019 en éxpé lourde nationale( nationaliste plutôt avec Poutine!!!)ils avaient une équipe énorme de légendes de la grimpe Russe ( je dors tout nu dans la neige pendant 2 jours, je bois du gasoil pour m’ hydrater…On deviens léopard des neiges en russie comme cela !!!!) Gleb Sokolov, Alexey Bolotov ,Tuthvakulin,Gorelik…j en oubli plein d autres sont des monstres ( face ouest du K2,face Nord du Jannu,Face sud du Lhotse,traversée du Kangh,face sud du Lhotse Star….)la liste est monumentale mais aucune en style alpin.TROP DURE même pour ces monstres.
    Au bout de 2 semaines le grand Gorélik est mort ils ont pliés bagages.
    Ils ont une revanche à prendre sur le K2 et sur les polonais( comme tout le monde le sait il s adore depuis longtemps!!!)
    Dernière chose après j arrête,tous ces grimpeurs russes en style alpin ont au moins chacun eu un piolet d or c pour vous dire le niveau des mecs!!!
    Appeler moi Mezianovitch maintenant!

  • Jean-Paul - 11 mars 2018 à 11 h 25 min

    Ta description des « léopards des neiges » russes m’a mis en joie pour la journée!
    You made my day!

    Et de là on comprend qu’Urubko est peut-être le moins « crazy » ou le plus sensé des grimpeurs « ex soviétiques »…enfin je dis juste « peut-être »

  • Mez - 11 mars 2018 à 12 h 08 min

    J avais oublié c était une expé de l hiver 11/12 que j avais suivi en direct mais pas longtemps vu la mort de Gorelik ( œdème au camp de base!!!)je les avaient suivi en 2008 en face Nord du Jannu ( 2 mois de délire avec les russkofs) voir le film pour se rendre compte (Mountain TV°)de leurs prouesses et aussi en face ouest du K2 en 2007 ( 8 membres au sommets je crois!!!!).
    Des tueurs en séries mais en grosse éxpé mais bon vu les choix d ascensions!!!

  • Mez - 11 mars 2018 à 12 h 40 min

    Face nord du Jannu 2004 et non 2008! pardon!

  • Jean-Paul - 11 mars 2018 à 15 h 11 min

    Je viens de voir le docu des Turcs au K2 en juillet… et en particulier les trois passages cheminée House, pyramide noire et bolttleneck… je n’arrive pas à imaginer comment on peut faire ça en hiver. C’est dément.
    Rien que d’y penser j’ai les genoux qui tremblent!

  • Jean-Paul - 11 mars 2018 à 15 h 16 min

    La traversée sous le serac… les types sont retenus par la corde fixe. Comment fait le premier pour fixer la corde?

  • Mez - 11 mars 2018 à 16 h 07 min

    Et on dit que C la voie la moins dure!!!le passage sous le serac géant juste avant le sommet quand T a 50m de l heure.Bonjour la pression!!!d ailleurs C la chute d un bout de serac qui a fait un massacre en 2008 presqu en direct ( je suivais Hugues d Aubarrede sur son blog!!).
    @Jean Paul
    Pour la corde fixe C le premier arrivé sur Zone en gros,souvent le plus fort????
    A l Everest C clairement les Sherpas sinon grosses embrouilles,demande a Simone Moro????????

  • Jean-Paul - 11 mars 2018 à 17 h 04 min

    Ah ben pour sûr, c’est pas moi qui vais me battre avec les sherpas ou qui que ce soit pour aller poser cette première corde fixe.
    A part Spiderman ou Mr Ventouse… Je vois pas…:-)
    Et à part ça le deuxième ressault de l’Everest (celui que Mallory a escaladé grâce à la courte échelle d’Irvine et un rétablissement par traction sur une main) il ressemble à quoi?

    (C’est ma journée « fais moi peur »…ahaha!)

  • Mez - 11 mars 2018 à 18 h 43 min

    A un truc comme ça mais a 8500m avec des bouteille d OX de 15k et toujours la fidèle veste de tweed et des pompes a clous
    http://www.philippegatta.fr/everest/pg_everest_04.jpg

  • Mez - 11 mars 2018 à 18 h 47 min

    J oubliais cher Jean Paul qu’ il n y avait bien entendu pas d échelle vu que c était les premiers a ce trouver là,meme si je pense qu’ ils n ont pas été si haut ce jour là et qu’ en fait les premiers sont les chinois 50 après!!!

  • Fab de Montpeul - 11 mars 2018 à 20 h 44 min

    J’en arrive à poster un commentaire pour remercier l’auteur de ce très beau live sur le K2.
    Merci aussi à tous les autres amateurs avertis (c’est plus prudent en montagne). Modeste grimpeur de l’échelle de mon grenier je reste ébahi par ces personnes incroyables !

    En tout cas il faut continuer de faire vivre ce site !

  • kalolimani - 11 mars 2018 à 22 h 59 min

    je me demandais quel etait l’himalayaiste français(e) encore en activite qui avait le plus de 8000m a son tableau de chasse ? est ce E. Revol justement ?

  • Florence - 12 mars 2018 à 0 h 14 min

    Merci à vous tous pour tous ces echanges avertis !
    Je lis chaque jour toute cette richesse et je rêve avec tout ce que vous partagez !
    Qu’est-ce que c’est interessant !
    Une totale découverte pour moi. Qui me passionne.

  • Simon - 12 mars 2018 à 8 h 09 min

    @ kalolimani

    Comme ça, à vue de nez, je dirais Yannick Graziani. Borad Peak, Gasherbrum II et K2 de fait au Pakistan, Annapurna (face sud!) et Makalu au Népal. En plus, des tentatives sur l’Everest, le Manaslu, le Nanga Parbat et le Dhaulagiri.

    A chaque fois, des itinéraires très purs et très engageants, en style Alpin. Avec ça de nombreux 7000 et 6000 très techniques Incontestablement le meilleur français encore en activité. Et pas de doute qu’il a encore faim…

    Revol a elle à son palmares le Nanga Parbat hivernal (deuxième ascension), le Lhotse, le Makalu, et l’invraisemblable trilogie Gasherbrum I – Gasherbrum II – Broad Peak en solitaire, sans oxygène et en 16 jours.
    Après ce qu’elle a subi par contre, il est difficile de dire si elle sera encore en activité… Faudra des miracles de chirurgie…

    Certains ne sont pas morts, simplement retirés de l’Himalayisme, mais ont de superbes parlmares, comme Marc Batard ou Robert Paragot.

  • Guillaume - 12 mars 2018 à 8 h 51 min

    @Mez, merci pour les infos! et y a t’il une trace du documentaire de l’expé française de 79 sur le net (avec vol de Boivin en delta en plein milieu de la ligne c’est ça? depuis le Pulpit?)
    Donc l’expé espagnole de 2004 est la seule reprise, ok. La vidéo est géniale et montre une détermination hallucinante et très maitrisée de Jordi Corominas.
    Effectivement les russes vont bientôt se positionner, ce sera beau de voir Poutine en personne, chef d’expé, torse nu en hiver au CB, vociférant et gueulant, menaçant d’aller traquer les avalanches jusqu’au fond des chiottes.Et ils la feront par la face ouest cette hivernale.
    @Simon, je crois qu’Elizabeth Revol ne s’accorde pas l’ascension du Makal pour quelques dizaines de mètres…

  • thomas - 12 mars 2018 à 9 h 24 min

    Effectivement, Eli Revol a fait demi-tour quelques mètres avant le sommet du Makalu l’année dernière.
    Yannick Graziani a tenté le K2 en 2008 mais n’est pas allé au sommet.
    Au final, sur un plan strictement comptable, c’est certainement Sophie Lavaud (franco-suisse-canadienne) qui tient la corde avec le ShishaPangma, le Cho Oyu, le Makalu, le Gasherbrum II, le Broad Peak, le Manaslu et l’Everest. Ça en fait 7 et elle va tenter le Kangchenjunga ce printemps. Mais là on est sur de la voie normale avec oxygène. Rien à voir avec Revol ou Graziani bien évidement.
    Après, ils ne vont pas beaucoup sur les 8 000 mais actuellement l’élite de l’himalyisme en France c’est aussi le Gang des moustaches d’Hélias Millerioux, Frédéric Degoulet et Benjamin Guigonnet, qui viennent d’ouvrir une nouvelle voie dans la face sud de Nuptse. Ceux-là, c’est du sérieux !

  • Mez - 12 mars 2018 à 9 h 51 min

    @ simon
    Profit, Trommdsorff
    @ Thomas
    C vrai j ai lu leurs ascension au Nuptse C du très lourds!!!
    @ Guillaume
    Les russes version guillaume m on bien fait marrer!!!on est d accord pour Jordi Corominas ce qu’ il a fait est monstrueux a tous les niveaux!!!en honneur de De la Matta!

  • kalolimani - 12 mars 2018 à 10 h 05 min

    Merci pour les infos. Quand on voit la difficulte qu’ont ces meilleurs alpinistes français(es) a lever des fonds pour financer leurs expéditions, meme avec des budgets tres ‘maitrises’, cela fait mal au cœur.
    Je ne suis meme pas certain que comme des Martin Fourcade, Yohann Diniz et d’autres, ils soient employes par l’Armee ou La Poste et detaches dans le cadre de leurs activites. Pourtant il font rayonner la France. A quand un mecene, tel le Baron Bich ou Larry Ellison, pour les aider ?

  • Mez - 12 mars 2018 à 10 h 17 min

    Les amis, j ai fait la gaffe de l année!! j’ai fait un commentaire sur le papier de Thomas au sujet de la tragédie de 96 a L Everest.En gros j atomise les 2 guides Fisher et Hall Pour leurs gestions de l ascension….
    1/je mets une photo( 50 personnes sur le ressaut Hilary !) qui vient d un site d extreme droite!!!
    2/je regarde les commentaires d avant et je tombe sur la fille de Rob Hall !!!!!!
    Aaarrrgh !!
    Je vais me cacher dans une grotte et attendre que ça passe!!
    Adieu

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 10 h 30 min

    @Mez merci beaucoup pour la photo… à 8000+ ce ressault, sans échelle, effectivement, ça calme. Et c’est là seule voie par cette face? (Question bête je sais…)
    Je sais que l’évocation de son nom exaspère les puristes mais quand Kilian Jornet se fait l’Everest en courant, sur le côté Népalais, il ne trouve pas ce genre de gâterie ? Parce que ça freine un peu quand même ? Non?

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 10 h 42 min

    @Mez oú est le papier de Thomas sur l’Everest 96?

  • kalolimani - 12 mars 2018 à 10 h 43 min

    la dite photo n’est -elle pas prise cote nepalais, alors que Mallory + Jornet sont passes par le versant chinois ? Sait-on si Jornet a utilise l’echelle ?

  • kalolimani - 12 mars 2018 à 11 h 57 min

    a propos du film Everest retransmis hier soir, je me renseignais un peu sur Boukreev et ai decouvert que lors de sa disparition en 97 sur l’Annapurna, il etait accompagne de Simone Moro, alors tout jeune. Les deux semblaient reelement s’apprecier, on ne peut en dire autant de Moro-Urubko je crois. Alors Thomas, a quand un super papier sur les liens et amitiés fortes entre alpinistes de legende (Loretan-Troillet par exemple, ou les freres Inurattegi), les raisons de certaines ruptures, comment se choisissent-ils les uns les autres pour tenter un sommet,… Il nous faudrait un peu de lecture pour le printemps…

  • Simon - 12 mars 2018 à 12 h 17 min

    @ kalolimani
    Il a déjà fait un article sur les cordées de légende. Pas directement des potes, mais la plupart des cordées mentionnées sont des cordées plus que professionnelles!

    https://summit-day.com/dix-cordees-de-legende/

  • Mez - 12 mars 2018 à 12 h 54 min

    @ Jean Paul
    Du côté népalais tu as le ressaut Hillary qui est moins galère mais a 8600m ça pique un peu.
    Au niveau des voies il y en plein d autres mais pour les dingues,comme la voie légendaire de Loretan/Troillet en face nord direct par le couloir Horbein????( Messner avait dit qu elle valait tous ces 8000????)même si ca voie a lui est extraordinaire en solo en 1980 il passe pas par les ressauts il coupe direct sur le sommet???????????? comme Norton en 1924 qui c était arrêté a 8500
    Le papier du grand Thomas est sur le blog tu peux pas le rater
    @Kololimani
    La photo est le 2em ressaut du versant nord 8673M dite voie normal nord
    Jornet est passé par la voie normal sud côté népalais( voie Tensig/Hillary)
    Jornet a utilisé toutes cordes fixes mis a disposition par les Sherpas,je ne crois pas qu’il y est des echelles côté népalais sauf sur l Ice Fall bien-sûr
    A+

  • Mez - 12 mars 2018 à 12 h 56 min

    Pour info
    Les points d interrogations sont en fait des smileys avec la tronche du mec qui a peur et qui cri
    Mais avec le portable ça rend cela

  • Pedro26 - 12 mars 2018 à 13 h 29 min

    @Mez: « Jornet est passé par la voie normal sud côté népalais( voie Tensig/Hillary) »

    Hum hum…

  • Pedro26 - 12 mars 2018 à 13 h 33 min

    @kalolimani : « je me renseignais un peu sur Boukreev et ai decouvert que lors de sa disparition en 97 sur l’Annapurna, il etait accompagne de Simone Moro, alors tout jeune. Les deux semblaient reelement s’apprecier… »

    En effet, Moro considère Boukreev comme « son professeur », et Anatoli appelait Somone « son petit frère »… (dixit Moro).
    A ce sujet, il y a cette interview de Simone Moro en 2017 qui est intéressante: https://www.youtube.com/watch?v=v-YhjYuor58

  • Mez - 12 mars 2018 à 15 h 05 min

    @kololimani
    @Pedro 26
    @ tout le monde
    Erreur de ma part Jornet versant nord par contre il a du utilisé l échelle C sur sinon il l aurait dit le bougre
    @ Pedro 26
    Ca veux dire quoi Hum hum!

  • Pedro26 - 12 mars 2018 à 15 h 22 min

    @Mez: ben Hum hum, ça veut dire Hum hum quoi, comme quand on tousse un peu. Mais je ne sais pas écrire le mot qui reproduit le son comme quand on tousse…
    Sinon, je sais écrire Atchoum ! Mais ça, c’est quand on éternue…
    Bref, tu as compris: je suis un peu enrhumé en ce moment…

  • Mez - 12 mars 2018 à 15 h 43 min

    @Pedro26
    Mais pourquoi vous toussez!!!
    il faut dire « désolé Mez mais Jornet est passé par le coté Tibetain »
    C plus simple je commençait à m inquiéter pour votre santé et notre blog préféré sans Pedro26 c est comme le versant Tibétain ( par ou est passé Jornet!! qui d ailleurs ne détient par le record C Kammerlander et Strangl) sans le deuxième ressaut ahahaha
    En toute honnêteté je vous taquine mais sans aucune méchanceté de ma part, j espère que vous ne le prenez pas mal!!
    Mez

  • kalolimani - 12 mars 2018 à 16 h 07 min

    @Pedro26
    merci pour le lien de l’interview de Moro. Il evoque a la fin le sauvetage qu’il realise en 1997 (lors de sa tentative de traversee montee cote Nepal – Lothse – Everest – descente cote chinois) aupres de Tom Moore qui a glisse du sommet du Lothse sur un autre versant que la route normale. Cette ‘rescue’ n’a pas l’air pique des hannetons non plus.
    Incroyable que cette traverse soit un de ses reves et qu’il ne l’ait pas tentee depuis.

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 16 h 14 min

    @pedro26 très intéressante. Ce gars est très attachant.
    C’est toujours amusant chez Simone, Denis, et les autres d’observer la taille de leur mimines… de sacrés battoirs quand même !
    Un ou deux doigts sur une corniche leur suffisent pour tenir leur poids de corps…
    Quelle énergie ont ces gars… c’est juste incroyable.

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 16 h 24 min

    @kalolimani
    Il le dit un peu à la fin, la traversée, c’est trois permis et USD 100K, à l’époque. Sans doute 200k aujourd’hui.
    Pour une traversée qui nous fait rêver, mais qui est difficilement médiatisable… comme tous les enchaînements; c’est hyper fort pour les aficionados, mais ça ne dit pas grand chose aux autres…

  • Mez - 12 mars 2018 à 16 h 25 min

    Ce qui m énerve avec Jornet et Salomon C qu’ ils ont 20 ans de retard.La course au plus rapide est terminé.Vous savez que pour validé un record il est partir du monastère de Rongbouk dernier habitat connu avant le sommet de l Everest!!!car la première tentative en partant du camp de base avancé il n avait pas battu Kammerlander donc je pars de plus loin et comme je suis le seul c… a le faire bein je fais un record!!la démarche en elle même est complètement ridicule et montre la manipulation médiatique de l histoire!!
    Quand tu creuses un peu C un peu pourri et en plus tu as l impression d êtres pris pour branquignole ( double effet Kiss cool!!)et comme il est bien conseiller et fait très bien le service après vente la personne qui entend parler de la montagne quand il y a 42 morts dans une tempête se disent mais ce type est le plus fort le plus grand le plus AVENTURIER!!!!!alors qu’ il fait moins bien que Kammerlander il y a 20 ans!!va comprendre
    Attention ,comme je l ai déjà dit dans ce BlogJornet est un mutant physique et mental des types hors norme comme lui il n y en a pas beaucoup mais ses « AVENTURES » sont complètement bidon par rapport à d autres
    Voila C dit maintenant je vous attends Pedro26!!! Ahahahahah

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 16 h 27 min

    Mez, je suis une bille, je sais, mais je n’ai pas trouvé le papier de Thomas…. please help!

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 16 h 41 min

    @Mez
    Ben en fait, moi il ne m’énerve pas le Jornet. Pour une simple raison: c’est une autre activité.
    Tu vois dans un stade tu utilises la piste pour faire le 400m et tu l’utilises pour le saut en longueur… dans les 2 cas tu cours mais la comparaison n’a aucun sens…
    Moi je le vois comme un champion de X-trail, pas un alpiniste. (C’est d’ailleurs pour ça que j’ai posé la question du ressault, car quelque soit la caisse, il faut quand même savoir grimper et pas qu’un peu…).
    Donc le gars fait du X-trail sur l’Everest, alors que les autres ouvrent ou répètent des voies…
    De toute façon, je ne pense pas qu’on le verra sur la face Sud de l’Annapurna ou Nord du Jannu… hein? À moins que…

  • Pedro26 - 12 mars 2018 à 16 h 50 min

    @Mez: Oui mes « Hum hum » ça fait seulement 6 lettres, et « désolé Mez mais Jornet est passé par le coté Tibetain » ça en fait beaucoup plus… Et comme j’ai la crève, en plus, je toussote parfois… 😉

    @Jean-Paul: je crois que Mez faisait allusion à ce papier https://summit-day.com/rob-hall-scott-fischer-20-ans/

  • Mez - 12 mars 2018 à 17 h 08 min

    @ Jean Paul
    Tu as entièrement raison mais le problème c est que certain média ne font pas la différence et donc le public crois que C cela l aventure extreme de l alpinisme et comme Jornet ne dis rien et que sont service com manipule un peu beaucoup l histoire ça donne un tonton Mez énervé et quand je suis énervé bein….je suis énervé quoi et donc j écris des conneries sue le meilleur Blog du monde et comme j ai pas d ami et aussi parce que………
    Voilà quoi!
    @ Pedro26
    Votre histoire se tient donc rassurez vous il n y aura aucune sanction mais attention la prochaine fois!

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 18 h 47 min

    @Pedro26 oui Merci! J’avais fini par trouver et laissé un p’tit message à Sarah Hall… (en espérant que ce n’est pas un pseudo mytho…).
    Cette commercialisation de l’Everest, c’est à peine croyable, quand même.
    Je suis allé m’inscrire sur un site chilien, USD 64000, vol non compris. Pas une question sur mes capacités techniques. Tout juste des certificats médicaux… c’est complètement débile…
    Je n’ai rien contre Rob Hall, je pense même que ce devait être un très bon guide, mais je ne vois pas l’intérêt de ce genre d’ascension.
    Si Mr et Mme tout le monde veut voir le paysage depuis le toit du monde, mieux vaut une dépose en hélico.
    À moins que les Chinois n’y mettent un téléphérique… on sait jamais avec ces gars là…

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 18 h 59 min

    @Mez
    Je comprends. Après je ne peux pas dire qu’il faut savoir faire « pisser » les sponsors d’un côté, et critiquer l’équipe de com de Jornet, qui semble effectivement un peu trop « pushy »…
    C’est compliqué. Quand tu t’occupes d’un phénomène de ce genre… la tentation est grande d’en faire des tonnes!!!
    (Comme avec Ueli Steck d’ailleurs)
    Tiens si on s’occupe d’Urubko on va en faire l’alternative à Poutine et le futur prix Nobel de la Paix, (pour ses sauvetages) et prix Nobel de médecine! (Pour ses études sur la physiologie en altitude).
    Ahahahaha! Pedro26 n’a pas fini de nous vilipender! Pauvres de nous !

  • Pedro26 - 12 mars 2018 à 19 h 17 min

    Jean-Paul: « Il le dit un peu à la fin, la traversée, c’est trois permis et USD 100K, à l’époque. Sans doute 200k aujourd’hui. »

    Si ça se trouve, Simone est une truffe en négociation !
    Car déjà, c’est facile d’obtenir un discount de 50% minimum, vu que le projet n’implique que le trajet dans un seul sens sur chaque face des montagnes (2 ascensions, 1 descente).
    Ensuite avec les Népalais, il suffit de négocier un peu et argumenter sur le fait qu’il prend déjà 2 permis, hein, et donc qu’en général on fait toujours une petite réduc pour les achats groupés, c’est la coutume, si si m’sieur ! Ah ben si, toujours…

    Enfin, pour la descente côté Tibétain, il suffit de bien rappeler aux Chinois que la qualité chinoise, on connait, alors merci bien, hein ! Faut faire une réduc, là, les gars. Donc, encore une remise…
    Et voilà ! Tu t’en sors à USD 30K maxi les 3 permis, avec les 3 pujas gratos en cadeau !

    Sauf que Simone est pété de tune, vu qu’il a un bon, fidèle, et riche sponsor qui l’aime bien…
    Donc, pas vraiment nécessaire pour lui de s’emmerder à marchander le bout de gras pendant des mois !
    (« Si vous nous prenez les 8 permis d’un coup, on peut vous faire 75% de remise avec les officiers de liaisons gratuits… « )

    D’ailleurs, Simone est un des rares « himalayiste professionnel » en Europe, c’est-à-dire payé même s’il ne fait pas d’expé. La classe quand même !
    (Bon, mais obligé de porter un affreux T-shirt « The North Face » alors qu’il préfère les T-shirt « Nike », quand même ! Galère…)

    Il a tellement de pognon qu’il s’était même payé en son nom un bel hélico (un joli AS350 B3 Écureuil immatriculé I-VIEW) utilisé pour les secours au Népal en mai 2013 (dont un fameux sur l’Everest à 7800m), mais malheureusement l’appareil a été bousillé lors d’un crash à peine 1 mois plus tard…
    Je ne sais pas si depuis il en a racheté un autre…

    https://image.redbull.com/rbcom/010/2014-09-23/1331680458918_7/0001/1/3000/1/simone-more-helicopter-nepal.jpg

  • Mez - 12 mars 2018 à 20 h 05 min

    @ Jean paul
    Hall était un super grimpeur ,Fisher aussi.En parlant de Fisher sa femme c est insurgée récemment a cause de pourriture qui se faisait un selfi à coté de son cadavre ( comment peut on faire ça??).Pour le reste les expés commerciales sont la norme maintenant sur les 2 voies normales, pour faire du nouveau il faut aller du coté Kangshung mais bonjour l engagement 1 réussite je crois avec Steven Venables le type qui a écrit » L’himalaya en style alpin » avec Andy Fanshawe. Même Steck qui voulait faire la traversée Lhotse/Everest aurait été obligé de faire la queue pour avancer!!! Que faisait d ailleurs Steck si haut au Nuptse 7400 au moment de sa chute???,un peu trop haut pour s acclimater non?( Thomas, Jean Paul,Pedro 26,Simon,christophe et tous les autres amis ils vous restent la semaine pour trouver une explication logique de sa présence a une telle hauteur ??)sinon ça va chauffer

  • Mez - 12 mars 2018 à 20 h 13 min

    le versant Kangshunghttps://en.wikipedia.org/wiki/File:Hillery_Step_near_Everest_Top_(retouched).jpg

  • Mez - 12 mars 2018 à 20 h 16 min

    je voulais vous balancer une photo du versant Kangshung et comme vousle voyer je pense avoir raté mon coup
    Donc je vous laisse trouver!

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 21 h 04 min

    Merci Pedro26.
    Je ferai appel à toi pour négocier les permis groupés !
    80% de réduc ça c’est de la négociation !

    Bon, en tout cas Simone ne doit pas trop être une truffe quand il négocie avec The North Face si j’en juge par ce que tu dis et par la photo associée.
    Excellent choix le AS350 B3… ça reste le meiĺleur en altitude. Si seulement ils en avait eu un pour Tomek…

  • Jean-Paul - 12 mars 2018 à 22 h 09 min

    Mez, j’ai lu pas mal sur Ueli Steck et aussi sur sa mort.
    Mais je ne comprends pas bien oú il est mort exactement. Je suis allé aux deux camps de base Everest et Pumori (En hiver; Mais pas plus haut!) Donc je connais un peu la topographie. Ok les trois Lohtse, Nuptse et Everest sont dans le même coin, mais on peut pas tomber de l’un sur l’autre…
    Je ne comprends rien à sa mort et je ne vois pas comment on à pu conclure qu’il avait glissé sur une plaque de glace…
    Si tu peux m’éclairer….

  • kalolimani - 13 mars 2018 à 0 h 26 min

    @Mez,
    Sur les causes de l’accident de Steck, je n’en sais rien.
    Sur sa presence a 7400m, il voulait tout bonnement faire le sommet du Nuptse. Avec Yannick Graziani. Finalement seul car Graziani n’avait pas le permis. C’est d’ailleurs ce dernier qui en parle le mieux a partir de 37’30
    https://www.youtube.com/watch?v=x0oqjwHIIkA

  • Mez - 13 mars 2018 à 7 h 32 min

    @Kololimani et Jean Paul
    Merci à vous
    La video est très intéressante!!
    Ce que je comprends pas C qu’ à la base il devait faire la grande traversé Lhotse/Everest et il s acclimate en faisant le Nuptse( 7800 m ED) ça na pas de sens!!
    Avant de faire la course du siècle en solo sans OX il se crame en faisant le Nuptse( il était très très fort mais ce n était pas un personnage de Marvel quand même).
    Ma conviction est qu’ en fait il voulait tenter la couronne royale!!!!Nuptse/Lhotse/Everest (Monstrueux et très très ambitieux en solo sans OX)peut être pour faire taire les septiques comme moi!!

  • kalolimani - 13 mars 2018 à 8 h 46 min

    ce qui me fait le plus sourire, c’est que Graziani soit deprime de n’avoir pu recupere ses deux piolets aux pieds du Nupste. J’espere qu’il les retrouvera aux bureaux des objets perdus. Et les 1000$ pour le permis de Nupste alors que Steck et Jornet disposent de budgets quasi illimites. C’est un peu comme au tennis , tu as Federer / Nadal et le reste du monde

  • Mez - 13 mars 2018 à 9 h 14 min

    Je le connais un peu le Lascar et franchement je m inquiète pas pour lui,C quand même le leader de l alpi extreme en France ( malgré son gros n importe quoi a l Everest récemment) et il a des portes qui s ouvrent assez facilement!
    @ tous
    Quand je critique comme cela des grimpeurs de haut niveau ce n est pas par suffisance du mec sur son canapé C surtout par passion et parfois par déception des performances de type qui nous font normalement rêver( Graziani qui fait l ascension du siècle en face sud de l Annapurna avec Benoist n a rien à faire sur la voie normal de l Everest,d ailleurs il s en ai excusé auprès de ses « fans »)C vrai que si je lui parle et qu il me dit T qui toi avec tes courses de gamins dans les alpes et t on trek au Pakistan heu ….je ferme ma gueule quoi!!!

  • kalolimani - 13 mars 2018 à 10 h 24 min

    j’adore qd Graziani dit ‘avec moi il serait encore la’. C’est juste dingue quand on y pense. Un bout de corde et une broche, que Steck n’a pas eu la patienc d’attendre
    ‘partir a plusieurs, mais faire le sommet seul’, telle semblait etre sa devise selon Charlie Buffet.

  • Jean-Paul - 13 mars 2018 à 11 h 21 min

    C’est quand même surprenant de partir faire Lohtse Everest et de prendre le permis pour la Nuptse.
    Mez a sûrement raison, il était parti pour la couronne royale…
    Pourtant, si c’est le cas, quelques trucs me chiffonnent:
    – le type a – selon vous tous et je vous crois bien volontiers- des budgets illimités, mais pas de cuisinier ni de staff au camp de base.
    – le même est un grand champion, dont la marque de fabrique est la vitesse d’ascension et qui discute de tous les paramètres nécessaires avec Graziani, notamment la diététique… et il n’a ni cuisinier, ni support logistique médical et diététique à tel point que la veille de son départ, il mange une bouffe d’origine inconnue avec une autre équipe…
    – le même traîne une histoire pas très claire au Shishapangma et à la face Sud de l’Annapurna, mais part faire la couronne royale sans équipement (oui je sais léger mais bon faut pas plaisanter non plus…) et surtout sans couverture médiatique pour éviter les doutes à l’arrivée.
    – même si son intention était le solo, (et d’abord pourquoi avoir proposé à Graziani de lui acheter le permis?), et compte tenu de ses ressources financières, comment justifier non pas le style alpin léger, mais le style « clochard-des 8000m-en-tout-anonymat »?
    @Mez j’ai parfaitement compris que tes critiques ou interrogations n’empêchent pas le respect et admiration. Même chose pour moi. S’il fallait ne serait-ce qu’arriver à la cheville de ces gars là pour l’ouvrir… il n’y aurait pas de blog.
    Mais de manière générale je suis surpris de la qualité et de l’énormité des moyens mis en oeuvre pour la grimpe, et de la faiblesse de la logistique en bas…
    Ils me font penser aux armées napoléoniennes: rouleau compresseur offensif, éblouissants sabre au clair, et puis une fois la victoire acquise, on se retourne et… où est la bouffe? Les tentes? Les soins aux blessés ? Ah…. « l’intendance suivra… »!
    Curieux de la part d’un Suisse….

  • Mez - 13 mars 2018 à 12 h 30 min

    Un personnage très complexes ce Steck!!!i
    Il avait déclaré qu’ il voulait faire la traversée mais pourquoi caché le Nuptse? et pourquoi demandé à Graziani et après partir seul?( il avait fait la même chose avec Don Bowie a l Annapurna)
    La logistique je crois qu’ il l avait au camp de base, je pense que Graziani se trompe la dessus( d ailleurs quand tu l écoutes tu sens qu’ il a des trous!! qu’ il est pas là en fait il n est pas le seul ,ils exploses beaucoup de neurones la haut!!!!)
    Steck c était mis une pression de dingue car la » communauté » commençait à douter de lui!!la Star, la Swiss Machine!!!
    Vraiment dommage car quand il a « fait »l Annapurna je me suis pipi dessus et je me suis dis ce type va faire des trucs que l on attends depuis des années
    Quand j ai lu les premiers soupçons j ai pris ça pour de la jalousie et je suis tombé sur Rodophe Popier qui a démonté ces ascensions avec des preuves et une logique d historien imparable ( voir ces videos!!)
    Pour moi Steck était devenu un menteur et là pour Tonton Mez!!!!

  • Mez - 13 mars 2018 à 12 h 38 min

    OUI parfois je me parle à la troisième personne!!mais pas tout le temps, j ai essayé devant mes enfants, ils m ont regardés bizarrement!!!ahahahahah

  • Jean-Paul - 13 mars 2018 à 13 h 21 min

    A ce point?!
    Tu noteras la double ponctuation.

  • Jean-Paul - 13 mars 2018 à 13 h 24 min

    @Thomas
    Plus de 400 commentaires sur ce fil… tu vas intéresser The North Face et Gatorade!!!
    🙂

  • Jean-Paul - 13 mars 2018 à 13 h 32 min

    Mez, ok pour Popier. Mais oú est le mobile?
    Le gars, Je pense qu’on est tous d’accord pour dire qu’il avait les capacités pour le faire…
    Donc pourquoi revendiquer à tort quelque chose qu’il pouvait revendiquer légitimement ?
    Ou alors il baissait physiquement ou mentalement et ne voulait pas le reconnaître ?
    Et si c’est le cas, pourquoi pas une maladie et un suicide à la Nuptse?
    Thomas va nous faire un papier bien angoissant sur ce sujet avec de multiples pistes qui vont nous tenir éveillés pendant de longue nuits blanches…
    Il faut récupérer le dossier médical du grand Ueli…. 🙂
    Et dire que je déblatére au lieu de bosser… 🙂

  • Mez - 13 mars 2018 à 13 h 49 min

    @ Jean paul
    Pour le mobile il doit être en charge quelque part!
    Pour le boulot ta lettre licenciement vient de partir!
    Pour moi C déjà fait C pour cela que je vous soule toute la journée avec mes commentaires!! Ahahahaha

  • thomas - 13 mars 2018 à 13 h 51 min

    D’ailleurs les gars, c’est pas que vos discussions ne sont pas intéressantes mais on s’éloigne quand même un peu du sujet initial qui était, je le rappelle, l’hivernale au K2. Je sais qu’on est encore en hiver mais c’est fini, hein ? Va falloir penser à reprendre une vie normale maintenant 😉

  • Mez - 13 mars 2018 à 14 h 03 min

    C en attendant le K2 en été!

  • Jean-Paul - 13 mars 2018 à 14 h 29 min

    Ben si tu siffles la fin de la récré, il faut nous donner un autre terrain de jeu…
    Tu ne voudrais pas être responsable de fortes dépressions chez tes fans?

  • Mez - 13 mars 2018 à 17 h 41 min

    Bon bein moi je retourne voir Pépa pig avec ma derniere!!!

  • Pedro26 - 14 mars 2018 à 20 h 17 min

    Ouah…. Comme il nous a plombé l’ambiance sur son blog, le Thomas !
    On s’est fait défoncer, les gars !

    Bon alors pour les pipelettes, on peut quand même continuer à raconter des conneries, j’espère, mais uniquement dans les bonnes cases (articles) !

    Donc :
    – Ueli Steck et le mensonge en montagne : https://summit-day.com/annapurna-face-sud-voyage-enfer/ et https://summit-day.com/petits-mensonges-altitude/
    – Kilian Jornet et les 8000 mètres en courant et en basket : https://summit-day.com/summits-of-my-life-kilian-jornet/
    – La tragédie de 1996 à l’Everest : https://summit-day.com/rob-hall-scott-fischer-20-ans/
    – Elisabeth Revol et Tomeck Mackiewicz : https://summit-day.com/heures-folles-nanga-parbat/ ou https://summit-day.com/interview-elisabeth-revol-nanga-parbat/
    – La médiatisation, les sponsors, le pognon : https://summit-day.com/alpinisme-blogging-et-sponsoring/
    – Les Polonais nationalistes : https://summit-day.com/alpinisme-polonais-histoire/
    – Le K2 en hiver : Désolé, ce sujet n’est pas encore traité !
    – Le style Alpin : https://summit-day.com/cerro-torre-triste-histoire/
    – Les expéditions « romantiques » : https://summit-day.com/sauvetage-en-montagne-histoire/
    – Les femmes en montagne : https://summit-day.com/femmes-alpinistes-je-vous-aime/
    – Quatorze 8000 et la malédiction française : https://summit-day.com/jean-christophe-lafaille/
    – etc…

    Vous avez compris le truc, les gars et les gonzesses ?
    De quoi déjà bien flooder le blog de Thomas en attendant l’hiver prochain !

    J’ai bon, Thomas ?

  • Simon - 26 mars 2018 à 11 h 45 min

    Du nouveau pour le K2 hivernal.
    Wilecki a déclaré que ça restait une priorité de l’alpinisme Polonais. A priori, retrouver des sponsors vu l’engouement de l’épopée cette année devrait être faisable pour l’hiver prochain.
    Niveau stratégie, ils ont des projets nouveaux aussi (rotation d’équipes au CdB toutes les 4-5 semaines, arrivée au moins deux, voire trois semaines plus tôt…).
    A priori, il ne prendrait pas Urubko, évoquant carrément de la « trahison ».
    Adam Bielecki a l’air très motivé aussi pour repartir dés l’hiver prochain, ça annonce de l’envie!

    Par contre, même si ça l’était un peu déjà, cette expédition a de plus en plus (à mon avis) des relents nationalistes, on se croirait dans les années 50… J’aime ce projet de K2 hivernal (les Polonais le méritent bien!), mais de moins en moins son enveloppe.

  • Pedro26 - 26 mars 2018 à 13 h 58 min

    @Simon « …on se croirait dans les années 50… »
    En effet, ça fait très « vintage » !

    Qu’est-ce qui a fait qu’il n’existe plus d’expés « nationales » dans les pays de l’Ouest de nos jours (à part ce projet Polonais au K2 en hiver), du coup ?

    Car le K2, c’est quand même la montagne des Italiens !
    (le Nanga Parbat est aux Allemands, l’Annapurna aux Français, l’Everest aux Anglais, etc)

    Mais on aurait du mal à imaginer une expé nationale Italienne au K2 en hiver, de nos jours.
    Uniquement par manque de volontaires suffisamment « disciplinés » capables de se soumettre à un « chef » ?

  • Pedro26 - 26 mars 2018 à 14 h 02 min

    Hé hé…
    Imaginez papy Messner, chef d’un expé nationale Italienne au K2 en hiver 2019, ça aurait de la gueule…

    Simone Moro jouerait le rôle d’Urubko, bien sûr, et se lancerait seul dans la nuit sans rien dire à personne…

  • Simon - 26 mars 2018 à 14 h 29 min

    J’imagine que ce genre d’expédition ne se fait pas sans une engouement de base de la population. Le K2 a beau être la « montagne des Italiens », mais cette maxime a 65 ans. La population Italienne doit, dans l’ensemble, ne pas accorder grande importance au K2.

    Pour la Pologne, c’est autre chose. La grande époque hivernale des Polonais est pas si vieille que ça (environ 35 ans), et j’imagine que l’assise populaire est plus importante, ce qui autorise les sponsors gouvernementaux.

    AUjourd’hui, les expéditions sont rares et le plus souvent internationales, tout simplement parce que, tant qu’à vaincre un sommet monstrueux à une période monstrueuse, autant recruter les meilleurs (cf le Nanga Parbat ou le Gasherbrum II en hiver).

  • Pedro26 - 26 mars 2018 à 15 h 13 min

    Bon Ok, ok, ok…

    Alors je propose une nouvelle idée : une expédition nationale Espagnole au K2 en hiver en 2019 !
    Ben oui, quoi, les espagnols n’ont pas encore de montagne attitrée en Himalaya, alors c’est le moment ou jammais d’en profiter pour marquer l’histoire de l’alpinisme !

    Et puis, chez les Basques et les Catalans, il y a bien quelques bons grimpeurs (bon, il faudrait aussi trouver un grimpeur Castillan, mais s’il y’en a pas on le forme rapidement)…

    Carlos Soria serait le chef d’expédition, et Alex Txikon jouerait le rôle d’Urubko.

    Du coup, on fait d’une pierre trois coups, et on réalise la réconciliation nationale en Espagne, unie à jamais par la fierté de la nation enfin retrouvée…

    Carles Puigdemont jette l’éponge, décide de pratiquer désormais la randonnée pédestre à titre professionnel, et reconnait Madrid comme la capitale unique et indivisible de son pays…
    L’ETA sponsorise l’expédition et assure la sécurité au camp de base pour contrer toute éventuelle attaque terroriste…
    Julio Iglesias sort un single intitulé « K dos, K dos, K dos, mi amorrrr… » qui devient le tube de l’année en Italie…
    Le film de Pedro Almodovar « K dos, mi novia sin ropa » remporte la Palme d’Or à Cannes…
    Rafael Nadal, impressionné, décide d’arrêter la dope…

    Elle est pas belle, cette idée, hein ?

  • Mez - 26 mars 2018 à 17 h 38 min

    @Pedro26
    Impossible de trouver mieux!!!!

  • kalolimani - 26 mars 2018 à 19 h 31 min

    @Pedro26 a juste oublie l’inenarrable Docteur Fuentes comme medecin chef de l’expedition.

  • Pedro26 - 26 mars 2018 à 21 h 23 min

    @kalolimani :  » …Docteur Fuentes comme medecin chef de l’expedition. »

    Le docteur Fuentes est bien évidemment le bienvenu sur ce projet d’expédition.

    Le dopage est accepté sur le K2 en hiver, il n’y a pas contrôle, pas de soucis…

  • kalolimani - 26 mars 2018 à 22 h 36 min

    d’ailleurs et treve de plaisanterie, l’alpinisme et le dopage , ca ressemble a quoi ?

    Thomas a t-il traite le sujet a travers un billet ad hoc ?

    le sujet est-il tabou ? les himalayistes carburent-ils uniquement aux bouteilles d’ox ou la pharmacie du camp de bas est-elle richement fournie ?

    Cote technologique, les équipements chauffants (gants, chaussettes,…) sur batterie sont-ils legion ?

    quel est le regime medical et l’attirail de l’himalaysite au sein d’une expe commerciale ?

  • Pedro26 - 27 mars 2018 à 0 h 01 min

    Ben bien sûr, c’est open bar !
    Tu fais ce que tu veux !
    Y’a pas la camionnette anti-dopage au sommet !

    A 8000m, on a le droit de se shooter comme on veut, mais à nos risques et périls, hein ! 😉

    Il faut tester…

    Il parait que la décoction de basilique avec du thym fait des miracles !

  • Pedro26 - 27 mars 2018 à 0 h 05 min

    Attention quand même de ne pas trop forcer sur le basilique, ça peut-être dangereux…

  • Mez - 27 mars 2018 à 5 h 48 min

    Pour moi clairement le dopage existe en haute altitude, déjà tous les médocs contre le mal des montagnes, C presque obligatoire au mont blanc alors t imagine en Himalaya!!!. Le petit cacheton pour bien dormir obligé!! sinon tu dors jamais!!la petite piquouze intra musculaire en cas de défaillance, le petit cacheton pour te booster dans la dernière bosse……D ailleurs même les plus grands ne sents cachent pas, regarder Bull au Nanga il avait 1 sucre ,une petite bouteille d eau et 3 cachet de Pervitine pendant son hallucinante ascension!!!tout le monde a vue la photo se son visage après on dirait un petit vieux!!!!
    Là je parle des plus forts alors en expé commerciale le Dr Fuentes est un rigolo c est tous des Junkies,j exagéré à peine!!

  • Simon - 27 mars 2018 à 6 h 35 min

    @ kalolimani

    La question est complexe. Dans l’alpinisme de 8.000, le danger pour sa vie peut vite devenir réel. A ce niveau, mieux vaut un cachou de pervitine que d’y rester! Le viagra peut être utilisé aussi maximiser l’apport de dioxygène aux organes et aux muscles. Enfin, il existe de nombreuses injections possibles contre le mal des montagnes.

    Je pense que c’est un sujet qui pourrait mériter un article tant le problème est ancré. Peut être que l’on s’est attaqué aux 8.000 trop tôt, à une époque ou il était inenvisageable de les faire sans apport de drogues et d’amphétamines. Il y a un précédent tellement installé que, pour le moment, personne ne sait si, par exemple, il y a eu une ascension « clean » du K2 (je prend un exemple au pif, corrigez moi si je me trompe), et si oui, qui l’a faite.

    Par contre pour le Mont Blanc, j’avais jamais entendu parler de drogue en dehors d’opération de secourisme.

  • thomas - 27 mars 2018 à 7 h 45 min

    J’avais, il y a quelques temps, obligé quelques grands alpinistes à pisser dans un bocal. Ça donnait ça : https://summit-day.com/dopage-litterature-alpine/

  • Pedro26 - 27 mars 2018 à 7 h 51 min

    @Mez et @Simon : j’espère que vous plaisantez !

    Nul besoin de drogue pour le Mont-Blanc, ni même pour le Nanga Parbat en hiver (demandez à Zab Révol, à Daniele Nardi, à Simone Moro, etc)…

    Ceux qui en ont besoin sont ceux qui ne sont pas acclimaté.

    Après, il parait que les analyses d’urine de la pissotière du refuge du Goûter était plein de médocs…

    Mais les candidats au Mont-Blanc ne sont pas exactement les mêmes que les candidats au K2 ou Nanga Parbat en hiver….

    On ne parle pas des médocs d’urgence, bien sûr, pour rebooster quelqu’un qui s’effondre en haute altitude…

  • Pedro26 - 27 mars 2018 à 8 h 01 min

    @Thomas : « J’avais, il y a quelques temps, obligé quelques grands alpinistes à pisser dans un bocal. Ça donnait ça : https://summit-day.com/dopage-litterature-alpine/ »

    Tout est dit. Bravo !

  • Mez - 27 mars 2018 à 9 h 06 min

    @Pedro26
    Je ne plaisante jamais!!!pour avoir fait plusieurs fois le mont blanc, aux refuges( gouter ou cosmique) tu entends toute la soirée des gens qui te parlent de ce qui prennent pour réussir à monté, pas avoir mal à la tête ….
    Au sujet des himalayiste a par quelques pures Beghin ( pour répondre à Simon qui à fait le K2 en style alpin avec Profit qui était ultra clean).Pedro26 qui te dit que Revol,Moro,Nardi…ne se dopent pas?
    C comme dans le cyclisme il y a aussi du dopage chez les amateurs!!

  • kalolimani - 28 mars 2018 à 8 h 30 min

    @mez
    qui écrivait le 26 fverier :’Sinon des Avril tu as l autoroute du soleil sur les versants Nord et Sud de l Everest sans aucun interret a part être le 3200em a faire le sommet en canard ou en marche arrière!!!!’

    j’ai trouve ton champion, ton Francois Pignon du trek

    https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Alpinisme/Actualites/Un-paraplegique-atteint-un-camp-de-base-de-l-everest/887616

  • Mez - 28 mars 2018 à 10 h 03 min

    @Kololimani
    Merci à toi, bon le mec est bon mais j attends quand même la version mais en marche arrière et sans assistance, hé ouais mon pote!!!faudrait que je ferme ma bouche!il y en un qui est capable de me lire et je vais être dans la merde!!
    Apres le mec il fait ce qu’ il veux…. mais bon! je vais rien dire sinon on va me traiter d anti handicapé

  • Christophe - 3 avril 2018 à 21 h 04 min

    Bonjour,
    Une interview de Denis au retour :
    https://www.youtube.com/watch?v=lv5JIp6zO2Y
    avec des phrases et des moments forts :
    – « I was one hundred percent sure we will get the goal »,
    – « We were separate, the team was not working »,
    – émotion à 2mn40 au sujet de son effort final solitaire…
    Il précise aussi qu’il reviendra au Pakistan d’ici 3 ou 4 ans pour « Broad Peak winter, K2 winter » mais ça, on s’en doutait un peu…

  • Géraldine Courdouzil - 4 avril 2018 à 20 h 30 min

    Bonsoir, merci pour le lien, interview très éclairante sur cette tentative au K2. Juste une petite correction, Denis dit  » I was hundred percent sure… », ce qui indique qu’il croyait vraiment à la réussite de cette expedition.

  • Pedro26 - 5 avril 2018 à 23 h 14 min

    Merci aussi Christophe pour ce lien.

    Je remarque qu’il a quand même bien du mal à expliquer clairement ce fameux manque de cohésion dans le groupe, le Denis : « on était séparés », « les relations dans l’équipe n’étaient pas concentrées sur l’objectif principal », « normalement, les gens rassemblent leurs efforts face aux difficultés, mais là nous étions séparés… », etc.

    Et aussi: « La météo était très bonne, mais l’équipe ne fonctionnait pas, en aucun cas. Car tous ces problèmes, ces nombreuses « complications » (troubles)… ont bloqué notre passion pour gagner la partie. »

    Ok, tous les voyants étaient au vert pour réussir, mais « on était séparés »…

    Pourquoi, comment, exactement ?
    Çà, nul ne le sait !

    C’est assez marrant, ça me fait vraiment penser à l’équipe de France de foot, lorsqu’on réunie les meilleurs athlètes, tous en pleine forme, et qu’au final le résultat est nullissime, comme en 2010 à Knysna par exemple…

    Ils ont raté une bien belle occasion, là, les Polonais…
    (et surtout une belle année incroyablement clémente au niveau météo !)

Flux RSS pour les commentaires de cet article.

Laisser un commentaire